Partagez | .
Ne montez JAMAIS dans ce train.....

Invité Invité

avatar


message posté le Mar 20 Déc 2011 - 0:52 dans Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • • •
Enola avait vagabonder suivant sa carte vers la ville, intéressée par une quelconque trace d'urbanisation, mine de rien, elle était pressée de voir la tête de habitants, s'attendant presque a rencontrer un bisounours tant le trajet avait été fantaisiste...De loin, la ville était magnifique, comme un morceau de voie lactée arrachée au ciel, elle resté bouche bée devant les milliers de lumières bariolées qui scintillaient a l'horizon, s'était alors que ce drôle de train était arrivé, et qu'elle montait dedans sans trop savoir pourquoi...Dans le train, presque personne, a part un passager somnolant, le train était désert...Elle s'assit donc prés de la vitre et observa le paysage....

-Votre attention, s'il vous plait, prochaine arrêt sur la forêt!

La forêt, ou ça, la forêt? Enola ne voyait pas une trace de bois et encore moins de forêt, ou alors, c'était loin...TRÈS loin...Bof, après tout, elle s'en fichait, quelque sois le lieu ou elle irait, ça ne changerais pas grand chose....

-Votre attention, s'il vous plait, finalement j'ai changer d'avis, ce sera au volcan!

Houla, ce train dément mettait le Je-m'en-foutisme d'Enola a rude épreuve, une forêt lointaine et maintenant un volcan, youpie...Un monde de tarés, mais, étrangement, son anxiété laissa place a une immense envie de rire...Elle ne pus s’empêcher d'éclater de son rire si caractéristique et si peu discret, ce qui ne manqua pas de réveiller son voisin de train...Enola ne pouvait plus s’arrêter de rire, elle trouvait se monde tellement fantaisiste...Son voisin la regarda bizarrement et finit par se convaincre qu'il avait a faire a une folle...

-C'est decidé, nous iront voir les attractions de la ville foraine, c'est bien, ludique et touristique...Accrochez vous....

Le voisin d'Enola s'empressa de boucler sa ceinture, et celle ci l’imita, histoire de pas mourir tout de suite après son entrée dans ce monde improbable....Le train plongea vers le sol, comme des montagnes russes, en pire...Enola faillie vomir ses tripes tant la chute fut brusque...

-Terminus, tout le monde descend!

-Hein?Murmura Enola, qui eu a peine le temps de comprendre...

Les portes s'ouvrirent en grand, et elle fut expulsée, faute d'avoir mal boucler sa ceinture, oh non, la mort s'offrait a elle...L'altitude était effrayante...Elle se sentit soudain triste, retournerais elle dans ce monde froid et gris dont elle gardait de vagues souvenirs?Pitié non...

800 métres.....

si seulement j'avais pus rester un peu plus longtemps....

500 métres...

Je vais mourir stupidement....

300 métres....

Dieu ne m'a jamais prouver son existence, peu il le faire maintenant?

100 métres....

Je vais mourir, mon dieu, je vais mouriiiiiiiiiir!!!!

*PAf*

a suivre....( la suite sera a celui qui la fera le premier)


Revenir en haut Aller en bas

Iris Age : 21
Humeur : Je veux du chocolat ♥

avatar


message posté le Mer 21 Déc 2011 - 15:47 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
    Iris aimait bien la ville-foraine. En tout cas, c'était ce qu'elle pensait tandis qu'elle avançait dans les ruelles sentant bon la barbe-à-papa. Elle s'était réveillée ce matin là avec une carte, lui indiquant le chemin à suivre pour arriver à ce qui paraissait être un gigantesque parc d'attractions. N'ayant absolument rien à faire et ne sachant pas où elle était, elle avait donc, en toute logique, décidée de suivre la route surlignée au marqueur rouge. Et à présent, elle s'en félicitait. Elle n'avait pas la moindre idée de ce sur quoi elle pourrait tomber en se promenant au hasard dans ce drôle de rêve - des monstres ? Des sorcières aux nez crochus ? Ou bien des lutins malicieux ayant pour unique but de lui arracher les yeux ? -, se balader dans une ville des plus innocentes était donc probablement la meilleure chose à faire.

    Curieuse, la jeune fille poursuivit sa route, tentant de trouver une sorte de logique à ce qu'elle voyait. Elle n'y arriva pas. Sincèrement, l'ensemble du paysage était étrange. Un grand huit se retrouvait subitement privé de rails, son wagon et ses occupants se retrouvant dans l'obligation de se laisser flotter à plusieurs mètres du sol ; des employés sans visages saluaient leurs clients grâce à un mouvement fluide de leurs chapeaux hauts-de-forme ; une gigantesque grande roue tournait à tout allure sur son axe, en un manège infernal. Oui, tout était étrange ici. Pas vraiment effrayant, ça non, juste inexplicable voire complètement dingue. Et dans son innocence, Iris riait. Son petit rire cristallin explosait dans tout le parc, sous les regards amusés des passants. Dans un élan de bonne humeur, elle eut brusquement très envie de faire le plus d'attractions possibles avant de se gaver de pommes d'amour. Un sourire illumina son visage pâle, puis elle s'élança en courant vers des auto-tamponneuses de toutes les couleurs... Et se prit les pieds dans ses pieds. Ne me demandez pas comment c'est possible : de toute façon, plus maladroite qu'Iris, tu meurs.

    Toujours est-il qu'elle se retrouva face contre terre, le nez et les genoux tout éraflés, l'esprit complètement chamboulé. Sa main alla toucher son front, essayant de chasser les milliers d'étoiles dansants devant ses yeux, puis elle tenta péniblement de se relever. Ses jambes tremblaient un peu, mais elle se sentait capable de tenir debout... Plus ou moins... Petit à petit elle retrouva son équilibre, et elle s'apprêtait à repartir d'un pas peu assuré quand quelque chose lui tomba dessus.

    PAF.

