Partagez
Dimitry Smigoleve -UNDER CONSTRUCTION-

Invité Invité

Anonymous


Dimitry Smigoleve -UNDER CONSTRUCTION- Empty
message posté le Jeu 3 Jan 2013 - 3:44 dans Dimitry Smigoleve -UNDER CONSTRUCTION-
• • • •
I- 1, 2, 3, viens donc avec moi.

   Prénom et/ou pseudo : Dimitry Smigoleve
   Âge : 19 ans
   Origines : Quelque part entre Stalingrad et Moscou
   Arrivée : 1945
   Manie, habitude : Ne peut s'empêcher de mangeais une pomme lorsqu’il parle de politique, dors mal autre part que dans un char.
   Marque : au niveau du cœur, elle représente une louve lovée sur elle-même.
   Groupe : à remplir après l'intervention d'Astrid.




II- 4, 5, 6, je suis ta hantise.

    Un souffle,... un autre souffle, un nuage devant la bouche,.... un sifflement... le bruit d'un corps qui tombe aux sols,... C'est la seul chose capable de le détendre, c'est la chasse aux officier allemand avec un fusil de précision....  
Il aimait tous ce qui étais en métal, tous particulièrement les armes à feu, surtout le Mosin-Nagant avec une lunette de sniper, car il lui rappelle de tendre souvenir...
Dès ses 13 ans, il du aller travaillais aux usines pour nourrir sa jeune sœur, il travailla avec courage et ne renonça jamais malgré les difficultés, de tel manière que chaque année, il fut récompenser pour son mérite au travail dans l'usine Octobre Rouge. Ceci lui conféra un courage sans limite, et un amour pour le métal et sa chère usine Octobre rouge, qu'il considérer comme sa maison...
Le travail à l'usine à forgé son esprit tout comme son corps. Il était grand de 1m75, possède une fine taille et est large d'épaule. Son visage était fin et il plaisait à toutes les jeunes filles de son quartier mais sa renommé était connue dans toute la Mère Russie due à son valeureux courage à l'usine Octobre rouge...
Il avait les yeux vairons, un rouge et un violet. Il avait les cheveux blond platine et avait une peau bronzé du fait qu'il travailler près de métal incandescent...
Ils étaient fier de ce qu'il était et n'aspirer qu’à vivre en paix lorsque la terrible année 1941 arriva...


III- 7, 8, 9, sort vite de ton œuf.

   "Stalingrad, 1941.
Les Fasciste allemand, Italien se sont allier contre la Grande Mère Patrie ! Camarade, il on obligeait les soldats Roumains de combattre pour eux contre la menace d’exécuter toute leurs familles ! Mais le camarade Staline à donner l'ordre de ne montrer aucune pitié pour ces sauvages fasciste et leurs malheureux alliés ! Il à également dit que tout homme qui reculerais sera considérais comme traitre et indigne de la nation Soviétique, et qu'il sera donc exécuter en temps que tels !"...
Encore un autre discours de propagande.... J'en avais entendus des verte et des pas mûr mais celui-là était prononcé avec une tristesse... Pour cause, le commissaire était lui-même Roumain d'origine ! Je m’approchai de lui pour le réconforter avec une bouteille de vodka, lorsqu’il se retourna et m’apostropha :
-"Ah ! Camarade Smigoleve ! Je vous cherché !" Dit-il avec une joie destiné à cacher sa tristesse. "J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer !
-D'accord mais dans le bunker que nous avons pris la semaine dernière. Nous seront tranquille pour en discuter...
-Comme vous voudrait, Camarade..."  

