Partagez | .
Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]


message posté le Jeu 10 Avr 2014 - 19:53 dans Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Ana-Liisa avait finit par atteindre la ville. Epuisée par tout se bazar, par tout ce qu’elle avait appris et compris en quelques minutes, elle avait pris une chambre dans le grand hôtel de la ville puis était partis en faire le tour, enfin le tour du pâtée de maison et revint à sa chambre, s’étalée sur le lit. Le sommeil vint la chercher en quelques minutes et elle ferma les yeux, s’abandonnant aux songes.

……

Les oiseaux chantent, un mince filait arrivait droit sur des cheveux d’or, un matin où Ana se demandait où elle était. Et si la rencontre avec l’anglais, son arrivée dans cet espèce de cauchemar n’avait jamais été réel ? Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir, son tatouage et il était toujours là. Ana regardait le plafond, programme d’aujourd’hui, déjà l’heure. Il était pas loin de seize heure, elle était vraiment fatiguée, où alors elle s’était endormis tard. Et du coup il était trop tard pour faire quelque chose de spécial.

Elle sortit de l’hôtel, méfiante à l’idée de voir ce qu’elle y verrait. Non, tous ça n’était pas Helsinki, tout ça n’était pas ce qu’elle connaissait. Une ville et des centaines de kilomètre de sauvage. Une seule misérable ville, et des boutiques, des centaines de trucs en tout genre. Elle ne s’attardait pas sur ce qu’ils vendaient. Elle cherchait sans chercher comment fuir ce deuxième cauchemar.

« Mais finir bourré est bien la manière la plus lamentable de prendre la fuite. »

Qu’est ce qu’il foutait là, lui ? De quel droit venait-il encore la hanter. Rien à foutre de tout ça. Et elle poussa la porte de ce qui était vraisemblablement un  bar.

« Bonjour… »

Un timide bonjour s’échappa de ses lèvres. « Mais finir bourré est bien la manière la plus lamentable de prendre la fuite. »
Il va se la fermer lui ? Et entama un verre. Tout d’abord, le liquide lui réchauffa la gorge, elle dégusta avec lenteur, puis augmenta le rythme. 1…2…3…

Elle s’avança vers un table où quelqu’un végétait tout seul, le verre à la main.

« Hey, t’es pas bien ? C’est D…dingue ici, j’aurais jamais p…pensée qu’on pouvait trouver ce genre de trucs ici. P…puis ya tout ce qu’on v…veut ! »

L’inconnus risqua un regard vers elle alors qu’elle terminait son quatrième verre. L’inconnu s’en alla :

« mais a…attend, t..t’en va pas ! On peut discuter… Perkele ! »

Elle retourna vers le barman :

« Un autre ! »

Ce qu’elle eut, et elle retourna à sa place pendant qu’un nouvel arrivant entra. Oh ?

« MONSIEUR L’ANGLAAIIIS ! »

Elle tituba jusqu’à lui et s’accrocha à son cou comme elle ferait avec un ami de longue date surtout pour ne pas tomber :

« C…Comment ça va t…toi ? La F…forme ? C’est InC…incroyable que tu soit là Parce… Parce que j…je voulait T.. ;te parler, déjà leurs alcool il D…déchire, c’est génial, et au…aussi parce…parce que t…t’as pas l’air en forme. »

Elle retourna à sa table et l’invita à faire de même :

« C’C’EST MA TOURNEE ! Je t’offre Q…quoi ? Oh mais oui ! AHAHAHAHAHA, T. ;toi qu’est S…Si parf…parfait, il a réfléchi puis il s’est dit merde hein ? Je s…sais voir quand les g…gens vont mal, parce q…que je sais ce qu’est une p…personne qui v…va mal. Enfin p…pour toi, J…je m’arrêterrait à je sais ce qu’est une P…personne»

Ana rigola encore bruyamment pendant que tout le monde les regardaient.
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Mar 15 Avr 2014 - 18:13 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Les parfum de l'amour ( je troll avec le titre de la musique 8DD)


Sa journée avait fini à une allure tranquille. La tempête était partie en même temps que la blonde, malgré tout, ses plans avaient été changés. A cause de cette cheville, il n’avait pu visiter la grotte qu’il avait entraperçue lors du jeu d’Astrid. Il dut même redescendre du plateau et retourner en ville pour s’acheter de quoi soigner sa jambe. Non pas qu’il n’avait pas eu le matériel pour là-haut, mais il ne se baladait pas avec une tonne de matériel. A peine avait-il fini de stabiliser le tout avec des bandages et un bout de bois qu’il avait vidé sa trousse de secours. La descente fut assez longue, si bien qu’il n’arriva qu’en soirée à la ville foraine.

Il aurait à supporter les lumières en plus de l’animation du lieu. Quelle chance.

Il finit ses emplettes assez rapidement, sachant parfaitement ce qu’il avait à acheter. Des vivres, quelques compresses, de l’eau et le revoilà parti. Hélas, sa démarche était encore assez raide, il n’était donc pas raisonnable de retenter la montagne. L’anglais songea à l’hôtel, mais sur son chemin se trouva un bar. Une pensée alla à l’enquiquineuse finnoise. Si elle avait trouvé ce lieu, elle finirait probablement dans le caniveau d’ici quelques heures. Cette irresponsable retomberait dans son vice aussi rapidement qu’elle était entrée dans le rêve, c’était sa conviction.