    Iris perd 180 PV. Iris est K.O.
    S'il s'était agi d'un jeu de Pokémon, cette phrase ce serait probablement affichée. Sauf que le rêve d'Astrid n'était pas un jeu - pas vraiment tout du moins -, et la mention « Game Over » ne pouvait pas apparaître. Iris se retrouva donc complètement écrasée contre les dalles en pierre de la ville, avec qui plus est un poids appuyant sur son dos, certes, mais vivante. Lentement, elle se laissa rouler sur le côté, dans une tentative d'échapper à la chose lui étant tombée dessus. Elle avait mal partout, comme si elle venait de se faire écraser par un rouleau compresseur... Le plus précautionneusement possible, elle s'installa en position assise pour pouvoir se remettre de ses émotions et tenter de voir la raison de sa deuxième chute. Elle pensait s'être pris une des nacelles de la grande roue. Il s'agissait en réalité d'une petite jeune fille. La chose était donc une personne... Intéressant. Étonnée, l'adolescente s'approcha du petit corps frêle toujours étendu sur le sol. Elle l'observa un moment, se demandant s'il était possible de mourir dans ce monde étrange, avant de se rendre compte que la fillette respirait toujours. Bon, c'était déjà ça ! Toujours aussi doucement, Iris commença à analyser la personne à qui elle avait affaire. La petite fille avait des cheveux très blonds, coupés aux épaules. Sa peau était pâle, très pâle, et Iris se demandait de quelle couleur pouvait être les yeux de l'enfant quand ceux-ci, immensément bleus, s'ouvrirent en grand. L'adolescente sursauta comme jamais et laissa échapper un cri. Avant de se rendre compte qu'il était normal, pour une personne vivante, d'ouvrir les yeux. Il aurait même été plus inquiétant qu'elle les garde clos. Oui, voilà, c'était une bonne nouvelle. Une bonne nouvelle. Il fallait qu'elle se calme ! Après un petit silence, Iris finit par prendre la parole, son ton intrigué s'élevant dans l'allée pavée où les deux filles étaient assises.

    – D'accord. Heu, je sais pas trop quoi te dire... Je m'appelle Iris... Et...

    Elle porta sa main à sa joue, réfléchissant à la façon dont elle pouvait formuler sa question, avant de reprendre.

    – Enfin, c'est la nouvelle mode de tomber du ciel comme ça ? Tu es un ange ? C'est quoi ton prénom ?

    Bon, elle avait prévu de ne poser qu'une seule question, et elle se retrouvait à en prononcer trois. Mais au moins elle avait parlé ! Oui. C'était formidable. Haha.

    Pauvre Enola.

• • • • •

Revenir en haut Aller en bas

Invité Invité

avatar


message posté le Mer 21 Déc 2011 - 16:41 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • • •
– Enfin, c'est la nouvelle mode de tomber du ciel comme ça ? Tu es un ange ? C'est quoi ton prénom ?


Enola essayais tant bien que mal d'assimiler la situation. Bon, d'une, elle n'était pas morte, de deux, elle avait faille tuer quelqu'un qui s'était ensuite présentée sous le nom d'Iris, de trois, il faillait répondre a des questions stupides...En fait, le plus impressionnant, c'était qu'elle n'était pas morte et qu'elle était (encore plus dément) en un seul morceau, elle qui croyais qu'on retrouverais un morceau d'elle a tout les coins de rue....Elle leva les yeux vers la personne qui lui avait adresser la parole....Bon, elle allait d'abord essayer de trouver des mots corrects...Mais que doit on dire a quelqu'un qu'on a failli tuer en tombant dessus?

-Euh....Bonjour?

Enola jugea bon de ne pas rester par terre et se releva, mais ces jambes en coton faillirent céder...Elle tituba et failli tomber sur le derrière, mais se repris juste a temps....

-Bon, je suis tombée du train, et..et...et bien, je....Enfin...Bredouilla Enola qui ne savait pas par quoi commencer...Des milliers de mots se bousculaient dans sa bouche, donnant lieu a de misérable "euh, et bien...je...en fait....". Bon, elle allait au moins se présenter....

-Je m’appelle Enola, et j'ai 14 ans....


En y réfléchissant un peu , Enola remarqua que c'était la première fois qu'elle avait une discussion avec quelqu'un dans le rêve d'Astrid...Elle se rassura donc, il n'y avait pas que des trains fous dans ce monde, il n'y avait pas non plus de bisounours et de teletubies, juste des humains "normaux"...Bon, qu'allait elle lui demander?

-Tu...Tu est une habitante de ce monde? Enfin, je veux dire, tu habite ici depuis longtemps?

Elle n’eut pas le temps de continuer, que déjà, une étrange créature sans visage s’approcha d'Enola et lui saisi la manche....La jeune fille, plus étonnée de rien, ne fut pas surprise d'être face a une créature humanoïde dénuée de visages, portant une sorte de haut de forme stylisé que Enola trouvait très beau et qui lui prenait la mains comme un gamin qui cherche sa maman....

-Quoi? tu veut qu'on te suive?
Revenir en haut Aller en bas

Iris Age : 21
Humeur : Je veux du chocolat ♥

avatar


message posté le Mar 27 Déc 2011 - 19:03 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
    Assise sur les dalles en pierre du parc d'attractions, Iris vit le « petit ange blond » tenter tant bien que mal de rassembler ses esprits (après une chute de 800 mètres, elle devait probablement être un peu secouée). Elle ne lâchait pas la fillette des yeux, comme si elle pouvait s'évanouir dans une explosion enfumée d'une seconde à l'autre. Son regard était curieux, rempli de mille questions, mais elle se taisait. Elle préférait attendre de voir comment les événements allaient évoluer... Et quelles réponses la petite jeune fille allait pouvoir lui donner. Soudain, des bruit de pas précipités retentirent dans son dos. Des petits talons, secs, courants dans l'allée. La voix de la petite fille face à elle l'empêcha de se retourner pour voir la source de cette agitation.

    -Euh....Bonjour?

    Oh, oui, tiens. Elle n'avait même pas dit bonjour ! Elle devait paraître bien impolie... Un peu honteuse, la jeune fille observa son interlocutrice se relever tant bien que mal, titubant un peu sur les pavés avant de retrouver son équilibre et de reprendre la parole pour se présenter. Ou tout du moins essayer. Tac, tac, tac. Toujours ce bruit de talons.