Le Camarade Commissaire était un amis, malgré le fait que je ne lui est jamais demandé sont noms (chose étrange...).
Je l'ai connue sous une pluie de bombe allemande, alors que je cherchait à aller sauvait un soldat bloqué sous le feu croisé de 2 Mg-42 allemande, il m'a dit qu'il m’accompagnait pour me couvrir avec un fusil de précision. Résultat : un soldat sauver et deux mitrailleuses allemandes récupérer.
Une bonne journée en somme...
Le soldat se révéla être un soldat britannique nommé Arthur Denford, envoyé en renfort... Je savais pas pourquoi, mais je l'ai tout de suite pas du tout aimais... Peut être parce qu’il m'a renversé du thé sur ma tenue d’apparat et faillit m'explosé avec un obus de 204mm, puis m’envoya à l’hôpital suite à une balle dans la jambe...
J'ai demandé à qu'il soit envoyé dans les force de réserve pour ne plus nuire à personne et je ne l'ai plus jamais revu par la suite...

-"Nous y voila Camarade !" s'exclama le Commissaire en m'extirpant de mes pensée. "Allons boire de la bonne Vodka pour nous réchauffer !
-Pas pour moi, mercis... Sinon je vais tomber dés les trois premiers verres.
-A oui, j'avais oublié que vous ne teniez pas l'alcool. Bon bas alors, ce sera du thé noirs de notre belle Patrie pour vous !"
Le thé noir Russe.... Le meilleurs des thés que j'ai jamais eu l'occasion de goutée !
-"Alors, quelles sont les nouvelles ?"  Dis-je en m'asseyant.
-"La mauvaise nouvelle, c'est qu'un sniper réputé chez nos ennemis va arrivez en train blindé à Stalingrad pour vous chasser.
-Pourquoi moi ?" Demandais-je.
-"J'avoue que le Haut Commandement n'en sait pas plus que nous, à ce sujet... En revanche ce que je sais, c'est qu'il s'agit d'une femme avec un sacrée caractère de cochon, du genre femme indépendante.... Et les rumeurs au sein de la Wehrmacht disent quelle possède une queue de loups et des oreilles de loups sous sa casquette... Mais bon ce ne sont que des rumeurs.
-Je le pense également mais je me souviens de ce que me disait ma petite sœur... Elle me disait qu'elle rêvait d'une belle louve qui dormait à coté de moi lorsque je dormais...
-Étrange en effet. Ma grand-mère me disait toujours que les rêves sont les révélateurs de l’avenir....
-Peut être...Et la bonne nouvelle ?
-La bonne nouvelle c'est que vous avais une permission d'une semaine... En espérant que la situation n'empire pas plus qu'actuellement..."
J’acquiesçai d’un mouvement de tête lorsque nous entendîmes un lourd vrombissement accompagné d’explosion régulière.
-« Voilà qu’il remette ça… » Déclara maussadement mon amis…
-« Au fait, je ne vous est jamais demander votre nom, Camarade Commissaire.
-Je me nomme Vicktor Tchaïkovski.
-Comme le compositeur de « Pierre et le loup » ?
-Exactement ! » Disait-il avait que le bruit des bombes couvrait nos voix.

4 Jours plus tard.
Je patrouillais dans les rues de Stalingrad, lorsque soudain une balle érafla mon visage.
Je me mis à couvert le plus vite possible, derrière l’épave d’un char allemand détruit. Un Panzer 4...
J’armai mon Mosin-Nagant et attendit le tire suivant…
Il ne tarde pas à venir éraflant cette fois-ci mon casque que j’avais récupérer sur un soldat allemand et peint d’une étoile rouge. Juste sur l’étoile elle était, l’éraflure…
Mais j’avais repérais l’origine du tire et visa cette position, un balcon d’un immeuble en ruine.
Le tireur s’exposa. Enfin, la sniper. La fameuse sniper qui me chassais depuis 3 jours.
Je vie son visage concentrer sur sa lunette. Un beau minois, l’allemande…
Elle avait les cheveux blond platine, un peu comme moi. Je ne voyais pas ses yeux mais elle avait un uniforme gris, parfaitement camouflé dans son environnement. C’était à ses cheveux que je l’avais repéré…
Je tire, non pas sur elle, mais à coté, histoire de voir comment elle réagirait. Elle n’a pas tressaillis d’un pouce... Elle a tirer, à son tours. La balle à heurter le mur derrière moi, trois seconde où ma tête se trouver plus tôt.
Je me remis en position de tir, bien décidé d’en finir. Je ne la vis pas. J’attendis un moment comme ça. Une heure ou deux. J’avais froids et j’en avais marre d’attendre plus longtemps.
C’est alors que je me suis relevé et chargeait en poussant un crie de guerre « Pour Stalingrad !». Une balle s’est logée dans mon épaule gauche. Continuant malgré la douleur, je me mis à l’abri sous le porche de l’immeuble, puis mis un pansement sur ma blessure, histoire de stopper l’hémorragie.
Je suis rentré dans l’immeuble et je montais à l’étage. Je rentra sans ménagement dans la pièce où se trouver le sniper et me reçus un coup derrière la tête. A demi-assommé, je sentis que l’on me lier les mains, puis me tirait vers un coin de la pièce. C’est à ce moment que je m’évanouis.

