Partagez | .
••• colorless ▬ sora ; u.c' ☆


message posté le Lun 24 Mar 2014 - 1:43 dans ••• colorless ▬ sora ; u.c' ☆
• • Voir le profil de l'utilisateur • •

Monochrome World

prénom & nom : Sora Shinonome
Pseudonyme : Oxymore
Âge : dix neuf ans
Origines : ¼ française, ¼ américaine, ½ japonaise
Arrivée : 2014
Tics : soupirer, fermer les yeux, se mordiller la lèvre inférieur
Marque : omoplate droite ; caducée
groupe :


❖ ❖ ❖ ❖ ❖ ❖


« one, two, three, the cat falls from the tree »

Le monde est un mélange de couleurs, d'amertume, une agrume au goût particulier qui se trouve parfois bien désagréable quand il reste sur la langue après qu'on se soit repu du fruit sans faire attention s'il s'agissait d'une pomme empoisonnée ou non, telle une innocente Blanche-Neige le monde des humains court aveuglement à sa chute, inconscient, trop inconscient. Et tu regardes, toi, de tes yeux bleus, tous ces gens. Tu les regardes courir comme si le temps lui-même n'avait pas une minute à s'accorder pour égayer les couleurs monotones de la vie de ces personnes. Monotonie, nuances de gris, fade ciel dénué de dégradé si ce n'est du blanc au noir, bien triste monde. Il est pourtant tient, entre tes deux mains, ce monde sans vie. Achromate. Tu n'as jamais aperçu l'ombre d'une couleur dans ta vie, le fil de la tienne est d'un obscur noir indifférent, et pendant que les lignes rouges relient les personnes entre elles, tu regardes. Seule, comme toujours, tu regardes, par la fenêtre, aveuglée par la lumière du jour, source de lumière trop importante pour tes pauvres yeux meurtris. Tu regardes ce monde auquel tu n'as pas droit, ce monde qui ne t'arrache aucune envie, avant de tourner tes yeux à l'air fatigués vers le miroir pour n'y revoir qu'un pâle reflet d'une jeune fille aux airs exténués et dénuée d'envie de vivre. Indifférente. Ce monde ne t'importe que peu comme les huit billions d'être humains qui le composent. Tu es de ces humains faits pour la destruction, trop maladroite pour assembler entres elles deux fleurs avec une brindille d'herbe. On se moque des cheveux bleus que tu arbores, mais tu t'en fiches, de ça aussi. Après tout tu ne distingues que du gris. Tu pourrais répondre, frapper, crier et lâcher tes nerfs, mais aucun son ne sort de ta gorge. Tu ne parles pas, c'est un choix de vie : certain appelle ça mutisme, toi tu appelles ça abandon. Dans ce monde où personne n'écoute personne parce qu'il n'a pas le temps, à quoi bon essayer de se faire entendre si ce n'est que vain ? Alors tu as largué les mots, préférant les marquer sur ton carnet en utilisant un stylo, et tout le monde te lit. Tu lis beaucoup, d'ailleurs, et tu as toujours lu, assise sur ce lit blanc immaculé qui t'était réservé. Et pourtant, ton savoir se trouve être assez limité : sans pour autant être " stupide " tu es simplement " en retard " pour ton âge sur les connaissances que tu devrais posséder, qu'il s'agisse du niveau scolaire ou de la vie en elle même. Tu parais froide, distante, tu n'es pas expressive, ou plutôt, tu ne sais pas comment t'exprimer. Et pourtant, si un jour quelqu'un parvenait à te faire sortir de ta bulle il verrait peut-être tes nombreux visages : rougissante, souriante, timide, gênée, boudeuse, colérique, tu es juste à côté de la plaque. Tu es en soi une enfant, sans pour autant l'être. Tu as une manière de t'exprimer enfantine, assez simpliste, néanmoins tu es beaucoup plus ouverte et ta curiosité envers ce monde inconnu est sans fin. Tu as soif de connaissance tout en étant effrayée car le savoir mène aussi bien trop souvent à sa propre chute face à la cruelle réalité. Tu ne pleures pas. Jamais. C'est une règle établie chez toi : pleurer n'est qu'une perte de temps. Tu n'en ressens pas l'envie ni le besoin. Tu es une mauvaise menteuse, tu n'as jamais été douée pour ça, trop franche, trop crûe, ça t'a causé des problèmes, d'être toi même. Alors tu t'es recluse de la société pour te transformer en poupée docile et obéissante : tu as l'air inanimée, les yeux vides, le teint pâlot. Tu n'es pas " jolie ", même si tu pourrais l'être, tu ressembles plus à un pantin qu'à un être vivant si bien que c'en est effrayant. Et pourtant ton cœur bat, en toi, ton sang coule dans tes veines, chaud. Tu as peur de ce liquide foncé que tu arrives à distinguer plus ou moins parmi les autres nuances. Tu es ce qu'on appelle hématophobe, bien que tu possèdes d'autres peurs. Tu es par exemple coulrophobe, aussi stupide que cela puisse paraître : tu as la phobie des clowns comme les chrétiens ont la trouille de Satan. Tu n'aimes pas grand-chose mais tu ne fais jamais de caprices, tentant de ne pas être compliquée ni égoïste, alors que tu l'es pourtant de nature. Tout comme tu es possessive et jalouse mais personne ne s'en rend compte. Tu es de ces personnes insondables dont l'on ne sait rien avant qu'elle ne parle - même si c'est plus compliqué dans ton cas. Incertaine, floue, équivoque, tu avances sans savoir où aller, perdue, sans repère, tu es un papillon vague, éphémère, entrant dans nos vies un jour pour en ressortir le lendemain et c'est là ton problème : on t'oublie trop facilement. Tu es le genre de personne invisible, effacée, il est dur de te remarquer. Alors tu observes, le monde entier, pour mieux connaître ses secrets, et à force d'observer les humains qui composent cette planète moqueuse tu finis par les comprendre, les entendre et tu le sais, maintenant. Mensonge, tout n'est que mensonge chez eux. Ce que tu hais le mensonge. Et pourtant toi-même tu mens avec les lettres que tu écris, ces lettres qui ne sont pas les tiennes. Et tu regardes le monde, amorphe. Souriant intérieurement face à cette pittoresque pièce de théâtre, cette fable grotesque qui t'arracherait presque un rire sardonique.