    -Bon, je suis tombée du train, et..et...et bien, je....Enfin..

    Elle bégayait, trébuchait sur les mots, alors que les pas se rapprochaient d'elles indubitablement. Bizarre, bizarre. Iris avait presque envie de dire à la fillette de se presser un peu, histoire qu'elles filent d'ici au plus vite. Elle s’inquiétait de ce bruit continu derrière elle. Elle ne connaissait pas bien ce drôle de pays, elle ne savait pas ce qu'elle pouvait trouver dans ce lieu étrange. Il y avait sûrement des tas de choses inexplicables par ici. Comme... Ouh, non. Elle refusa de se laisser imaginer des horreurs.

    -Je m’appelle Enola, et j'ai 14 ans....

    Enola ? Enola ? Oh, c'était un joli prénom ! Elle ne le connaissait pas jusqu'ici. Bien heureuse d'arriver à mettre un nom sur son ange, Iris en oublia la chose s'approchant dans son dos. Ses yeux s'illuminèrent, à nouveau plein d'interrogations. Ses lèvres brûlaient de mille et une questions qu'elle mourrait d'envie de poser. Elle s'en empêcha de justesse, en imaginant la peur qu'elle pourrait causer à cette jeune fille. Elle ne voulait pas la voir partir en hurlant, uniquement parce qu'elle avait voulu se montrer trop indiscrète...

    -Tu...Tu est une habitante de ce monde? Enfin, je veux dire, tu habite ici depuis longtemps?

    Ah. Elle qui voulait poser des questions, voilà qu'elle se retrouvait à devoir répondre. Ouvrant la bouche pour répondre, elle fut coupée par les bruits de pas continuant, de plus en plus forts. Son sang se glaça dans ses veines. Tac, tac, tac, tac. Lorsque les talons se stoppèrent, juste à côté d'elles, Iris crut bien défaillir. Lentement, elle tourna la tête. Pour découvrir une créature sans visage, portant un haut-de-forme des plus élégants. Et des bottes munies de talonnettes. D'où le bruit. Il tenait Enola par la manche. Un soupir de soulagement s'échappa es lèvres de l'adolescente ; heureuse de savoir qu'elles n'allaient pas mourir aujourd'hui. A moins qu'elles ne soient déjà mortes ? Ouh, ça expliquerait ce monde pour le moins étrange. Et le fait qu'elle ne se rappelle de rien.

    -Quoi? tu veut qu'on te suive?

    Euh ? Le suivre ? Non, non, mauvaise idée. D'un seul coup, une autre créature surgit à côté d'Iris, lui empoignant le bras. Précautionneusement, il l'aida à se relever, avant de l'entraîner à travers les allées du parc d'attractions. Dans un geste paniqué, la jeune fille jeta un regard en arrière, pour voir qu'Enola était elle aussi emportée dans la même direction d'elle par son étrange guide. Bon, c'était déjà ça. Une sorte d'angoisse logée au creux de son ventre, Iris se laissa emmenée dans une des ruelles, puis dans une autre, longeant les attractions les plus inattendues et les plus mystérieuses de l'Univers. Enfin, après un ultime tournant, les quatre protagonistes (Enola, Iris, plus les deux créatures aux chapeaux haut-de-formes) s'arrêtèrent devant une gigantesque grande roue. La gorge sèche, l'adolescente arriva à peine à articuler une phrase à l'intention d'Enola.

    – Dis moi. Je. Je ne suis pas la seule à avoir le vertige, si ?

    Puis, sans attendre davantage, les deux jeunes filles furent installées dans une des nacelles s'élevant dangereusement vers le ciel... Nuages en barbe-à-papa, les voilà.

• • • • •

Revenir en haut Aller en bas

Invité Invité

avatar


message posté le Jeu 29 Déc 2011 - 20:37 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • • •
-Dis moi. Je... Je ne suis pas la seule à avoir le vertige, si ?

Enola regarda l'immense grande roue et se demanda ce qu'elle avait fait au monde d'Astrid pour que celui ci s'acharne a vouloir écourter son existence....Elle déglutie tant bien que mal et fut poussée par l'étrange créature, tout doucement, juste pour qu'elle rentre dans la nacelle qui s'était posée devant elle....Puis Iris la suivi et leur nacelle rose bonbon s’éleva lentement du sol, Enola s'enfonça dans son siège....

-Oh mon dieu, j'imagine pas si ça se bloque...Murmura elle, angoissant toute seule a s'imaginer coincée a des kilomètres du sol....

Ce qui l'inquiétait le plus, c'était les couinement du métal mal huilé et les tremblements réguliers de leur nacelle. Lorsqu'elle furent arrivées au sommet de la grande roue, comme par hasard, le métal émit un bruit très aiguë et le mécanisme se stoppa net, suivit quelque minutes après par une voix d’hôtesse de l'air leur disant de « ne pas s'affoler » car c'était juste « un petit problème technique » qui ne mettrais que « quelques temps a se régler »....

-Ils vont me rendre folle, mon dieu, ils vont me rendre folle!!!Cria Enola dans un mélange de colère et de désespoir...

Le mécanisme grinça soudain, et leur nacelle tomba brusquement...Enola laissa échapper un cri de surprise et d’effrois...La grande roue venait juste de repartir et le départ avait été un peu brusque...Les derniers événements avaient démontrer a Enola que la grande roue devait être très vielle et qu'elle ne respectait sûrement plus les normes de sécurités obligatoire, elle se dit finalement qu'elle ne risquait pas de mourir vue qu'une chute de 800 mètres n'avait même pas pus la tuer....

-J’espère que la grande roue ne va pas ENCORE se bloquer...
Murmura Enola en grimaçant...

Finalement non, ils redescendirent sans encombres a terre et les deux jeunes filles descendirent saines et sauve de leurs nacelles. Ce qui ne fut pas le cas de la grande roue qui s'effondra sur elle même une fois les deux filles a quelques mètres...

-Et ben...On a échapper bel...Tous tarés ici, tiens....
grogna Enola qui ne fut pas étonnée de voir les morceaux de taule s'effondrer comme un château de carte.

