Partagez | .
A l'ombre des arbres [Pv Jade]

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Dim 17 Fév 2013 - 0:43 dans A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Dans les toutes premières lueurs du jour, fasciné par le spectacle de cette contrée merveilleuse teintée de rose, Yaune avançait en traînant les pieds. Il s'efforçait de garder une allure soutenue, malgré son envie de s'arrêter une bonne fois pour toute et de rester pendant des heures à contempler le paysage, à enregistrer les moindres détails. Son but était la verte étendue qu'il avait repérée depuis les ruines aux couleurs de l'arc-en-ciel, mais cela prenait du temps. Beaucoup trop. Il se demandait si il avait mal évalué la distance, ou si c'était ce monde étrange qui lui jouait un mauvais tour. Yaune marchait depuis presque deux jours, et la forêt était toujours aussi lointaine. Mais il n'était pas trop préoccupé par ce petit problème. Après tout, le temps avait peu d'importance et il ne ressentait pas encore la faim ou la soif. Son rythme tranquille ne le fatiguait guère, au contraire, cela lui faisait le plus grand bien. Sa dernière randonnée remontait à des lustres! Il avait oublié à quel point c'était agréable. L'air frais, l'exercice physique, l'herbe sous ses pieds nus, la beauté de la nature environnante... Yaune se perdit dans ses pensées et sans s'en rendre compte, accéléra la cadence.

Après quelques heures d'efforts, le jeune artiste arriva enfin à l'orée de la forêt, où se dressaient des arbres qui ne ressemblaient à aucun de ceux qu'il avait l'habitude de croiser dans les livres, les films ou tout simplement dans le parc voisin. Certains étaient en verre, d'autres clignotaient comme des néons, il y en avait même qui lévitaient au-dessus du sol, leurs racines exécutant un gracieux ballet aérien. Et ce n'était qu'un aperçu. La diversité des sortes d'arbres était impressionnante: un chêne d'or pouvait côtoyer un acacia aux branches chargées de gâteaux, tandis qu'un hêtre portant des ballons se retrouvait entouré de pins dont les feuilles récitaient des poèmes. Yaune souriait devant tant de créativité. Si ce monde était l'oeuvre d'Astrid, celle-ci devait avoir une imagination débordante. Il songea à prendre des notes sur le champ, mais il n'avait rien pour écrire. Ses doigts le chatouillaient, signe qu'il devait absolument trouver un moyen de déverser sa tension artistique sur quelque-chose. C'était une question de vie ou de mort. Pourquoi n'avait-il pas son carnet lorsqu'il se retrouvait face à un phénomène comme celui-là?

-"Fâcheux... Bon, il doit bien y avoir un arbre qui peut me fournir ce dont j'ai besoin! Je n'ai qu'à chercher."

A force de déambuler entre les arbres fantastiques, frustré, Yaune finit par dénicher un jeune arbuste, qui commençait déjà à donner naissance à de grands cahiers à spirales. Ce n'est que lorsqu'il trouva des stylos sur un chêne, des heures plus tard, un peu loin dans les profondeurs de la forêt, que l'artiste put enfin se mettre au travail. Dos à sa trouvaille, un cookie récupéré au cours de ses fouilles entre les dents, il fit enfin courir l'encre sur le papier. Les arbres prirent formes, les mots coulèrent avec facilité, et l'espace d'un instant, Yaune se demanda si il y avait une réelle différence entre ce lieu et le monde qu'il avait quitté. Cette pose, cette occupation, il l'avait toujours eu, si bien que cela le perturbait de savoir que, malgré cela, rien n'était comme avant. Il lâcha un soupir, imperceptible, puis se concentra à nouveau sur les schémas qu'il griffonnait, ramenant ses pieds nus devant lui en croisant les jambes. Absorbé par ce qu'il faisait, bercé par les bruits divers raisonnant à travers les bois, Yaune avait totalement détourné son attention des alentours. Le jeune homme comptait bien étudier le monde dans lequel il avait délicatement atterri, et peut-être réussirait-il à prouver à son esprit que la précédente réalité n'était qu'un pâle brouillon.
Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Dim 17 Fév 2013 - 19:55 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Après s’être levé dans son cercle rouge des ruines arc-en-ciel, Jade fit quelques mouvements circulaires avec ses articulations rouillées, puis elle frappa avec la paume de ses mains ses mollets, ses cuisses, ses bras, ses avant-bras et ses côtes. Cela lui permettait de se réchauffer et d’être à l’écoute de son corps avant de partir. Tout semblait aller bien malgré quelques tensions et un léger engourdissement. Elle regarda autour d’elle et décida de partir pour la forêt qu’elle voyait au loin. Elle se souvenait que c’était à côté d’une forêt que son ancienne vie s’était terminée, alors elle décida de commencer la nouvelle là où elle avait perdue l’ancienne.

