Partagez | .
[Fic] L'ombre d'Astrid

Qwil Age : 19
Humeur : Je m'énerve

avatar


message posté le Ven 5 Juil 2013 - 4:02 dans [Fic] L'ombre d'Astrid
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Salut salut! Ceci est une histoire que j'écrirais non pas sans l'aide d'Enola ^^' j'espère que la fic vous plaira.

Introduction(By Enola)

Le ciel était sombre, une ombre opaque comme l’encre avait recouvert le rêve entier. Le ciel brillait d’une lumière d’obsidienne que le nuage sanguin teintait de leur couleur sinistre. Tout baignait dans un silence trop profond pour être naturel, le rêve d’Astrid, autrefois si lumineux et si joyeux semblait mort. Ce sinistre décor sembla soudain sortir de sa léthargie sordide lorsqu’un rire fou vint briser le calme ambiant. C’était un rire fou, un rire de joie extrême auquel se mêlait la folie. L’air devint lourd, l’orage allait bientôt éclater, et le rire résonnait toujours…Il prévenait de l’ombre des arbres, de l’ombre des feuillages, aux plus profondes abysses de la forêt silencieuse. La créature riait, jamais elle n’avait été aussi heureuse, son esprit qui avait tant de fois effleurer la folie y plongeait maintenant tête la première, toute sa démence se déchainait. La nature elle-même sembla transportée par cette allégresse soudaine, et comme pour y répondre, le ciel poussa un rugissement immense et déchirant, l’éclair s’abatis sur le sol, sa lumière aveuglante miroita un instant dans les eaux noirs du lac, la seule source de lumière vive était d’un froid sans vie, électrique. Les lourdes gouttes de pluie commencèrent alors à tomber des nuages, teintée du sang du ciel, venue s’éclater sur le sol pour venir aviver cette folie naissante. Ce n’était qu’un début, la tempête se déchaina, violente, impitoyable…Et le rire, toujours ce même rire, raisonnait, caché aux creux des arbres… « Libres ! »Le mot éclata dans l’orage, tel un grondement de tonnerre, déchainant la violence de l’esprit avec celui de la nature. « Nous sommes libres, mes frères, libres !!! ». Un vent violent et fou, le vent des tempêtes meurtrières vint accompagner les paroles du damné.

___________________________________________

Chapitre 1: Celui des violets

L'orage a éclater, la pluie tombe et ruiselle à grosse goutte. Cependant, cette tempête si inhabituel ne semble toucher que la région du lac et de la forêt. La ville foraine étant rélativement épargner. La vue de ces nuages avait attirer l'attention de plus d'un, certains restait à l'exterieur en voulant comprendre se qui se passait. Les autres, plus craintif préfèrait se réfugier à l'hôtel. Dont Qwil qui préférait rester enfermer dans sa chambre échappant ainsi à toutes ces 'idioties'. Il se disait que c'était juste Astrid qui s'amusait à leur faire peur.

Alors, il feignait ne rien craindre, avachi confortablement sur son lit et regardant son plafond comme si c'était l'activité la plus intéressante qui soit. Puis, la lumière de sa chambre s'éteint. Notre petit violet fronce les sourcils et se dirige vers sa porte et appuie sur le bouton qui lui sert d'interrupteur. Rien ne s'enclenche. Une coupure de courant sans doute, rien d'affolant, il se contente d'ouvrir les rideaux pour que la lumière puisse y rentrer librement. Tiens? Mais c'est qu'il fait vachement sombre dehors! Le violet hausse les épeules et retourne vaguer à ses occupations en se laissant tomber sur son lit.

Même après avoir fermé les yeux quelques minutes, le sommeil ne venait pas, c'est énervant! Il finit par ouvrir les yeux las, et le spectacle qui s'offre à lui le fait crier de la façon la plus virile qui soit. Qwil tombe de son lit par inadvertance et brandit son canif vers la cause de toute sa frayeur.