Elle se retourna et s'engouffra dans une ruelle étroite, comptant bien sortir de cette ville de malades, ne ce souciant pas trop si Iris la suivait, mais espérant que si non, elle s'en sortirait dans ce monde de tarés...
Revenir en haut Aller en bas

Iris Age : 21
Humeur : Je veux du chocolat ♥

avatar


message posté le Mar 17 Jan 2012 - 16:49 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
    Iris avait toujours, toujours eu peur du vide. Même si elle était amnésique, elle savait ça. C'était gravé dans sa peau, incarcéré dans ses veines, bloqué dans son cerveau. Et tandis que la nacelle les portant elle et Enola les menait vers le firmament, elle sentait son ventre se nouer, sa gorge se serrer, la panique lui saisir les os. Elle gardait les yeux baissés, fixant ses genoux avec insistance, espérant arriver à oublier où elle se trouvait. Seulement, à chaque fois qu'elle commençait à se calmer, une bourrasque venait faire balancer la nacelle et lui donnait envie de crier sa terreur à pleins poumons. Si Enola n'avait pas été là comme témoin, elle aurait peut-être même commencé à pleurer.
    Mais Iris avait sa fierté. Et il était hors de question de se laisser aller face à une fille plus petite qu'elle. Au contraire, elle se devait de la rassurer, de lui affirmer que tout irait bien... Et comment je suis censée faire, hein ? Je ne peux même pas bouger un petit doigt tellement la frousse me paralyse !

    -Oh mon dieu, j'imagine pas si ça se bloque...

    La voix fluette d'Enola avait lâché ces quelques mots avec une sorte d'angoisse, qui donna encore plus envie à Iris de se réfugier sous son siège. Elle avait raison, après tout ! Et si la nacelle décidait de s'arrêter, là, au beau milieu des nuages ? Elles se retrouveraient coincées, mortes de peur. Perdues au bord du ciel. La grande roue, comme insensible à la peur des deux jeunes, continuait son bout de chemin, lentement, sans se presser le moins du monde. De plus en plus lentement, d'ailleurs. Dans un mouvement infini, la nacelle se dressa au sommet du manège... Et s'arrêta alors dans un grincement suraigu. Oui. La nacelle s'arrêta. Une voix synthétique parvint à leurs oreilles, indiquant un problème technique qui ne devrait pas durer. Bon sang ! Doucement, comme si le moindre mouvement brusque pouvait les faire basculer, Iris ramena ses genoux contre sa poitrine. Son être entier était désespoir. Son être entier était terreur. Au secours. C'est là qu'Enola décidé de crier, faisant bondir le cœur de l'adolescente dans sa cage thoracique.

    -Ils vont me rendre folle, mon dieu, ils vont me rendre folle!!!

    Iris leva les yeux vers la petite, avec un mélange de compassion et d'impuissance. Elle ne pouvait pas faire grand chose. Elle avait déjà le plus grand mal du monde à se soutenir elle-même...
    D'un seul coup, la nacelle dégringola.
    D'un mètre, de dix mètres, peut-être même de cinquante. La jeune blonde n'en avait aucune idée. Elle s'entendit hurler, son cri mêlé à celui d'Enola, puis la nacelle reprit brusquement un rythme normal. Iris eu un hoquet de surprise. Avec appréhension, elle se demanda si Astrid les laisserait mourir dans ce monde étrange, comme ça, à cause d'une bête erreur technique. Puis elle se rassura en se disant que la petite miss des couleurs, comme elle aimait l'appeler, ne ferait jamais ça. Elle avait besoin de personnes pour faire vivre son rêve. Et puis, elles étaient amies, toutes les deux, non ? Si. Astrid était même la fille la plus gentille du monde.

    -J’espère que la grande roue ne va pas ENCORE se bloquer...

    Iris ferma ses yeux et ses oreilles, essayant de ne pas retenir les paroles funestes de son accompagnatrice. Plus le sol se rapprochait, plus elle arrivait à rester sereine, ce n'était pas le moment de se laisser paniquer pour une petite phrase... Vaguement, dans un coin de sa tête, elle se dit alors qu'elle n'avait pas encore vraiment parlé avec Enola. Bah, j'aurai tout le temps de faire connaissance avec elle quand je serai sur la terre ferme.
    Terre ferme qui s'offrit bientôt à leurs pieds, à leur grand soulagement. Tant bien que mal, les jambes tremblantes, Iris suivit la petite fille devant elle pour s'éloigner du manège... Et se retourna d'un bond en entendant un bruit de taule froissée et de clous s'éclatant au sol. La grande roue venait de. De s'écrouler ?! Incroyable ! La jeune fille en resta bouche bée, tandis qu'Enola exprimait sa pensée à voix haute, dans un grognement.

    -Et ben...On a échapper bel...Tous tarés ici, tiens....


    Et sur ces mots, la petite fille tourna les talons et s'engouffra dans une petite ruelle à quelques pas de là. Iris l'observa avec étonnement. Elles venaient d'assister à l'écroulement d'une Géante de Fer, et c'était tout ce que ça lui faisait ? Et bah. Un peu décontenancée, l'adolescente se souvint alors qu'elle avait décidé un peu plus tôt de faire plus ample connaissance avec Enola. Et la-dite Enola était en train de s'enfuir ! Elle ne pouvait pas la laisser partir comme ça ! Iris se mit à courir, ses chaussures frappant les pavés, jusqu'à ce qu'elle parvienne à attraper le bras de sa peut-être nouvelle amie. Elle eut une moue embarrassée, ses traits se tordants légèrement, alors qu'elle essayait de reprendre son souffle. Jamais été douée pour la course, visiblement. Enfin, elle prit la parole.

    -Ah, désolée si je t'ai fais peur en t'attrapant comme ça... Heu...

    Elle jeta autour d'elle un regard désespéré, se rendant compte qu'elle ne savait pas vraiment quoi dire d'autre. Ses yeux se promenèrent dans la ruelle, vifs, jusqu'à ce qu'ils repèrent un petit stand vendant diverses confiseries. L'odeur de sucre et de caramel était flagrante, maintenant qu'elle s'en rendait compte. Lâchant le bras de la fillette, elle reprit là où elle s'était arrêtée.