A vrai dire, il avait prévu de continuer sa route, mais au moment où un homme sortit de la maison de l’alcool, il crût reconnaître le timbre de la nouvelle Couleur. Non, pas aussi rapidement ? Si ? Il hésita un instant, avant de pousser la porte, ce qu’il regretta aussitôt. C’était bien elle, et elle l’avait reconnu. Il avait voulu prendre la fuite, mais elle semblait faire preuve d’une rapidité hallucinante quand il s’agissait de l’agripper. La soirée s’annonçait TRES longue…

Avec le visage d’un banquier sur le point de sermonner son client à découvert, il avait rejoint la table avec elle. Il n’avait aucune envie de conversait avec elle, surtout vu les grosses conneries qu’elle venait de débiter à l’instant. Ce n’était pas totalement parce que sa conscience le retenait avant qu’elle fasse une autre ânerie comme danser sur le bar une chanson paillarde. Non, la raison principale était qu’il sentait que s’il s’était enfui, elle l’aurait tout de même suivi. Quitte à perdre, son temps, il préférait être assis. Il lui lança cependant avec perfidie, comme pour lui dire que ce n’était pas par compassion qu’il était là :

« Je vais bien MERCI ! Mais tu t’es pas regardé ou quoi ? T’as l’air encore plus stupide que ce matin, t’es vraiment qu’une ivrogne en fait… »

Maintenant assis, il faisait face à l’étendue des dégâts. Il compta les halos humides sur la table et il soupira.  Cela tenait au miracle qu’elle ne fasse pas la carpe à terre avec une telle quantité d’alcool. Elle défiait toutes les statistiques qu’il avait bien pu lire quand il était encore dans le monde réel. Il remonta ses lunettes et jeta un léger regard presque apitoyé vers la jeune femme. Elle avait beau être chiante, elle savait très bien pointer là où ça faisait mal. S’il avait suffisamment réfléchi, il ne se serait pas retrouvé avec une bourrée dans un lieu où il n’avait pas sa place. Il grommela hautainement :

« Je ne suis pas parfait, c’est bien parce que je sais que je suis supérieur à ta misérable existence. Tu as un nouveau départ et tu le fous déjà en l’air. Tu parles d’une preuve de maturité ! »

Il fit un signe au serveur de ne plus la servir, mais il comprit une autre tournée. Il se retrouva ainsi avec deux verres malgré ses protestations muettes. Ne vérifiait-il pas l’âge de leur consommateur ? Certes il faisait grand mais tout de même… Il fusilla la finnoise du regard et siffla : « Tu y touches, je te défonce le crâne avec le deuxième ». Il avait à réfléchir comment s’en débarrasser, et vite.
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Ven 18 Avr 2014 - 18:00 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •



Le ton que l’anglais avait prit, Ana n’y avait pas fait vraiment attention, elle fit juste un regard étonné et juste après fixa avec une moue triste son verre déjà vide. Déjà, c’était vraiment petit un verre finalement, la prochaine fois elle commanderait la bouteille.
Comme pour répondre à ce qu’on pourrait appeler, sa détresse, un autre verre plein arriva devant elle. Mais avant qu’elle puisse avancer la main, l’anglais repris la parole :

« Tu y touches, je te défonce le crâne avec le deuxième »

Elle le regarda et brisa le silence d’un autre rire, moins fort seulement et comme si elle n’avait pas compris le sens de ses paroles, vida le verre, malgré les menaces, du coup vaines, de celui qu’elle avait embarquée contre son gré. Regarda l’autre verre plein, hésita, et finalement le laissa, enfin il n’avait qu’un répit si son invité n’y touchait pas.

«  D’abord je suis pas une iv..ivrogne. Je vais t…très bien aussi. La routine, c…comme si le Solel se levait ju…juste pour quelques personnes et la Lune, pour les au…autres.
Chez moi, l…le Soleil do…dort t…tout l’hi…hiver et l’été, c…c’est la L…lune qui nous dit à dans trois m…mois. La neige est c…comme une vieille amie qu’…qu’on a habitude de voir. »


En disant ça, elle avait fermé les yeux, non sans que son corps tangue légèrement. Elle rouvrit les yeux :

« C’est la fin de l’année, l’heure d…de prendre de nouvelles résolut…tions ! Comme assumé ce que je veux ê…tre et arr…êter de faire c..comme. Le nouvel an, c’est m…moi qui vait le p..prendre, tu m’accompagne ? »

L’anglais ne devais franchement rien comprendre de quoi elle voulait parler, sans compter qu’on n’était certainement pas à la fin de l’année. Seulement dans la tête de la finlandaise, comme une ampoule s’alluma, elle se rappelait ce qu’elle voulait faire, certainement que le lendemain, elle recommencera sans avoir le moindre souvenir de cette soirée mais le sourire qu’elle arborait de puis le début de la soirée était loin de s’éteindre avant de dormir.
Elle but le verre de l’anglais et sortit, non sans longer les murs et galéré une bonne minute pour ouvrir la porte de sortie. Elle se tourna vers son interlocuteur :

« John, j…je vais avoir besoin de t…ton aide ! »

Et lui fit un clin d’œil avant de passer la porte.
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Ven 9 Mai 2014 - 14:43 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Retrospective


A cet instant, il regretta cet élan de curiosité d’avoir regardé dans le bar si elle y était.  C’était la première fois qu’il devait gérer une bourrée et il comprit très rapidement qu’il était TRES nul à cela. Il ne comprenait presque rien à son charabia et il était incapable de l’empêcher de boire. Peut-être faisait-elle référence à son pays, avec ces nuits sans fins, mais rien n’était moins sûr. Il était maintenant dehors, avec cette alcoolique dans les pattes. Mais il ne put se résoudre à la laisser se débrouiller seule, dans l’état où elle était, elle finirait probablement dans le caniveau. Si elle se réveillait dans cette situation, il y avait une infime chance qu’elle se rappelle qu’il avait était là dans ses déboires et elle finirait probablement par se venger de son manque de considération. C’était vraiment ce qu’il voulait éviter, tout ce qu’il désirait, c’était un peu de paix.