Je me réveillai plus tard, dans un lit le bras droit attacher au barreau de celui-ci et complètement vaseux. Je sentis également une présence chaude à ma gauche.
Je baissa la tête et vit la sniper, à demi-assise sur une chasse à demi-couchait à coté de mon bars droit. « Elle dort à coté de moi ?... » Je leva ma main gauche, non sans douleurs, et la posa sur la tête de celle-ci. Elle ne se réveilla pas…
Il y avait une horloge de grand-mère devant mon lit. Elle indiqua qu’il était 3h du matin… « Je suis resté inconscient pendant combien de temps ? »

L’horloge indiquait 9h du matin lorsqu’elle se réveilla. Elle tourna la tête et me regarda.
Elle avait les yeux vairons, un d’un bleu ciel éclatant et l’autre d’un violet profond.
Je fus fasciné par sa beauté que ne vis pas le pistolet pointer en ma directions….

Elle dit quelque chose que je n’ai pas compris, car je ne parlait allemand. Devant mon manque de réaction surement, elle soupira et me demanda avec un adorable accent allemand :
-« Tu est enfin réveillait. Je ne pensais pas que je t’avais frappé aussi fort…
-C’était un sacrée coups ! Peu de soldat aurai pus y résister.
-Merçie du compliment… Mais explique moi une chose, pourquoi à tu foncé tête baisser dans la tanière de la Louve… ?
-Je ne sais pas,… J’ai juste suivie mon instinct, et il m’a conduit içi.
-Mmmh…. »
Elle se dégagea délicatement de mon bras blessé pour pouvoir levée sa tête.
-« Je peux te posait une question ?
-Vas-y.
-Pourquoi m’a tu soigné ? »
Elle se mit à rougir tels l’étoile rouge, et tout en se dandinant sur sa chaise, visiblement très gêné.
-« Et bien, heu… C’est parce que, heu… Et bien voie tu… » Commença telle lorsqu’un vacarme assourdissant vint couper notre conversation.

Depuis la fenêtre de la chambre, je pouvais apercevoir l'usine Octobre rouge ou du moins, faute de ma position couché, son toit ainsi que ses cheminé. L'origine du bruit assourdissant me plongea dans une état de stupeur et d'horreur : des centaine ou milliers de bombardiers allemands bombarder aveuglément la zone de l'usine, provoquant mort et destruction.

IV- 1, 2, 3, qui est derrière toi ?

   Pseudo : Raptonic
   Comment avez-vous trouvé ce forum ? Une certaine personne du nom d’Aleksey me l’a montré.
   Avez-vous des suggestions pour l’améliorer ? PLUS DE PU-PU-PU-PU-PUISSANCE !
   Avez-vous des remarques à faire ? Manger des pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Dimitry Smigoleve -UNDER CONSTRUCTION-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Time is running out :: Open the door... :: Archives-