« Mais c'est quoi ce truc? » Souffla-t-il alors qu'il vit, se dressant devant lui un homme ayant l'air beaucoup plus âgé que lui.

En fait, il se serait montré beaucoup plus calme si l'apparence de l'étrange personnage n'était pas aussi alarmante. Il se révélait que celui-ci avait une taille beaucoup trop grande pour être humain et son manque de visage vint confirmer son hypothèse. Alors que l'être avançait, la couleur reculait tremblante. Cependant, la créature ne lui semblait point hostile puisque celle-ci ressentant sa peur s'arrêta et le regarda avec une curiosité déconcertante. Elle avait presque l'air de dire 'Pourquoi as-tu peur?' Qwil lui aurait bien sûr répondu à cette question avec un 'Parce que tu débarques comme ça sans prévenir, IDIOT!'.

La couleur regarda rapidement autour de lui et vit que sa fenêtre était désormais ouverte expliquant par où était passé l'énergumène.

« Retourne d'où tu viens, qui que tu es... » Prononça-t-il avec le minimum de courage qui lui restait.

Le violet aura continué sa phrase si des mots ne lui étaient pas apparus devant ses yeux, des mots ayant été écrits sur un bout de papier en grosse lettre.

« 'Ami... 'Ai-dez As-tr-id?'...  »  Qwil avait quelques difficultés à lire son écriture, mais sachant que ceci était bel et bien une question il y répondit « … Non »
Revenir en haut Aller en bas

Invité Invité

avatar


message posté le Ven 5 Juil 2013 - 4:54 dans Re: [Fic] L'ombre d'Astrid
• • • •
La créature montre un autre papier "Toi-Dans ma camionette-Tout de suite-Bonbons" et Qwil répondit "...Okay! J'te suis, mon pote, j'ai grave trop confiance en toi!"

Et on ne revis plus jamais Qwil 8D
Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 22
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Mar 16 Juil 2013 - 20:58 dans Re: [Fic] L'ombre d'Astrid
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Qwil, le prétendu sauveur ne veut pas sauver alors voili voilou, l'histoire est finie ^^

Bon autrement, je trouve que l'idée est super et j'adore le "non" final :)
Revenir en haut Aller en bas

Qwil Age : 19
Humeur : Je m'énerve

avatar


message posté le Dim 12 Jan 2014 - 6:07 dans Re: [Fic] L'ombre d'Astrid
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Chapitre 2 : a été choisi par l'homme brindille.
« Non c'est non! Tu peux faire les gestes que tu veux, c'est non! » Cria Qwil tout a jetant sur le sol tout ce qui lui passait par la main avec l'intention d'effrayer l'intru qui lui, resta dans un coin de la pièce en attendant qu'il se calme.


« T'as la tête aussi vide que ton visage? C'est non! Hors de question que je l'aide. » continua la couleur violette en croisant ses bras et en fixant l'étrange être, faute de n'avoir plus rien à jeter sur le sol.

Le violet pensait pourtant que son refus aurait découragé la créature et qu'elle serait enfin partie ou encore mieux qu'il était en train de dormir. Malheureusement, tout est bien réel et l'homme sans visage n'avait pas l'air d'avoir l'intention de partir de sitôt. D'ailleurs, elle se mit à se déplacer lentement vers le petit Qwily qui, non loin de la crise cardiaque, recula jusqu'à ce qu'un mur l'empêche d'allez plus loin. Tout tremblant, le violet était rendu à penser que s'il fermait les yeux, le mal disparaîtrait. Alors, il resta les yeux clos, reprenant tranquillement le contrôle de sa respiration afin de calmer les battements de son cœur au bord de l'éclat. Il remarqua qu'il n'y avait plus aucun bruit, mais n'osait plus bouger ni ouvrir les yeux.

Seul le son d'un pendule résonnait dans la pièce. Ce son rassurait Qwil, car cela lui rappelait le tictac de l'horloge qu'il possédait chez lui. Son chez lui, celui avant qu'il n'arrive dans le rêve, mais... ne l'avait-il pas cassé dans l'une de ses crises de colère? Pris de doute, il prit le risque d'ouvrir les yeux et se figea. La pièce où il se retrouvait, ce n'était plus la chambre d'hôtel.