Mais son vœu était compromis  pour la soirée.

A sa requête, l’anglais fronça les sourcils, songeant à l’étranger avant qu’elle ne devienne encore plus dérangeante. Personne ne mourrait dans le rêve, donc il pouvait bien se permettre un petit homicide non ? Mauvaise idée, trop agir le mettrait dans une situation inconfortable. Toutefois, c’était quoi ce John ? Il avait l’air d’avoir un nom aussi banal ? Il accéléra légèrement, pour se retrouver à côté elle. Il était mieux de l’insulter de face de toute manière :

«  J’ai une tête à m’appeler John ? C’est Isaac, I-SA-AC ! Trois syllabes et le prénom d’un illustre scientifique, ne me mêle pas à ce prénom stéréotypé ! »

Il soupira, presque las. Il la fatiguait déjà. Il remit ses lunettes, la dévisagea un instant. Maintenant, il devait tenter de lui faire retrouver la raison, ou plutôt il voulait s’en débarrasser le plus rapidement possible sans paraître pour un sans cœur.  Avec une légère hésitation, il grommela  avec un léger agacement :

«  Non, t’es encore moins en état que d’habitude pour réfléchir normalement. Je vais te ramener à l’hôtel, tu vas dormir et tu vas oublier cette soirée. Vois-tu je n’ai pas DU TOUT envie de faire ta nounou ! »


Sans autre commentaire, il lui attrapa le bras et la tira vers l’hôtel. Bien sûr, il était conscient qu’à la moindre résistance de sa part, il ne pourrait pas la retenir. Sa cheville lui faisait toujours mal après tout et il n’avait été très fort. Mais il espérait que son expression dure l’avait calmé, si elle était retournée au stade de ses dix ans. C’était le comble quand même, c’était lui le cadet, pourtant il était mille fois plus mature qu’elle. Malgré tout il se demandait comment elle avait pu devenir aussi pitoyable.

Mais il ne chercherait pas plus loin, parce qu’il savait que la curiosité sur l’individualité des humains n’amenaient que des ennuis …


[hrp: OHOH c'est tout pourri ;;]
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Mer 14 Mai 2014 - 16:30 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •

«  J’ai une tête à m’appeler John ? C’est Isaac, I-SA-AC ! Trois syllabes et le prénom d’un illustre scientifique, ne me mêle pas à ce prénom stéréotypé ! »

Ana le regarda et répéta doucement le nom « I-SA-AC » et rigola d’une manière enfantine… même si il n’y avait strictement rien de drôle.

«  Non, t’es encore moins en état que d’habitude pour réfléchir normalement. Je vais te ramener à l’hôtel, tu vas dormir et tu vas oublier cette soirée. Vois-tu je n’ai pas DU TOUT envie de faire ta nounou ! »

Puis il le pris par le bras. Mais Ana ne l’entendais pas de cette oreille. Elle tira dans l’autre sens :

« NON, NON, pas l’hôtel !Pas fatiguée ! Lâche moi ! »

Elle tira et réussi à se dégager mais ses jambes qui la tenait que très peu n’avaient pas suivi le mouvement et elle tomba en arrière. Hilarant puisqu’elle se mit à rire aux éclats mais pour se relever, c’était une autre histoire.
Elle y parvint au pris d’énormes efforts de coordinations de ses jambes et de ses bras et une fois debout, elle se tint au mur. Puis fusilla le dénommé Isaac du regard, elle était en colère contre lui car il était Isaac, il n’avait pas ces iris noirs qu’elle connaissait bien, il n’était pas « lui » alors qu’il a quelques instants encore, il était là. Elle répéta le nom de son interlocuteur comme pour s’en persuader :

« I-SA-AC… »

Ses neurones se mit en place lentement et l’alcool fit ressortir ce qui était sombre en elle, une larme coula :

« Tu… OUIIIIIIIIIN ! »

Elle éclata en larmes, non seulement parce qu’elle ne savait plus où elle en était, parce qu’elle se sentait encore plus seule. Elle était tout simplement perdue. Elle aurait put tenir bon si elle n’avait pas but, mais sa part d’ombre venait d’éclaté au grand jour et la seule personne sur qui elle pouvait s’appuyer était quelqu’un qui n’avait certainement pas envie qu’elle s’y appuie.
Seulement, ses larmes qu’elles laissaient coulées étaient une partie de ce qu’elle avait sur le cœur qui sortait, comme une libération mais elles ne pouvaient refermée les blessures. Elle pleura ainsi pendant un bon moment. Elle était tombé à genoux.
Elle se calma finalement, même si ses yeux coulaient encore. Sauf que cette fois, elle ne chercha pas à se relever.

« P…pardon. Je… je sais pas ce qu’il m’a pris. »

Elle regarda autour d’elle, vivement. Enfin aussi vivement que son était le lui permettait.