    -Je me disais. On est un peu perdues, toutes les deux, alors, ça te dirait qu'on explore ce parc ensemble ? Et pour commencer, je t'offre une barbe-à-papa si tu veux ! Moi en tout cas, je vais en chercher une. Tu me suis ?

    Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, allumant l'éclat de ses yeux bleus. La peur sortit de son esprit. Remplacée sans regret par une humeur des beaux jours. Hm. J'ai hâte de voir ce que ce parc d'attractions cache. Plein de choses merveilleuses, sûrement ! J'espère.

• • • • •

Revenir en haut Aller en bas

Invité Invité

avatar


message posté le Sam 21 Jan 2012 - 14:22 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • • •
La rue débouchait sur une grande place, saturée de diverses boutiques et étales de sucrerie ou d'objets étranges...Enola s’apprêta en entrer dans ce marché géant juste avant de se sentir tirée en arrière, elle se retourna.

-Ah, désolée si je t'ai fais peur en t'attrapant comme ça... Heu...

S'était Iris, qui avait l'air embarrassée, après un temps de silence, elle réussie a continuer...


-Je me disais. On est un peu perdues, toutes les deux, alors, ça te dirait qu'on explore ce parc ensemble ? Et pour commencer, je t'offre une barbe-à-papa si tu veux ! Moi en tout cas, je vais en chercher une. Tu me suis ?

Pourquoi pas?Après tout, elle ne connaissait pas ce monde, il était toujours plus prudent de se déplacer a plusieurs, surtout qu'Iris lui semblait sympathique...

-Je veux bien...

Les deux jeunes filles partirent donc en quête d'une barbe-à-papa (goût fruit de la passion, si possible). Les étales n'en finissaient pas, et de délicieuses odeurs de caramels a la fraises se dégageaient des échoppes environnantes. Puis enfin, elles trouvèrent une boutique de barbe-à-papa
de toutes sortes, il y en avait même des multicolore (multifruit d’après le marchant qui parlais sans remuer les lèvres). Enola fit son choix sur une barbe-à-papa rouge a paillettes, se demandant si elle était comestible...

-Et toi Iris, tu prend quoi ?

La jeune fille n'eut pas le temps de répondre qu'un léger tremblement de terre secoua les environs...Le secousses semblaient venir de juste en dessous de leurs pieds...

-Mais qu'es que c'est que ça ?!?


Elle n'eut pas le temps d'y réfléchir, la réponse vint d'elle même,un étrange reptile d'une grande taille (ben, dans le rêve d'astrid, rien n'est "normal" de toute façon) surgit du sol...Le monstre poussa un long sifflement et se dressa de tout son long....Il épia la place du regard puis repéra enfin ce qu'il cherchait : deux petites couleurs a dévorer....du moins, c'est ce que pensait Enola...Enfin, comment penser autrement quand on était face a un serpent croisé avec une pieuvre qui mesurait cinq mètres et qui poussait des sifflements menaçants?

Le monstre s'approchait a une vitesse affolante....

Il allait les dévorer....

Que faire ?


En gros, ça ressemble a ça, mais en (beaucoup) moins grand...
Revenir en haut Aller en bas

Astrid Age : 24
Humeur : Changeante.

avatar


message posté le Sam 18 Fév 2012 - 11:04 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • Voir le profil de l'utilisateur • •

    Du haut de son nuage, Astrid regardait son rêve s’agiter, petites bulles effervescentes remontant lentement à la surface. Elle voyait ses créatures chercher un but à leur existence, ses couleurs tenter de comprendre. Comprendre ce monde, se comprendre eux-même. Car c’était pour cela qu’elles étaient ici. Pour trouver cette force qui leur manquait, ce petit quelque chose qui les avait fait échouer dans ce monde. Une larme d’Astrid roula sur sa joue et tomba dans le lac, créant de légers remous. Dire qu’elle-même était incapable de se retrouver, comment pouvait-elle se prétendre leur sauveuse ? Mais c’était la seule chose dont elle était capable pour eux.

    Pour se changer les idées, elle décida d’observer Iris, sa première couleur. La petite Iris, amnésique et pourtant avec l’esprit tellement plus clair que certaines autres couleurs... Elle la trouva dans la ville foraine, accompagnée d’une nouvelle. Enola, qu’elle s'appelait. Elle se souvenait d’elle et de sa vie si simple, mais néanmoins si complexe. Cette petite avait l’âme d’une aventurière. Ce qu’elle avait été heureuse lorsqu’elle avait entendu sa voix s’élever dans le ciel, s’élever jusqu’à elle, la remerciant de ce qu’elle avait fait. Peu de couleurs l’avait déjà remerciée ainsi. Pour certains, elle était un monstre, pour d’autres une jeune fille étrange. Mais dans les yeux d’Enola, elle avait l’impression d’être vraiment une sauveuse.

    Soudain, alors qu’elle les regardait manger des barbe-à-papas en souriant presque, elle vit le sol pavé de la ville foraine se mettre à trembler, à quelques mètres d’elles. Le reptile des égouts surgit alors, l’air très en colère. Les deux petites couleurs semblaient ne pas savoir quoi faire, si elles ne bougeaient pas elles finiraient par être blessées, et peut-être même par mourir ! D’ordinaire, Astrid ne faisait rien dans ces cas-là, elle laissait vivre ses couleurs pour qu’elles apprennent à se débrouiller par elles-même. Mais là, elle était de si bonne humeur... Et puis elle ne voulait pas laisser mourir Iris ! Elle prit une grande inspiration et descendit lentement de son nuage.