Elle marcha avec entrain vers ce but qu’elle venait de se fixer. Un monde fantastique l’entourait, le soleil illuminait chaque parcelle du monde qu’elle traversait. L’herbe était d’un vert éclatant et le ciel d’un bleu profond. Une aura irréelle émanait de cet endroit mais Jade n’y accordait pas d’importance. Elle voyageait en rêvant, sans être aucunement troublée par ce qui l’entourait car elle ne le voyait pas : elle errait dans ses pensées et ses souvenirs plus que sur les sentiers de cet endroit magique.

Elle arriva assez vite à l’orée de la forêt. Enfin, en réalité, elle n’avait pas eu l’impression de marcher longtemps mais comme elle n’était absolument pas concentrée sur ce qu’elle faisait, la durée de sa marche lui était inconnue ! Sa marche était finie, elle reprit donc ses esprits et regarda enfin en face le monde d’Astrid. Elle fut abasourdie. La forêt qui s’étendait devant elle était composée de nombreux arbres inconnus, tous aussi étrange les uns que les autres. Le premier qu’elle aperçut ressemblait à s’y méprendre à un oranger. Jade tendit la main pour attraper une orange mais elle se retrouva avec mini peluche orange en forme de chat qui s’agrandit et pris taille normale au bout de quelques secondes. Elle fut tellement surprise qu’elle laissa tomber la peluche en frissonnant.

« C’est quoi cet endroit affreux où même un arbre ne peut pas être naturel » cria-t-elle sans savoir si quelqu’un l’entendrait.

Elle s’enfonça dans la forêt à la recherche d’un vrai arbre qui pourrait lui rendre un semblant de réel dans ce monde qui ne l’était pas, enfin qui n’était pas comme le sien. Mais plus elle avançait, plus elle se doutait que cela n’arriverait pas. Elle regardait attentivement un pommier lorsqu’un sac rouge lui tomba dessus. Bon, au moins, sa peluche n’encombrerait plus ses mains (elle ne s’était pas résolue à l’abandonner). Elle la fourra dans le sac puis reprit sa route.

Malgré son scepticisme sur cet endroit, elle récupéra d’un chêne une tasse de lait et d’un frêne quelques biscuits au chocolat pour satisfaire la faim et la soif qui la tiraillaient. Même si elle était rassasiée, elle commençait à avoir les jambes lourdes d’avoir tant marché – elle avait du marcher beaucoup finalement–. Elle continua sa recherche pendant encore presque une heure, jusqu’à ce qu’elle se prenne les pieds dans une racine qui dépassait légèrement du sol. Elle tomba à plat ventre sur le sol. Heureusement, elle ne se fit pas mal, mais elle abandonna sa petite mission et resta allongé sur le sol pour se reposer.

« Juste quelques instants » pensa-t-elle avant de s’endormir


Revenir en haut Aller en bas

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Mar 19 Fév 2013 - 21:22 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
La différence la plus flagrante entre l'ancien monde et celui-ci était certainement l'abondance de détails. Yaune savait que même s'il demeurait des heures à essayer de le faire, il ne réussirait pas à retranscrire toutes les particularités de chaque végétal de la clairière qu'il avait prise comme sujet d'étude. C'était une tâche au-delà de ses capacités. Le jeune artiste tentait de contrôler son envie de tout noter, jusqu'à la plus petite anomalie sur un large tronc, mais il ne pouvait s'en empêcher, c'était plus fort que lui. Ses yeux voltigeaient, alternant rapidement entre les feuilles de son carnet et la fabuleuse forêt, d'un mouvement si fluide qu'il en paraissait presque irréel. Ce n'est que lorsqu'il ressentit une légère fatigue au poignet que Yaune daigna poser son stylo et faire une petite pause. Il en profita pour examiner ce qu'il avait déjà accompli, ce qui lui arracha une grimace. Il retrouvait entre ses lignes de vieux ennemis: les fautes d’inattention et le manque regrettable de soin. Certains croquis seraient à refaire. D'autres étaient d'une remarquable précision, mais Yaune n'était pas satisfait non plus. Il n'était pas question d'atteindre un tel niveau de précision, si il voulait travailler vite et bien. S'attacher aux généralités et éviter de sombrer dans la quête de perfection, c'était cela, le secret pour ne pas gaspiller des jours sur un unique travail.