« Je ne v…Veut pas rentrer tout de s…suite. J’ai qu…quelque chose à trouver. A…après je rentrerait p…peut-être. »

Elle releva la tête vers Isaac :

« Si tu p…pouvais juste m’aider... »

Dans ce sens, c’était pour se relever, mais on pouvait bien lire dans ses yeux qu’elle voulait aussi qu’il reste avec elle, au moins pour la soirée. »
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Ven 16 Mai 2014 - 18:46 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
L


Pourquoi de toutes les personnes de la terre, il était tombée sur une vieille pleurnicharde qui EN PLUS ne savait pas contrôler ses pulsions d’alcoolique ? Alors qu’elle pleurait toutes les larmes de son corps, lui tirait la gueule, déviant son regard pour une vue tout aussi horripilante de la ville-foraine. Au fond il les détestait, ces gens qui se noyaient dans la boisson, les piqûres, ces granulés multicolores. Parce qu’il était né de ce genre de personnes, il les haïssait, parce que ce n’était pas eux qui l’avait éduqué. C’était cela le poids d’Isaac, ce qui l’avait rendu aigri. Ce qu’était des parents, il n’avait jamais réussi à trouver une réponse satisfaisante. L’hérédité, devait-il vraiment s’en soucier ? Peut-être qu’il aurait pu devenir comme cette pauvre fille qui chouinait sans raison. C’était peut-être cela son destin. Alors, comment pouvait-il la regarder en face sans s’effrayer ?

Même si elle s’excusait, l’amertume restait dans sa gorge. Il regrettait tellement d’être entré dans ce bar, lui qui avait tout fait pour oublier cette espèce répugnante qu’était la sienne. Il aurait vraiment dû ne pas suivre sa curiosité cette fois. Elle lui demanda de l’aide, alors il la regarda et il hésita. La suite ne présageait rien de bon, il avait déjà été assez bousculé comme ça. Mais si elle était assez redevable, peut-être qu’elle ne lui chercherait plus des noises, cette blonde sans nom. Bon, il y avait aussi une grande chance qu’elle ne se souvienne plus de rien, il n’oubliait pas ce risque. Toutefois, il semblait compliqué de se résoudre à la laisser sur le trottoir…

Alors il l’aida à se relever. A contrecœur, mais il l’aida quand même. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour une tranquillité probablement future tout de même … Devait-il la lâcher ? Ou plutôt pouvait-elle encore tenir sur ses jambes ? Bah, il n’était pas un esclave non plus, déjà qu’il se faisait violence, il n’allait pas être aux petits soins avec elle. Il la lâcha donc, quand même pas brusquement pour qu’elle comprenne qu’elle n’aurait pas de béquille personnel, avant de remonter ses lunettes. Il siffla avec véhémence, roulant ses pupilles à l’horizon :

« Bon, d’accord, mais t’as pas intérêt à gâcher mon temps comme tu viens de le faire depuis que j’ai franchi les portes du bar… »

Malgré tout, il semblait compliqué d’être convainquant. Cette garce réveillait quelques fibres fraternelles et ça ne t’amusait pas, mais vraiment pas du tout. Surtout que c’était elle l’aînée. Il soupira et lui attrapa le bras pour reprendre la marche :

« Juste pour s’éloigner de la route, le bruit de cette ville m’insupporte. Et tu veux faire quoi à la fin dans cet état ? »


Las, il était tellement las. Le pire, c’est que la soirée venait à peine de commencer. Franchement il maudit cette rencontre, plus que n’importe quel autre. Se coucher, ne plus jamais se relever, cela semblait être la seule solution pour s’y échapper.



Revenir en haut Aller en bas


message posté le Lun 19 Mai 2014 - 14:01 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •



« Bon, d’accord, mais t’as pas intérêt à gâcher mon temps comme tu viens de le faire depuis que j’ai franchi les portes du bar… »

Mais, il avait pas cas y entrer, elle l’avait pas invité non plus. Enfin bref, la nuit était bien noires, la ville rebordait pourtant d’activité. Toutes ces lumière, qui tanguaient légèrement néanmoins.
Ana n’avait pas entendue la deuxième phrase d’Isaac, elle était une petite fille qui venait d’arriver à Disney pour la première fois. Emerveillée par toutes les lumières. Elle se tourna vers Isaac

« Tu veux pas juste pour une soirée… VIVRE ! »

Elle couru, ou marcha vite, vers le parc d’attraction. Elle rigolait vers tout ce qu’elle voyait, l’alcool était encore présent mais le mal de tête était loin derrière, ou plutôt loin devant. Musique, attractions, activité, animations en tout genre. D’un coup, Ana revivait. La fatigue n’était pas au rendez-vous, et puis pourquoi elle y serait, tout ici était en fait tellement bien, elle avait beau avoir 24 ans, elle retombait en enfance dans un parc d’attraction.

« Isaac, regarde un grand huit ! On fait un tour ? »

Et elle l’entraina vers l’objet de ces désirs. Si il voulait du calme, c’était surement pas ici qu’il le trouvait, mais au fond, Ana espérait que, du haut de ses 16ans, il n’ai pas perdus son âme d’enfant. Si le bar était le passé, il lui avait permis de se lier avec quelqu’un, sans avoir peur de la suite. Une personne qui peut-être elle ne rencontrera plus jamais ensuite ou pas.

Il arrivèrent devant l’attraction, Ana trépignait d’impatience. Elle voulait y aller mais il avait de fortes chances qu’Isaac ne veule pas, mais elle s’en fichait complètement. Ca avait l’air génial, vraiment génial. Une impression de voler à grande vitesse, même si ils restaient dans un train.
La jeune fille agissait comme une petite fille demandant à son père une glace, pressante, un poil énervante.