    Une petite lueur apparut dans les airs, et le serpent la regarda en respirant bruyamment, affolé comme il était. Enfin, Astrid posa les pieds sur le sol du rêve. Elle ouvrit ses grands yeux bleus qui tétanisèrent la créature. Cette dernière inclina la tête jusqu’à elle et la petite handicapée y posa sa main. Elle murmura doucement ces paroles, comme une mère calmant son enfant :

    « Ce n’est rien, tu n’as pas à avoir peur... Personne ne te fera de mal ici, tu peux retourner dormir... »

    La respiration sifflante du reptile ralentit petit à petit et il finit par retourner dans les sous-sol de la ville foraine. Son royaume d’ombre et de silence. La chute de la grande roue avait fait grand bruit, résonant dans les veines des égouts, réveillant la créature facilement effrayée. Mais maintenant, elle avait compris qu’il n’y avait plus rien à craindre. Astrid referma le trou béant dans le sol avant de se tourner vers les deux couleurs. Elle leur sourit tristement et, après leur avoir fait un petit signe de la main, elle redevint petite lumière montant vers les cieux. Elle était fatiguée. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’était pas retournée dans son rêve... Depuis ce jour...
Revenir en haut Aller en bas

Iris Age : 21
Humeur : Je veux du chocolat ♥

avatar


message posté le Ven 2 Mar 2012 - 19:19 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
    Les yeux grands ouverts devant l'étalage de sucres à barbe-à-papa, Iris croyait rêver. Elle n'avait jamais vu autant de parfums de toute sa vie ! Ou tout du moins, du peu qu'elle s'en rappelait, elle n'avait jamais... Heu... Bon, laissons tomber ! Quoi qu'il en soit, le nombre de poudres colorées était infini, et ce n'était pas pour déplaire à notre jeune demoiselle. Elle appréciait d'avoir du choix. Elle se sentait plus libre ainsi. Un air ravi collé au visage, elle observa avec une immense attention les possibilités s'offrant à elle, passant à l'une puis à l'autre sans grande distinction. Elles avaient toutes l'air délicieuses... Que faire ?
    Hésitante, la jeune fille tourna la tête vers l'adorable petite blonde l'accompagnant. Celle-ci avait l'air aussi ébahie qu'elle, mais mis moins de temps avant de se décider pour une barbe-à-papa rouge à paillettes. A la fraise ou à la cerise peut-être ? A moins qu'il ne s'agisse d'un fruit inconnu, uniquement disponible dans le monde d'Astrid ? Incroyable.

    -Et toi Iris, tu prend quoi ?

    Ah, c'est vrai. Il fallait qu'elle choisisse ! Aussi heureuse qu'une gamine, Iris reporta son attention sur le stand, s'apprêtant à demander une gigantesque barbe-à-papa de toutes les couleurs.
    Et puis le sol se mit à trembler.
    Étonnée, la jeune fille baissa les yeux. Les dalles sous ses pieds semblaient danser la tarentelle.

    -Mais qu'es que c'est que ça ?!?


    Excellente question. Dommage qu'Iris n'ait pas la réponse ! En réalité, elle se la posait aussi. Que pouvait-il bien leur arriver, encore ? Une fille lui était tombée dessus, des êtres étranges les avaient presque obligées à grimper dans une grande roue défectueuse, grande roue qui s'était écroulée quelques secondes après qu'elles en soient sorties, et maintenant qu'elles pensaient être à l'abri, Iris et Enola se retrouvait nez à nez avec... Un serpent géant. Rien que ça ! HA HA.
    C'était une blague. Un cauchemar. Elle allait se réveiller, c'était impossible autrement.
    Tremblant de tous ses membres, l'adolescente se pinça débord légèrement la joue, avant de s'arracher à moitié la peau du visage, jusqu'à être certaine que tout ce qui se passait était vrai. Enfin, contrainte d'y croire, elle se laissa aller à la peur. Un peu, si peu. Parce qu'elle ne sait pas vraiment ce que c'est, la frayeur, Iris. Elle ne la connaît pas. Ne la connaît plus. Elle a tout oublié. Elle ne sait pas ce que signifie ces tressautements qui secouent son cœur et son corps, elle ne comprend pas pourquoi elle se sent aussi brutalement faible et hors de combat. Tout ce qu'elle voit, c'est cet immense serpent-pieuvre, d'au moins cinq mètres de haut, prêt à les dévorer. Ou tout du moins, c'était l'impression qu'il donnait. Agrippant le bras d'Enola à côté d'elle, Iris observa le monstre s'approcher à une vitesse terrifiante. Il paraissait presque voler, rien ne paraissait pouvoir l'arrêter. Enfin, alors qu'elle pensait que tout était finie, qu'elle allait mourir avant d'avoir pu découvrir ce qu'était réellement la vie, la jeune fille vit une lueur apparaître dans les airs. Une minuscule lumière, extrêmement brillante, presque aveuglante, qui se transforma en petite fille une fois le sol atteint. Une petite fille aux yeux clairs qui stoppa immédiatement la créature. Une adorable petite fille, la seule qu'Iris ne pouvait oublier.
    Astrid.
    Instantanément, la jeune fille sentit un immense soulagement l'envahir. Comme une agréable vague de chaleur se dispersant dans tout son être. Elle n'avait plus rien à craindre. Ou plutôt, elles n'avaient plus rien à craindre. Enola était sauvée, elle aussi. Tendant l'oreille, l'adolescente arriva à peine à percevoir les paroles de l'enfant-rêve. Douces paroles.

    -Ce n’est rien, tu n’as pas à avoir peur... Personne ne te fera de mal ici, tu peux retourner dormir...

    Lentement mais sûrement, le serpent se calma, sa respiration se fit moins précipitée. Enfin, dans un léger claquement de langue, il retourna dormir dans son labyrinthe d'égout. Le sol se referma derrière lui. Le silence qui s'ensuivit fut parfait. Rien ne le troublait, absolument rien. Tout était calme. Alors Astrid se tourna vers ses deux petites couleurs, et leur sourit. Un sourire un peu triste, à peine accompagné d'un signe de main. Mais peu importait. Iris lui répondit tout de même par un magnifique sourire, sourire-soleil, sourire entier. Parce qu'en présence d'Astrid, le rien de son esprit devenait tout. Son être se faisait amitié, se faisait adoration, se faisait amour. Et puis Astrid retourna dans son carré de ciel, les laissant seules. Et Iris redevint le vide. A peine une jeune fille saine d'esprit. Une légère boule se forma dans le creux de sa gorge, qu'elle chassa bien vite d'une série de mots.