Soudain, alors que Yaune s'amusait à délier ses orteils en fredonnant "Just My Imagination" de The Cranberries, il entendit un échos lointain, qu'il identifia comme un cri. Le jeune homme se leva aussitôt, eut un instant de réflexion, puis, son carnet sous le bras, le stylo entre les dents, il quitta la clairière sans se retourner. Alors qu'il marchait à vive allure, esquivant un arbre qui avait eu l'excellente idée d'aller se dégourdir les racines, Yaune se demanda pourquoi il avait brusquement ressenti le besoin de bouger. Avait-il l'intention de vérifier d'où provenait le cri? Peut-être. Il n'en était lui-même pas sûr. Cela avait été trop bref, il ne pouvait pas deviner quelle direction prendre, ni à qui appartenait ce cri. Yaune ne serait pas surpris s'il s'agissait finalement d'un arbre facétieux. Mais cela pouvait tout aussi bien être quelqu'un en difficulté, aux prises avec une créature sauvage tapie dans les profondeurs de ce lieu enchanteur. Dans ce cas-là, il n'était pas question d'élever à son tour la voix, par peur d'attirer un monstre quelconque. Car si de tels végétaux existaient, il était logique que les créatures fantastiques habituellement piégées dans les récits fictifs puissent prendre vie, elles aussi. Yaune frissonna, rien qu'à l'idée de tomber nez à nez avec une gorgone. Rester éternellement figé dans la pierre, quel triste et malheureux destin... Quoique, ce serait intéressant d'un point de vue artistique de savoir ce que c'était d'être une statue. A condition d'être prêt à en payer le prix.

Après une petite heure de recherche et de discussion avec sa conscience, Yaune vint à la conclusion qu'il ne trouverait pas de réponse à l'énigme du cri. C'était comme "traquer un grain de sable dans le désert", comme dirait son père. Il n'avait jamais véritablement compris le sens de cette expression, mais aimait beaucoup le concept. Il croqua amèrement dans un des cookies qu'il avait dans ses poches, légèrement déçu d'être bredouille. Mais alors qu'il contournait un drôle de buisson, le jeune artiste fit une découverte étonnante: une fille qui avait l'air d'être un peu plus jeune que lui était étendue sur le ventre, à même le sol, inconsciente. Tétanisé, la première pensée qui lui traversa l'esprit fut:

*Un cadavre!!!*

Mais l'influence qu'avait sur lui de très nombreux films et romans policiers retomba aussitôt lorsqu'il remarqua que la demoiselle semblait respirer. Yaune se rapprocha et finit par confirmer, elle respirait bel et bien. Cela le rassura beaucoup, et la crainte que le rêve ne se transforme en cauchemar s'éloigna momentanément. Il recula un peu à distance de la jeune fille, ne souhaitant pas l'effrayer lorsqu'elle ouvrirait de nouveau les yeux. Après tout, elle ne le connaissait pas, il ne la connaissait pas, et ce monde ne semblait pas à première vue doté de forces de l'ordre. Alors qu'il la regardait, peinant à deviner la cause de cette sieste inhabituelle, l'artiste remarqua que la scène avait quelque-chose de... joli. L'aspect naturel que revêtait les choses contribuait à former ce beau tableau. Les arbres, la jeune fille endormie... Yaune ne pouvait que se mordre les doigts de ne pas avoir les moyens de prendre une photo. Et il n'avait décidément pas le courage de parcourir encore la forêt pour essayer de dégoter un appareil photo.

-"Quel dommage..." murmura-t-il, avant d'aller s'asseoir dans un coin.

Il ne pouvait pas la laisser là, seule, sans défense, au milieu d'arbres imprévisibles, c'est pourquoi il préféra attendre qu'elle se réveille. Tant qu'elle n'était pas consciente, il n’éprouvait aucune gêne à la détailler du regard, mais savait qu'il détournerait aussitôt les yeux au moindre mouvement de sa part. Habitude tenace.
Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Mer 20 Fév 2013 - 21:32 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Jade se réveilla après quelques heures d’un sommeil réparateur, avec des bribes de rêve en tête. Elle se souvenait vaguement de voir dans son rêve un chat la regarder longuement, comme si elle était un objet curieux qui méritait toute l’attention possible pour être analysée. Il lui semblait qu’elle avait passé beaucoup de temps avec lui mais sans savoir ce qu’il s’était passé durant ce temps. Cependant, elle avait la forte impression que cela lui avait plu, qu’elle s’était amusée. Elle se réveilla lorsque ce petit chat disparut, laissant derrière lui une peluche, alors qu’elle voulait caresser son pelage soyeux.