« Allez, s’il te plait, on y va ! »
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Dim 25 Mai 2014 - 19:06 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Selfish Gene


Elle devait être sourde. Ou idiote, il n’arrivait pas à se décider. De tous les endroits qu’elle aurait pu lui emmener, il fallut que ce soit LÀ.  En plein milieu de cette foutue ville, grouillante de gens qui suaient et braillaient sans cesse. Elle voulait sa mort, maintenant il en était certain. Puis il fallait voir ce qu’elle lui suppliait. Le grand huit, rien que ça. Non, il ne voulait pas y aller, il en gardait encore un traumatisme de sa vie d’avant le Rêve. En même temps avec deux grands frères, il avait dû se coltiner cette torture. Même si au fond l’activité n’était pas vraiment si désagréable que cela, il avait toujours eu trop peur de perdre ses lunettes. Alors au final, c’était juste un train où il voyait que dalle. Bref rien de très divertissant, surtout quand les autres gueulaient dans ses oreilles comme des macaques.

Nan, il n’y avait rien de bien dans les grand huit.

« Pas avant que je fasse ça. »

Il pointait la grande roue, sans un sourire. C’était le seul truc potable du parc. Il ne savait d’où remontait cette étrange fascination pour cet édifice, mais c’était bien la seule raison qui le forçait à accompagner sa fratrie dans ce lieu immonde. Avant que la blonde ne puisse rétorquer ou même le retenir, il se dirigea vers un stand de barbe à papa et en acheta une. Ce n’était pas par gentillesse, il avait simplement l’acheter avec un pot de vin. Il lui tendit l’objet et le mis dans sa paume avant d’en refermer les doigts.

«  Bouffe et reste calme si tu veux que je concède à t’accompagner après. T’es pas obligée de venir, ça m’arrangerait même que tu me laisses en paix.»

Oui, maintenant il utilisait maintenant des menaces. Il n’avait juste pas envie qu’elle lui gâche davantage la soirée. Il voulait monter en hauteur, plus haut, toujours plus haut. Enfant, il croyait qu’ainsi, il pourrait atteindre l’espace. On était naïf jeune, comme cette bourrée. Il se défila de la demoiselle,  se dirigeant vers la nacelle.

Oui, c’était pour cela qu’elle était vraiment insupportable, cette idiote. Comment pouvait-elle passer l’éponge aussi rapidement sur sa douleur ? Elle pleurait pourtant il y avait peu, était-ce un effet de l’alcool qu’il n’avait jamais ouï ? Franchement, même pour une humaine elle était encore plus désespérante. L’abandonner, oui, c’était une idée parfaite. Pourtant l’anglais tourna la tête vers elle, un instant, continuant sa marche.  Ses iris verts la dévisagèrent, avec ce nuage rose qui était plus grand que sa tête. Elle était minuscule, elle était plus vieille, alors pourquoi c’était elle l’enfant.

Et depuis quand n’en était-il plus un ?

Alors il s’arrêta. Quelque part, il avait gardé cette question en suspens, depuis qu’il avait découvert la vérité sur sa naissance. Depuis n’avait-il plus essayé de comprendre ses aînés? Depuis combien de temps il s’était jeté corps et âmes dans ses lectures sans fin. Isaac était en rébellion en fait, il le savait. C’était pour ça qu’il était si fermé sur ses positions, c’était pour cela qu’il ne voulait se lier à ses semblables. Parce qu’il n’aimait pas ce qu’ils étaient, parce qu’il n’aimait pas ce qu’il était. Parce qu’il était aussi bête que les autres, malgré toutes les connaissances qu’il avait pu accumulées. Il le savait, parce qu’il avait le temps de penser. Il n’avait pas pu fuir dans ce monde-là, alors il avait eu le temps de réfléchir.  Il lâcha, légèrement irrité :

«  Tu te presses oui ? »

Pourtant, il était quand même là, même s’il ne désirait que partir. Il était là, alors qu’il aurait pu s’enfuir s’il n’avait aucune humanité. Isaac était humain, c’était ce qu’il détestait chez lui. Il était intéressé, il était rabat-joie, il préférait nettement rester seule que de supporter les piailleries ridicules des siens. Malgré tout, il avait cette bourrée dans les pattes, et encore pour un bon moment. Il avait ce pressentiment qui lui collait à la peau.

Il était las, pourtant une partie appréciait sans doute cette contrainte. Une toute petite partie.

Revenir en haut Aller en bas


message posté le Ven 6 Juin 2014 - 11:43 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •



Ana regarda sa barbe à papa, en arracha une grande partie et l'engouffra. Elle suivait Isaac, un peu déçue qu'il ne veuille pas faire le grand huit tout de suite mais la grande roue était tout aussi acceptable.

«  Tu te presses oui ? »

La finlandaise releva la tête. Elle ne s'était même pas aperçut qu'ils étaient prêt à embarqués. Elle avança vers la nacelle avec un grand sourire au lèvres, comme si le fait d'y monter représentait quelque chose d'incroyable. Elle arracha un autre bout de la barbe à papa, qu'elle engouffra également pendant que leurs nacelle décollait doucement. Elle se retourna vers l’anglais en arrachant encore de la barbe à papa et le tendant à Isaac:

«  Oh, goutte c'est super bon! »

Qu'il le prenne ou pas, elle lui avait tout simplement lâcher à la figure, ou le bout lui avait glissé des mains, à vous de voir. Elle colla son visage littéralement à la vitre de la roue, en s'extasiant de tout ce qu'elle voyait. les lumières d'en haut paraissaient comme plein de petites lucioles. Les rares personnes encore sorties des petites fourmis presque imperceptible dan la nuit.