    -Ouh. On l'a échappé belle, n'est-ce pas ? J'aurais eu du mal à m'enfuir, je me sentais... Paralysée... Pas toi ?


    Son regard vert, presque bleu, se posa sur Enola. Elle observa sa jeune accompagnatrice un instant, se demandant si elles arriveraient à être amies, toutes les deux. Peut-être. Oui, peut-être qu'un jour, elles se rapprocheraient. Qui pouvait savoir ? Enfin, pour l'instant, Iris se sentait surtout fatiguée. Tellement fatiguée. Elle avait l'impression d'avoir couru un marathon, alors qu'elle ne se promenait que depuis quelques minutes. C'en était presque effrayant... Ah... D'une voix un peu lasse, elle reprit donc la parole.

    -Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ? On continue à explorer le parc d'attractions ? Ou on se repose quelque part... ? Je suis épuisée.

    Hm. Iris n'était pas vraiment résistante à la fatigue. Elle sentait déjà ses paupières se fermer, son esprit s'emplissait d'images rêveuses, papillons de toutes les couleurs, océans de poussière... Enola trouverait peut-être de quoi la réveiller un peu. Peut-être. C'était une petite fille intelligente, après tout. Même si c'était difficile, elle arriverait sans nul doute à s'occuper d'Iris, la faible Iris, Iris si dépendante d'Astrid. Si dépendante de son morceau de rêve... Un peu trop peut-être. Mais elle ne pouvait pas faire autrement. Elle ne connaissait pas d'autres moyens pour vivre. Elle ne connaissait pas d'autres moyens d'exister. Iris, elle avait tout oublié.

    (HRP : Vraiment désolée pour le retard. C'est même pas super. Pardon, pardon. ;^; )

• • • • •

Revenir en haut Aller en bas

Invité Invité

avatar


message posté le Sam 10 Mar 2012 - 17:16 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • • •
-Ce n’est rien, tu n’as pas à avoir peur... Personne ne te fera de mal ici, tu peux retourner dormir...

Le monstre était repartie en sifflant, retournant dans ses abîmes souterraines et silencieuses, calme, comme apaisé par la présence de la nouvelle venue qu'Enola ne mit pas beaucoup de temps a reconnaître...

Astrid

L'étrange sauveuse qui l'avait extirper d'un monde froid et gris qui ne voulait pas des rêveur...Elle se tournait a présent vers elle et Iris...Ce sourire, si triste...Il donnait plus envie de pleurer qu'autre chose, mais la jaune y répondit quand même par un sourire doux comme le vent qui souffle l'été, celui que les mamans font pour consoler leur nourrissons...Qu'es qu'Enola aurait souhaiter voir Astrid lui adresser un sourire heureux...Il y eu ensuite un petit signe de la mains timide et rapide, puis Astrid redevint étoile parmi les étoiles...Comme un mirage.

-Ouh. On l'a échappé belle, n'est-ce pas ? J'aurais eu du mal à m'enfuir, je me sentais... Paralysée... Pas toi ?


Enola aurait voulu trouver les mots pour répondre a cette question, mais sa seconde rencontre avec Astrid la laissait dans son monde, pensive...Ses yeux vagues scrutaient encore le ciel ou la petite étoile s'était envolée...

-Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ? On continue à explorer le parc d'attractions ? Ou on se repose quelque part... ? Je suis épuisée.

Enola sorti enfin de sa rêverie....C'est vrai que la journée n'avait pas été des moindres...Chuter d'un train, tomber sur quelqu'un, faire un tours de grande roue pour la voir s'effondrer quelques minutes après et faire une rencontre avec un serpent de mer géant et Astrid en personne n'était pas ce que l'on pouvait appeler une « journée ordinaire »...Elle se tourna vers Iris juste a temps pour la voir basculer en avant...

-Iris...IRIS ! Mon dieu!Faite qu'elle ne soit pas morte !!!

Très peu probable...Le meilleur a faire était de trouver un endroit pour laisser Iris se reposer...Ainsi, la bonté et le courage d'Enola reprirent le dessus...Oui ! Elle trouverais un abris pour sa camarade!Et lui apporterais même la barbe a papa arc en ciel sur lequel elle lorgnait avant l'apparition du monstre !

Aussitôt dit...Une autre créature sans visage pris Enola par la mains...Celle ci soutint Iris par le bras et suivit la créature en priant pour qu'elle ne l’emmena pas dans un train fantôme en ruine, ou dans un truc du genre...

C'était son genre, a Enola...Elle voulait voir les autres sourire, rire, être heureux....Alors, en regardant une dernière fois le ciel étoilé, elle jura qu'un jour, elle ferait sourire Astrid...
Revenir en haut Aller en bas

Iris Age : 21
Humeur : Je veux du chocolat ♥

avatar


message posté le Sam 7 Avr 2012 - 22:42 dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
    Iris avait toujours été faible. Même quand elle était encore Elsa. Elle n'avait jamais réussi à courir la distance demandée par le professeur sans s'arrêter, n'avait jamais pu se défendre quand un garçon avait décidé de l'embêter - même pour rire -, n'avait jamais pu crier assez fort pour que l'on puisse l'entendre. Elle n'avait jamais su se tenir droite, fière et forte aux bons moments. Alors imaginez ! Une rencontre avec Astrid, juste après qu'un serpent géant les ai menacées, elle et Enola... Pas étonnant qu'elle ait défailli ! Oui, Iris était littéralement tombée dans les pommes. Elle s'était d'abord sentie très très faible, et puis. Et puis tout était devenu flou, de plus en plus flou autour d'elle. Elle avait voulu dire quelque chose, expliquer à Enola qu'elle ne se sentait pas très bien. Mais elle n'en eut pas le temps. Elle tomba.