Sa tête remplie de questions ne pouvait plus faire de place au doute. Cette pièce miteuse au papier peint déchirer était bel et bien ce qui avait été jadis l'endroit où qu'il passait la majeur partie enfermer. D'affreux souvenirs lui reviennent à l'esprit. Lui forçant à se recroqueviller dans un coin de la pièce, terrifier par ce qu'il revivait.

« P-Pourquoi ? » Fut la seule parole qu'il arrivait à prononcer. Sa gorge nouée l'empêchait d'ajouter quoi que ce soit.

De l'eau lui monta aux yeux, les larmes se mirent doucement à couler silencieusement. Qwil fixait le vide sans dire un mot, que pouvait-il dire? Que pouvait-il faire? Il n'osait plus bouger, il n'osait pas savoir la vérité. S'il rêvait, si le rêve d'Astrid était fini, qu'il était dans le monde réel. En fait, le violet ne se posait même plus de question, trop bouleverser par se qu'il vivait. Comme si cela ne suffisait pas, un papier tomba devant lui. Pousser par une force inconnue, peut-être une once de courage qui persistait encore dans son être maudit par le regret.

Le papier était blanc, pur, Qwil aimait le blanc. Une couleur si facilement gâcher par la couleur rouge... Du sang éclaboussait les murs blancs de la cuisine... Le violet chassait ses mauvaises penser et prit avec beaucoup d'hésitation la feuille afin de mieux voir les mots écrits d'une couleur aussi noire que le charbon.

Ce qu'il avait lu secoua tout son être. Comme si ces mots avaient été choisis exprès pour causer son malaise. Ils lui demandaient pourquoi il semblait malheureux alors... Qu'il avait ce qu'il voulait. Lui qui se plaignait du rêve et qui voudrait revenir chez lui. Mais la pensée qu'il était mieux dans le rêve ne l'avait jamais fait autant réfléchir qu'à ce moment. Le jeune garçon se releva doucement en soupirant. Son visage reprit une expression plus neutre alors que d'une voix pénible il déclara.

« Si j'accepte d'aider Astrid tu va arrêter de me faire chier? »

Comme si ses paroles avaient été une incantation, la pièce reprit les allures de sa chambre d'hôtel. Cette fois, Qwil ne prit pas peur alors que l'homme sans visage réapparut. Le violet trouvait la situation assez absurde. L'idée ne lui vint pas de demander comment il avait fait, il était tout de même dans le rêve d'Astrid, plus rien ne devrait le surprendre.

Afin d'officialiser leur accord, les deux êtres se  serrèrent la main. Si rien ne devait le surprendre, Qwil le fut néanmoins quand l'énergumène le serra contre lui sans prévenir. Décidément, il n'allait pas être débarrassé de lui maintenant. Autant faire vite pour qu'il n'ait plus à le supporter plus longtemps...

___

Oui je sais, j'ai mit beaucoup BEAUCOUP de temps pour faire la suite, mais l'idée m'est venu comme ça d'écrire la suite. Puisque de toute façon, c'est peut-être le seul endroit où que je pratiquerais encore ma plume. En souhaitant que ce chapitre vous a plu et que le chapitre souvent prendra moins de temps à venir xD
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



message posté le dans Re: [Fic] L'ombre d'Astrid
• • • •
Revenir en haut Aller en bas
[Fic] L'ombre d'Astrid
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» °×---×° Kazuki Vs Train ... Elle était la mort, il était l'ombre. Elle créait les zombies, il les controlait.°×---×° [PV.Kazuki]
» A l'ombre d'un arbre [PV Maëlys + 1 qui veut]
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Sirion, l'ombre du coeur [ Lhurgoyf, cavalier de Sharna]
» Togoria- L'ombre d'un doute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Take a break :: La boîte à malices :: Boîte à créations-