«  Magnifique, vraiment magnifique! Regaaarde, on voit les montagnes d'ici! »

Elle restait collé là, y laissant quelques résidus de barbe à papa sur la vitre, barbe à papa qui diminuait très vite, probablement qu'il n'y aurait plus rien avant d'avoir finis un tout de roue.
Il s(immobilisèrent avant même qu'ils aient entamé la descente. Ana parut déçut. Elle regarda autour et se rassura en voyant que toutes les nacelles étaient arrêtés, avant de repartir une minute plus tard. Puis se fut à leurs tour de descendre. Ana jeta le bâton à présent nue dans la première poubelle qu'elle voyait et se dirigea une deuxième fois vers le grand huit.

«  Tu as dis oui, on a fait la grande roue, maintenant on fait ça. Tu avais dis oui! »

En vérité, il n'avait jamais dit oui, il l'avait insinué au yeux de la blonde. Elle se dirigea vers l'entrée en tirant Isaac part le bras. Un sourire encore plus grand sur le visage qu'à la grande roue. Si Isaac préférait le calme, il ne l'aura pas tant qu'il n'iraient pas faire ça, c'était ce qu'avait décidée Ana.

«  Go, Go Go!! »

Elle elle s'avança là où il fallait payer pour y entrer. Elle failli péter un scandale quand elle sut qu'il ne pouvaient pas le faire gratuitement mais se ravisa juste avant de prendre une inspiration et se tourna vers Isaac, l'air angélique, celui qui disait "je t'aime beaucoup" mais qui voulait dire "tu payes?".
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Mer 18 Juin 2014 - 22:11 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Drg


Pendant un instant, Isaac avait été à son aise. Un morceau de barbe à papa donnée par cette blonde gênant, le paysage de mille lumières et un ciel brillant d’étoile, il jubilait intérieurement.  C’était le reste de son âme d’enfant qui s’émerveillait, qu’il oubliait son histoire, son passé, son futur. Il ne voyait que la beauté de ces lieux, il sentait ce besoin d’explorer ce monde dans toutes les fibres de sa chair. Dommage que la descente serait rapide, il aurait encore à supporter ses excès d’énergie.

Mais bon, il aurait au moins récupéré un peu de quiétude.

Le retour sur terre fut rude. Le brouhaha était de retours, avec ces gens suintant et grognant comme du bétail. Alors Isaac soupira, en même temps que sa camarade couinait sur son fabuleux grand huit. Franchement, il ne lui avait rien promis et n’avait franchement pas envie d’y aller. Pourtant, il continuait de la suivre, sans vraiment savoir si elle était encore sous l’effet de l’alcool ou non. Si seulement il pouvait en avoir la certitude ! Ainsi, il aurait plus à la surveille comme un babysitter…

Hélas, à l’entrée de l’attraction, on annonça une rude nouvelle. Le prix. Bon cela ne surprenait pas notre Anglais, il avait toujours vécu dans un monde où les manèges les plus idiots et ennuyeux. Mais ils semblaient que la gamine plus vieille qu’elle venait du monde des poneys roses et des bisounours pour en être scandalisée… Oh non, elle tente le regard du pauvre animal misérable est un manque d’affection. Nan mais elle croyait vraiment que cela allait marcher sur lui ? Il tira la gueule, sifflant avec véhémence :

«  T’es sérieuse ?»

Mais en réfléchissant, il pouvait tenter un peu de  chantage. Il reprit un peu son calme et posa sa main sur son épaule, comme pour capter son regard. Elle était vraiment petite quand même, il avait presque honte de se faire mener en bateau par une si petite créature. Mais bon, il était vraiment difficile de parler d’honneur vu comment il avait vécu sa vie jusque-là.

«  Si je paie et que je viens avec toi, on rentre à l’hôtel juste après. Tu n’es pas d’accord ? Tant pis pour toi. Au revoir. »


Oui, il fit le dialogue seule et repartait déjà.  Enfin il ne partait pas vraiment, il voulait juste lui forcer un choix. De toute manière sans argent elle ne pourrait pas grand-chose, ce qui lui assurait normalement qu’elle le suive. Si ne c’était pas le cas, il n’aurait qu’à la trainer en dehors de la file pour ne pas gêner « ceux qui avaient  les moyens ». En tout cas, il gardait un visage dur et fermé le temps des marchandages.

Parce que mine de rien, il voulait rentrer sans avoir une ermite sur la conscience.


Revenir en haut Aller en bas


message posté le Jeu 26 Juin 2014 - 11:47 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Looking for some trouble tonight,Take my hand, I'll show you the wild, side



« T’es sérieuse ?»

Pourquoi elle n’en avait pas l’air ? Il s’approcha d’elle en la dominant de toute sa hauteur et reprit :

« Si je paie et que je viens avec toi, on rentre à l’hôtel juste après. Tu n’es pas d’accord ? Tant pis pour toi. Au revoir. »


