Partagez
Le chasseur et le chassé. [En cours]

Invité Invité

Anonymous


Le chasseur et le chassé. [En cours]  Empty
message posté le Jeu 23 Mai 2013 - 23:28 dans Le chasseur et le chassé. [En cours]
• • • •

Présentation de Daniel
Dewitt

Il y a les chasseurs et il y a les chassé, moi je fais partit des deux.



I- 1, 2, 3, viens donc avec moi.


Prénom et/ou pseudo :Daniel Dewitt

Âge : 32 ans

Origines : Américaine, New-yorkaise

Arrivée : 1901

Manie, habitude : Mâchouiller un mégot de cigarette

Marque : partie du corps où la marque d'Astrid a été déposée (vous pouvez préciser la forme, mais la couleur dépendra du groupe)

Groupe : à remplir après l'intervention d'Astrid.




II- 4, 5, 6, je suis ta hantise.

[en cours]




III- 7, 8, 9, sors vite de ton œuf.



1890, Golf du Mexique,

« - Vous savez depuis quand il est mort ?

- Mmmm... Cela doit faire quelques heures ou un jour, je ne suis pas sûr.

- Sa mort ?

- Une balle de revolver calibre 88 entre les deux yeux et, en prime, 12 dents arrachées.

- L'arracheur de dent, c'est ça ?

- On peut douter de cela. Même s'il faudrait plus de preuves pour nous dire si c'est bien lui.

- Ça ressemble parfaitement à sa méthode, vous ne croyez pas Dewitt ?

- Je ne pourrais renier ce que vous dites Alexenders. Vous devez avoir raison.

- Bien évidemment que j'ai raison ! »

Le jeune homme âgé de vingt ans se relève, essuie son pantalon du sable qui s'était fixé à lui. Il soupira, se rétracta puis, demanda quoi faire du cadavre. Son supérieur ne peina pas à lui répondre, comme d'habitude ce serait Dewitt qui devrait porter le cadavre sur son cheval... Il monta sa monture tout en soupirant, c'était ça le métier de shérif et la tâche était particulièrement ingrate pour les nouveaux... Et, inutile de vous dire que celui-ci en faisait partit.

« - Chef ?

- Qu'il y a-t-il Dewitt ?

- Je me demandais... Pourquoi pensez-vous que l'arracheur de dents arrache des dents ? Je veux dire, pourquoi il tue pour des dents ? Il ne vole rien aux victimes... C'est surprenant !

- Oh, si vous voulez mon avis, je n'en sais pas plus que vous, peut-être parce qu'il ne veut pas se faire avoir en possession de biens qu'il ne lui appartient pas ? Et pour les dents, allez savoir, on lui demandera avant que ce fumier ne se fasse pendre.

- Mmm... Je vois.

- En tout cas, ce mec est intelligent. C'est tout ce que je peux dire. »

Les deux hommes continuèrent ainsi leur route vers le Texas sans dire mot. Regardant leurs alentour, rêvant, réfléchissant à ce monstre qui tuait. Il fallait dire que l'arracheur de dent avait commencé ces agitations cinq ans auparavant, à ce moment, Dewitt n'avait que 15 ans et il s'occupait des vaches, c'était encore un jeune cow-boy. C'était ce que ces parents voulaient, il avait suivi leurs désirs même si cela ne lui faisait pas toujours plaisir. Cependant, ceux-ci furent aussi victime de cet assassin, d'ailleurs, ce furent les toutes premières victimes de l'arracheur. Suite à ces événements, Dewitt avait décidé de venger ces parents en devenant chérif et il fallait dire qu'il ne le regrettait pas, même si de temps en temps c'était plus que douloureux que ce soit physiquement ou psychologiquement. Celui-ci n'avait pas de trouble mentale ni de traumatises conséquents, il s'était fait une raison au crime de ses parents, s'ils étaient morts, c'était pour une raison qu'il découvrirait avant de pendre leur assassin.

Après deux jours de voyages ceux-ci arrivaient enfin à Baclyf dans le Sud du Texas. Le village était bien calme, comme toutes les mâtinés de juin, il fallait dire que la chaleur était plus que suffocante et l'eau était quelque peu rare. Les habitants évitaient de sortir la journée de peur de se retrouver assoiffé et de ne plus avoir de quoi se rafraichir. Et ils avaient bien raison, cette sensation ce faisait sentir sur Dewitt, il regarda son tuteur qui lui, il ne le savait vraiment comment, ne montrait aucun signe de fatigue à croire qu'il pouvait rester éveillé cinq jours sans dormir. Et on pouvait sûrement le constater, sous sa courte chevelure argenté et de ces longs sourcils de la même couleur on y apercevait, sous ses yeux d'azur, de grandes cernes. Si c'était devenir ainsi shérif et bien... Il n'irait pas très loin. M'enfin, il faut dire que les temps ont changé, les habitations sont mieux meublées, les matelas plus confortable, il y a moins de maladies qu'il y a 10 ans. Bref, on peut dire que l'homme a fait un pas considérable dans cette matière et cela ne s'arrêterait surement pas maintenant.

« - Pensez-vous que nous trouverons celui qu'on recherche ici ?

- Ce serait bien, je ne suis pas sûr mais il vaut mieux vérifié, on l'a suivis au Mexique, il a dû obligatoirement passer par ici mais peut-être qu'...

- On arrive trop tard ?

- C'est cela. Et je pense qu'on l'a raté...