Elle est belle, cette corruption.


❖ ❖ ❖ ❖ ❖ ❖


« four, five, six, the bird dies 'cause he was sick »

Et olim licet otiosae sint tribus pacataeque centuriae et nulla suffragiorum certamina set Pompiliani redierit securitas temporis, per omnes tamen quotquot sunt partes terrarum, ut domina suscipitur et regina et ubique patrum reverenda cum auctoritate canities populique Romani nomen circumspectum et verecundum.

Auxerunt haec vulgi sordidioris audaciam, quod cum ingravesceret penuria commeatuum, famis et furoris inpulsu Eubuli cuiusdam inter suos clari domum ambitiosam ignibus subditis inflammavit rectoremque ut sibi iudicio imperiali addictum calcibus incessens et pugnis conculcans seminecem laniatu miserando discerpsit. post cuius lacrimosum interitum in unius exitio quisque imaginem periculi sui considerans documento recenti similia formidabat.

Haec igitur lex in amicitia sanciatur, ut neque rogemus res turpes nec faciamus rogati. Turpis enim excusatio est et minime accipienda cum in ceteris peccatis, tum si quis contra rem publicam se amici causa fecisse fateatur. Etenim eo loco, Fanni et Scaevola, locati sumus ut nos longe prospicere oporteat futuros casus rei publicae. Deflexit iam aliquantum de spatio curriculoque consuetudo maiorum.

Post haec Gallus Hierapolim profecturus ut expeditioni specie tenus adesset, Antiochensi plebi suppliciter obsecranti ut inediae dispelleret metum, quae per multas difficilisque causas adfore iam sperabatur, non ut mos est principibus, quorum diffusa potestas localibus subinde medetur aerumnis, disponi quicquam statuit vel ex provinciis alimenta transferri conterminis, sed consularem Syriae Theophilum prope adstantem ultima metuenti multitudini dedit id adsidue replicando quod invito rectore nullus egere poterit victu.

Quam ob rem cave Catoni anteponas ne istum quidem ipsum, quem Apollo, ut ais, sapientissimum iudicavit; huius enim facta, illius dicta laudantur. De me autem, ut iam cum utroque vestrum loquar, sic habetote.


❖ ❖ ❖ ❖ ❖ ❖


Pseudonyme : Memento Morri
Âge : quatorze ans
Arrivée : Partenariat
Remarque : La clef de l'énigme se trouve sous tes yeux
Autre : Je suis tombée amoureuse de ce forum, qu'il s'agisse du code, du graphisme, du contexte où des personnages que j'y ai vu et j'ai donc cédé à la tentation de m'inscrire dès ce soir - enfin ce matin serait plus juste, néanmoins, mon ordinateur est en train de rendre l'âme et il n'en fait qu'à sa tête (il a mon âge plz, il a bien vécu quand même) donc je suis pas souvent dessus et ma présence est réduite, cependant je devrais en avoir un tout neuf courant avril. Par contre, étant en troisième, le mois prochain je passe mon deuxième brevet blanc ainsi que mes oraux de stage - plus un séjour dans le sud pendant trois jours en début de mois il me semble - donc terminer ma fiche rapidement va être... compliqué. Je préfère juste prévenir, quoi.





© memento morri
Revenir en haut Aller en bas
••• colorless ▬ sora ; u.c' ☆
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» petit inventaire des techniques de Sora Shizen
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Le château de Sora
» Gekijô-ban Sora no Otoshimono : Tokei Jikake no Angeloid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Time is running out :: Open the door...-