Elle resta une secondes sans bouger, pendant qu’il s’éloignait à sa vue et consentie à le suivre. Premièrement parce qu’il ne lui avait pas laisser le temps de répondre et ensuite parce qu’elle pouvait pas se retrouver toute seule dans la file d’attente.
Elle arriva à son niveau juste pour un simple « d’accord » s’échappa des lèvres de la jeune fille. Même si l’hôtel ne l’enchantait pas plus que ça, elle pensait pas au futur, elle voulait faire ça, elle le ferait et l’anglais était sa seule solution.
Pendant qu’on entendait quelques cris par intermittences, elle fixait Isaac, comme pour en observer ses moindre faits et gestes. Si ils rentraient à l’hôtel après, il pouvait bien se permettre ça, il s’en remettra vite lui et sa fierté.
Puis elle essaya de le tiré vers la queue, son chantage à elle, s’était « on le fait, ou on rentre pas à l’hôtel ». Obstinée, la finlandaise, certainement. Et puis, plus ils restaient là, moins elle serait obligée d’aller dormir, surtout qu’elle n’était pas du tout fatiguée. Bah, elle pourrait toujours ressortir après que ce gamin soit au lit.
Enfin l’heure n’y était pas. Elle avait repris sa place d’il y a deux minute dans la file d’attente, elle voulait, et elle aurait. C’était elle l’adulte non, c’était à elle de décider, n’est-ce pas ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Mer 2 Juil 2014 - 0:06 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
xi - Zauberkugel


Eh bien voilà, quand cette blonde y mettait du sien, elle était un peu moins stupide qu’à son habitude. C’était un vrai compliment, je vous l’assure. Intérieurement, Isaac se gratifiait de cette victoire aussi, minuscule soit-elle. Il ne résista que très peu à la finlandaise, ce qui signifiait tout de même râler quand elle se remettait dans la file et regarder autre part quand elle faisait son chantage. Mais bon, ce qui le gênait davantage, c’était ces cris et les gens qui riaient à la sortie du manège. Franchement il ne comprenait pas en quoi cela pouvait être amusant d’aiguiser son sens du vertige ni de se prendre du vent de pleine face. Non il avait beau se retourner la question, il ne saisissait pas ce besoin d’adrénaline.

Surtout que dans ce Rêve, il y avait des choses tellement plus fabuleuse qu’une attraction qui existait aussi dans l’autre monde.

Ce fut enfin à leur tour et Isaac rangea ses lunettes et s’installa sur le siège. Franchement il n’avait pas peur véritablement, ce qu’il redoutait, c’était plus les cris des autres personnes, d’ailleurs il était sûr que l’adulte qui l’accompagnait le ferait aussi. Une intuition sans doute. Ce n’était maintenant qu’il réalisait qu’il ne savait pas son prénom. Non pas que la nommer mentalement «  la blonde chiante qui me gâche la soirée » le gênait, mais il aimerait malgré tout, si quelqu’un l’appelait dans la rue, qu’il puisse ainsi de diriger dans la direction opposé. Oui cela lui semblait être un bon plan.

« Au fait, comment tu …. »


Mais l’accélération le surpris assez pour le faire taire. Mais à part ce sursaut, la suite lui parut ennuyeuse. De plus, il ne voyait pas la beauté du paysage sans ses lunettes, alors il attendit que  cela passe simplement. Mais au fond ses propres sentiments le désespéraient. Si au moins il avait peur, il n’aurait pas l’impression d’être un extraterrestre. Mais non, rien ne ressortait de son cœur. Juste un vide, un immense vide. Sans doute le même qui l’avait emmené dans le rêve.

Mais heureusement, il pouvait maintenant sortir du wagon.

Il fit craquer son cou douloureux, attendant sa camarade alcoolique. D’un regard dur, il tenta de lui faire comprendre qu’il fallait se dépêcher si elle ne voulait pas se retrouver seule. Malgré tout sa curiosité le poussa à lui demander.

«  Tu t’appelles comment ? Ne crois pas que tu m’intéresses, je veux juste savoir à qui j’aurais à demander des biens pour m’avoir gâché une après-midi et une soirée. »

Ce n’était pas un mensonge, du moins pas totalement.



Revenir en haut Aller en bas


message posté le Lun 7 Juil 2014 - 11:42 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •


Elle y était, enfin, elle y allait. Elle s’installa dans le siège et s’accrocha aux barres de chaque côté. Elle avait crue entendre la vois d’Isaac, mais elle n’avait pas fait attention à ses paroles, puis l’accélération la lui coupa.

« YEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh ! »

Tout était génial. La vitesse, les virages brisques, les descentes, les loopings, Ana savait très bien ce qu’elle adorait dans ce genre d’attraction. Ce besoin de vitesse, cette prise d’énergie, cette montée d’adrénaline, n’importe qui adorait, sauf les flippettes. Enfin son anglais n’avait pas l’air d’être de l’un ou de l’autre.

Puis le train s’arrêta. Ana était décoiffés, ça elle s’y attendait. De grandes mèches blondes devant ses yeux. Elle sortis du train après les avoir remise en places.
Elle faillit s’étaler par terre à la sortie, le train ayant déréglé ses repères terrestre, le tout intensifié par les effets indésirables  de l’alcool toujours présent et tituba jusqu’à Isaac.

«  Tu t’appelles comment ? Ne crois pas que tu m’intéresses, je veux juste savoir à qui j’aurais à demander des biens pour m’avoir gâché une après-midi et une soirée. »

Elle fut surprise de sa question. Ce n’était que maintenant qu’il y pensait ? Long à la détente le gamin ! Elle se rapprocha de lui assez proches pour qu’Isaac recule (ce que le espérait qu’il fasse) :

« Pourquoi tu veux un autographe ? Ana - Liisa, retient le, tu devra peut-être le retenir, on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve. »

Elle s’étira de tout son long et commença à marcher vers la sortie, elle ne savait pas si il la suivrait, puis de toute façon, si il ne la suivait pas, tant pis pour lui. Elle était sûre que ça lui ferait ni chaud ni froid.
Elle s’arrêta cependant.