    Dans un premier temps, le noir s'insinua en elle. Elle eut l'impression de flotter, en équilibre sur un drôle de fil. Elle oscilla, à droite, à gauche. Ombre, lumière, ombre, lumière. Avant de perdre la partie, de vaciller pour de bon, plongeant tête la première dans un océan d'images. Des souvenirs ? Impossible. Elle ne se souvenait plus de rien depuis un moment, maintenant. Enfin, c'était ce qu'il lui semblait. Comment savoir ? Elle oubliait tout, tous les jours. Depuis combien de temps était-elle ainsi, d'ailleurs  ? Un jour, deux, trois ? Un mois, un an, plus ? Elle n'en avait aucune idée. Non, tout ce qu'elle savait, c'était que lorsqu'elle se mettait à penser à sa mémoire, quand elle tentait de se remémorer certaines choses, elle avait brutalement l'impression qu'un marteau-piqueur venait lui transpercer la tête. Mal mal mal. Oui, voilà, il fallait qu'elle songe à autres choses. Si les images n'étaient pas des souvenirs, peut-être étaient-elles un rêve ? Mais pouvait-elle rêver, alors qu'elle se trouvait déjà, en étant réveillée, dans un rêve ? Enfin, sachant que le rêve dans lequel elle se trouvait d'habitude était celui d'Astrid, peut-être pouvait-elle quand même avoir ses propres rêves en s'endormant. Ah, c'était d'un compliqué, tout de même !
    Elle en avait marre, elle était fatiguée. Elle avait envie de se reposer. Pourquoi ne pouvait-elle pas avoir droit au calme, même en étant inconsciente ? Chassant toutes ses pensées de son esprit, elle alla se poser dans un coin de son esprit en soupirant. Elle allait se concentrer sur les images, voilà. Une par une.

    La première, tout à droite, extrêmement lumineuse, représentait... Une petite fille. Une blondinette, courant sur ce qui devait être du sable. Oui, voilà, elle était à la plage ! Qu'elle était mignonne ! Adorable, un vrai petit ange ! Avec ses joues roses, son regard tendre, ses lèvres souriantes. Elle jouait avec une petite chose rougeâtre, dans un trou d'eau. Un crabe, probablement. Ah, effectivement ! Il venait tout juste de la pincer. La bouche de l'enfant se tordit, ses yeux verts se remplir de larmes. Pleurant et gigotant comme une petite folle, elle fila à toute allure jusqu'à une grande femme pâle, vraiment jolie. Avec un immense chapeau, couvrant ses longs cheveux. Montrant son doigt rouge, la fillette se mit à bouger les lèvres, très vite. Elle devait sûrement expliquer les événements à sa mère. Mais Iris ne pouvait pas en être sûre. Elle n'avait pas le son. Un peu frustrée, elle continua le visionnage de ce qu'elle considérait à présent un peu comme un film. La femme apposait à présent un pansement beige sur le pouce de la petite fille, lui caressant doucement les cheveux de sa main libre. Que ça avait l'air doux... La jeune fille, dans son petit coin d'esprit, aurait pu contempler cette scène encore et encore. Même si elle se sentait tout de même un peu bizarre. Une impression de « déjà vu » la prenait tout entière, écrasant son cœur. Elle avait le vague sentiment de s'être transformée en marshmallow. Lentement, elle secoua la tête, et se concentra à nouveau sur l'image mobile. Pour s'apercevoir qu'elle commençait à disparaître. Déjà, la scène devenait flou, les contours se faisaient fumées, et les visages, fantômes. Iris se redressa brusquement, tentant en vain de rattraper les bouts d'images s'échappant comme des filets d'eau entre les doigts. Puis elle regarda tout autour d'elle. Toutes ces images qu'elle voulait contempler étaient en train de s'envoler ! Non, non ! Pourquoi, comment, qui ? Paniquée, elle se mit à courir. A courir dans le noir de sa tête, les tréfonds de ce qui devait être son cerveau. Elle était perdue. Elle était faible. Elle avait envie de pleurer. Le cœur au bord des lèvres, elle sentit soudain quelque chose la secouer. Boum. Elle se stoppa net, effrayée. Nouvelle secousse. Boum. Était-ce quelque chose ou quelqu'un ? Boum. D'ailleurs, avec qui était-elle, avant de sombrer ? Boum. Elle ne savait plus. Boum. Elle avait oublié. Encore. Elle était cassée. Boum.
    Elle ouvrit les yeux.

    La lumière l'aveugla d'abord. Elle cligna. Une fois, deux fois, trois fois. Où était-elle ? Elle n'en avait aucune idée. Et qui était-elle, au juste ? A quoi ressemblait-elle ? Elle ne savait pas trop... Un vague quelque chose se créa un chemin dans son esprit. Illumination ! Iris, elle s’appelait Iris ! Et elle était blonde. Avec des yeux verts. Elle se souvenait vaguement d'un reflet dans un miroir. Mais à part ça... Le vide. Le vide intergalactique. Un peu tremblante, elle essuya la pièce du regard. Jusqu'à ce que ses yeux tombent sur une fillette, aussi blonde qu'elle devait l'être elle-même, à quelques mètres de l'endroit où elle se trouvait. Est-ce qu'elles se connaissaient ? Est-ce qu'elles s'étaient déjà parlées ? Si oui, longtemps ? Que s'étaient-elles racontées ? Elle ne savait plus rien. Alors, morte de peur, Iris fit ce qu'elle faisait toujours pour masquer son angoisse. Un immense sourire.

    -Bonjour ! Je suis Iris. On se connaît ? Et, excuse-moi, tu pourrais me dire où on est ? Je suis un peu perdue, je crois.

    Oui, Iris. Souris, souris tant que tu le peux. Parce qu'un jour. Un jour, tout te rattrapera. Tes souvenirs. Les mauvais, comme les bons. Et alors tu auras juste envie de pleurer, encore et encore. Tu auras plus peur que jamais. Et comme tu es faible. Comme tu es faible, tu tomberas.

    Enfin, pour le moment, tu as choisi d'oublier. Et c'est Enola qui en fait les frais. Dommage.

• • • • •

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



message posté le dans Re: Ne montez JAMAIS dans ce train.....
• • • •
Revenir en haut Aller en bas
Ne montez JAMAIS dans ce train.....
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des serpents dans le train |libre aux serpentards]
» Dans le train
» Assise dans le train
» J'ai horreur du train ! Rappelle-moi de ne plus jamais monter dans un train ! || Dimitri
» Yho Sétano [voyageur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Take a break :: Corbeille du forum :: Archives RP-