- On pourrait faire un tour dans la taverne ?

- Ah quoi bon ! Personne n'y est à cette heure ! Et je ne pense pas que cet homme soit aussi bête pour montrer son visage à tout le monde.

- Et si... Il le faisait ?

- Pourquoi donc il le ferait ?

- Pour éviter tout soupçon, le mieux serait de demander au tavernier et s'il n'a rien vu et bien, on aura au moins demandé.

- Ouais, tu as raison. »

Sur le moment, Dewitt fut étonné, pour la première fois son chef venait de le tutoyer ce qu'il n'avait pas du tout l'habitude de faire. Mais cela l'arrangeait bien, le fait que celui-ci le vouvoyais le gênait, c'est vrai qu'en comparant les deux hommes, il y avait de grandes différences physiques. L'un était mâture, marqué par les souffrances de la vie, robuste, dans les un mètre 80 recouvert d'une chemise blanche à rayure grisâtre et soutenu par des bretelles brunâtre et si on devait situer son âge on dirait la quarantaine d'année. Quant à Dewitt, il était jeune, assez bel homme ses cheveux bruns reflétait la lueur du soleil comme ses yeux d'ailleurs. Il était habillé d'une chemise blanche, d'un fouloir rouge qui avait appartenu à sa mère ainsi que d'un pantalon noir. Allant parfaitement avec son cheval noir tacheter de blanc. Une fois arrivée près de la taverne, les deux hommes descendirent de leurs montures, les attachaient et firent leur premier pas dans la bâtisse aux aspects délabré : les murs étaient abîmer, laissant de temps en temps apparaitre les structures internet du bâtiment qui avait l'air de tenir à peine debout. Les tables étaient renversée, des cartes jonchaient le sol comme les verres et les chaises quant au bar, celui était totalement détruit, ne laissant transparaitre que la partie d'un corps humain.

« - Et bhein dis donc, il est passer de mains morte ce gars.

- Je vous plussoie.

- Bon, je crois que notre seul témoin n'est plus vraiment de ce monde. En tout cas, ce qui est de sa présence sprituel. Ahah ! »

Alexanders lâcha un rire, ce n'était pas de son habitude mais il avait l'air désespéré, il n'avait plus montré cette émotion depuis qu'il ne put savoir pourquoi l'assassin de sa femme l'avait tué. C'est une histoire assez banale en fait, qu'il racontait à sa recrue les soirées de pleine lunes près d'un feu de camps. Un jour, alors qu'Alexanders rentra d'une journée de travail, sa femme n'était pas présente, contrairement à son habitude. Pensant aux premiers abords qu'elle avait décidé de faire un tour, il ne s'inquiéta pas. Seulement, elle ne revînt pas le soir même, ni le lendemain. C'est alors qu'il décida de partir à sa recherche (il avait décidé de ne pas raconter cette partie de l'histoire). Lorsqu'il retrouva son épouse, elle était dans un piteux état, allongé dans une marre de sang, elle était démembrée, on y voyait de multiple traces de contusion sur les parois vaginal, mais, ce qui avait marqué l'homme, c'était ses yeux, ses yeux qui avaient l'air si apaisé, si tranquille. Comme si ce n'était qu'un passage difficile de la vie et qu'elle reposerait désormais en paix. Aucune peine de décrire les scènes violentes qui suivirent cette découverte, la seule chose qu'il raconta à Dewitt c'était que le chef du groupe ne lui avait dit qu'une seule phrase avant de propulser sa cervelle à coup de magnum sur le sol.

« - Tu comprendras dans quelques années... »

C'était la fin de son histoire, Dewitt ne savait pas vraiment si c'était une histoire vrai ou si c'était de la pure invention, mais il ne le questionna pas plus. Préférant s'occuper de ce qui le regardait comme à son habitude. Il ne devait pas se faire submerger de sentiments pour le moment, surtout les genres de sentiments qui trahissent. Il respira un grand coup avant de prendre le chemin de la sortit.

« - Tempis... » Dit-il d'une voix fort triste. « On aura ce fumier une autre fois... »

Cette déception se faisait partager par son tuteur qui ne fit que le plus-soyer avant de sortir de la taverne, de regagner leur monture et de prendre la route vers le Nord. Avant qu'ils ne donnaient le départ à leurs chevaux Alexenders fit une remarque à son compagnon :

« - On l'arrêtera, je te le promet »

Dewitt le regarda en murmurant :

« - J'en doute fort... Il est bien plus intelligent que nous, il nous aura déjà tué avant. Mais... Je peux vous poser une question ?

- Oui, bien entendue, je t'écoute.

- Pourquoi tout vous me tutoyer ? Vous ne l'avez jamais fait auparavant.

- Parce que tu as été bien plus intelligent que moi tout à l'heure, je te considère comme mon compagnon, plus comme mon apprenti. »

Et ils se remirent ainsi à la pourchasse de l'arracheur de dents avec se sourire, ce sourire mélancolique et nostalgique.


« Je n'ai jamais crû que l'arracheur de dents existait, j'ai toujours sû que s'était l'un de nous. »


1896, Ohio ville de Comlumbus,

[suite]





IV- 1, 2, 3, qui est derrière toi ?


Pseudo :

Comment avez-vous trouvé ce forum ?

Avez-vous des suggestions pour l’améliorer ?

Avez-vous des remarques à faire ?




Revenir en haut Aller en bas
Le chasseur et le chassé. [En cours]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Time is running out :: Open the door... :: Archives-