« Bon on rentre ? A moins que tu ai envie de prendre racine ici ! »

Elle avait promis après tout. Elle n’allait pas lui faire de coups bas, pas aujourd’hui du moins…
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Jeu 10 Juil 2014 - 16:13 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •




Il avait légèrement reculé, par peur de partager le même air qu’elle. Pourquoi avait-elle besoin d’être surprise et de se croire aussi important pour qu’il s’en souvienne  de son prénom. S’il avait besoin d’un autographe d’elle, ce serait pour du vaudou pour qu’elle disparaisse de sa vie. Mais bon au moins elle avait répondu, c’était l’essentiel. Ana-liisa donc. Un nom bien ridicule. Pourquoi accoler deux noms pour en faire qu’un seul ? Remarque c’était moi vide que les noms chinois qui se contentaient d’une syllabe. En y réfléchissant, il pouvait s’estimer chanceux d’avoir gardé le nom que ses géniteurs avaient choisis pour lui, même si c’était une tare à porter, comme la preuve qu’il n’avait jamais fait partie de ces gens.

Le pire était sans doute que cela ne l’avait jamais rendu triste. C’était simplement normal.

Ce que l’avenir nous réservait ?  Isaac fixa la blondinette avec un air dubitatif. L’avenir, ils n’en avaient pas n’est-ce pas ? Enfin, ils étaient dans le Rêve, n’était-ce pas la preuve qu’ils avaient reniés leur existence dans le vrai monde ? N’était-ce pas justement parce qu’ils ne voulaient pas songer à l’avenir qu’ils ont été emprisonné ici ? C’était du moins son histoire, c’était comme cela qui le présentait.

Enfin au moins elle semblait prête à partir, vu qu’elle voulait même le presser. Il soupira trottinant pour arriver à son côté, avec un très mince sourire. Enfin, il pourrait se reposer, enfin. Et oublier cette soirée exténuante. Il lâcha tout simplement, comme un souffle dans le néant :

« C’est pas toi qui a été traîné de toute part de cette horrible ville… Mais bon, j’imagine que c’est comme cela que vit la jeunesse. »


Oui il la traitait de gamine, mais il avait l’impression qu’elle ne saisirait pas la remarque. Elle semblait tellement ailleurs qu’il n’avait franchement pas envie de la comprendre. Peut-être une différence de culture ? Il se savait pas et n’avait pas franchement envie de savoir. Au fond, ce qu’était la finnoise n’avait aucune importance. Cela avait été une torture de la côtoyer, de supporter cette énergie, cet engouement pour des choses superflues. Mais il avait survécu sans l’envoyer valser, c’était déjà un miracle en soi.

L’hôtel se profilait, et les au revoir étaient proches. Il était bien évidement soulagé, mais un autre sentiment contamina son cœur. Qu’est-ce que cela pouvait être déjà ? Ah oui, c’était de la déception que cela finisse déjà. Bon, ce n’était qu’une petite pointe, mais assez pour être dépité de le penser. Il n’était pas maso pourtant, alors pourquoi ? ll ne chercherait pas, il n’avait pas besoin qu’elle reparte à courir dans tous les sens, il avait déjà donné.

Mais il comprenait peut-être un peu plus pourquoi les humains.

« Maintenant je comprends mieux pourquoi les jeunes boivent… Mais ça ne veut pas dire que je cautionne ton comportement la naine ! »


Cela l’avait échappé. Pitié, que cette phrase ne lui ramènent pas d’autres ennuies….


Revenir en haut Aller en bas


message posté le Mer 23 Juil 2014 - 16:14 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •




Il rentrait, les coeurs se calmaient, l'air se refroidit, l'activité baissa. C'était terminés, déjà? Sachant qu'elle le referait, surement seule, elle commençait à mieux apprecier le Rêve. Profiter d'une vie sans les soucis du monde qui nous as donné naissance...
C'était peut-être ça, la renaissance?

L'hôtel était en vue, elle le regarda de toute sa hauteur en pensant à la gueule de bois qui se profilait mais elle ne regrettait rien. Cette soirée avait été profitable pour les deux partie, l'anglais qui avait put avoir un aperçut de ce que c'était d'être jeune, elle pour accepter la vie telle qu'elle était. Même si le passé était là, elle devait penser au présent.
Elle arrivait à l'hôtel, la séparation, la fin, la vraie.

« Maintenant je comprends mieux pourquoi les jeunes boivent… Mais ça ne veut pas dire que je cautionne ton comportement la naine ! »

Elle rigola et en guise de réponse, fit quelque chose à laquelle il ne s'y attendait surement pas. Elle s'approcha de lui et l'embrassa sur la joue, furtivement avant de lui dire:

"A la prochaine, l'anglais!"

Et lui sourit avant de s'avancer dans l’hôtel pour aller dormir. Elle n'avait plus qu'à trouver un tatoueur qui pourrait peut-être teindre son cœur en noir, et ensuite elle aviserait. elle s'endormie à cette pensée.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



message posté le Aujourd'hui à 0:14 dans Re: Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
• • • •
Revenir en haut Aller en bas
Voilà, c'est ce que je suis... [feat Isaac][terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis Miyake Kamikage! (terminé)
» Il est temps d'accepter qui je suis - feat Stelio
» Je suis cachée ! [Terminé] { Hyô Matawa
» De nouveaux horizons [ feat Hakuryuu ] [TERMINÉ]
» Un nouveau voyage [ feat. Hakuryuu ] [terminé, suite archipels]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sud :: Ville-foraine-