Elle repensa à son rêve pendant quelques minutes avant de se réveiller complètement. Le poids – léger mais tout de même existant – de son sac à dos renfermant son tout nouveau chat en peluche, lui permit de comprendre que son rêve était, comme beaucoup d’autres, appuyé sur la réalité. En effet, pour elle, tout cela semblait être dû à sa belle peluche orange qui l’accompagnait depuis quelques instants : elle avait vu un chat juste avant de s’endormir et cela l’avait fait rêver inconsciemment à un chat, tout simplement.

Après cette réflexion, elle se décida à repartir à la recherche d’un arbre. Enfin, elle ne pensait pas trouver un arbre comme elle en avait connu, mais elle voulait trouver un arbre qui ne serait pas une copie de son monde avec des choses insolites accrochées aux branches. Elle voulait trouver un arbre qui vive pour lui-même, puissant et fragile, robuste et flottant dans le vent. Un arbre comme elle en voyait avant, pas un ressemblant à ceux d’avant comme une pâle copie de la réalité. Elle voulait un arbre qui lui permette d’atteindre la sérénité par la contemplation comme autrefois, un arbre simple et beau à la fois. Ce serait dur mais elle n’abandonnerait pas…

Alors, qu’elle se levait, elle aperçut un mouvement vif sur sa droite. Jade se retourna avec empressement pour voir ce qui s’était passé et c’est alors qu’elle le vit. Un jeune homme de son âge (un peu plus jeune ? un peu plus âgé ? elle ne le savait pas exactement) était appuyé contre un arbre un peu plus loin. Était-ce une créature de la forêt ou une autre personne perdue comme elle ? Ou un mirage peut-être ? Elle n’en savait rien, il faudrait s’approcher légèrement pour voir…

Pour l’instant, elle le regardait sans bouger, de loin mais elle savait que sa curiosité l’emporterait et qu'elle irait voir cet étrange garçon de plus près très vite. Jade semblait absorbée par cet être. Que faisait-il là ? C’était surtout la réponse à cette question qu’elle voulait connaître. Elle espérait qu’il pourrait lui apporter des réponses sur ce monde.

« Ne crains rien petit chat » chuchota-t-elle en s’approchant doucement de lui.

Petit chat ? Elle ne savait même pas pourquoi elle avait dit ça mais en y réfléchissant un peu, c’est vrai qu’il ressemblait à un chat : il semblait agile et pourtant il ne bougeait pas, tendre mais tout de même prêt à mordre si on l’approchait de trop prêt, tels ces animaux qu’elle chérissait tant.
Revenir en haut Aller en bas

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Lun 25 Fév 2013 - 21:36 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Yaune étouffa un bâillement, faisant vagabonder son esprit au-delà de la cime des arbres, tout en restant à l'affût du moindre danger. Après tout, il prenait peu à peu goût à son rôle de gardien. La sensation de veiller sur le sommeil d'autrui était plaisante comme si, pour une fois dans sa vie, il avait réellement des responsabilités. Yaune n'avait jamais eu à se soucier de personne, laissant aux autres le soin d'arpenter le chemin voisin, jugeant que chacun était en charge de soi-même. Bien sûr, il ne refusait jamais de rendre service, mais il ne se précipitait jamais non plus pour offrir son aide. C'était la première fois qu'il s'occupait de la sécurité et du bien-être d'un autre être humain, de son propre chef. Il le réalisait pleinement à présent. Était-ce lieu qui le changeait, ou bien la raison était-elle antérieure à cela? Peut-être qu'il s'agissait de la terreur qu'il avait subi de plein fouet en apprenant la mort de Ren. Peut-être qu'il refusait désormais de marcher tranquillement à travers les bois de son existence en laissant derrière lui ceux qui avaient besoin de ses services.

Le jeune homme eut un soupir. Tout ça, ce n'était que des hypothèses. Il avait déjà assez à faire pour comprendre les rouages du monde, il était donc inutile d'en rajouter en décortiquant son âme et ses pensées. Yaune eut un petit rire sec. A ce rythme-là, il en aurait effectivement pour des années. Mais est-ce que le temps s'écoulait-il seulement, ici? La tâche qui l'attendait était colossale, être immortel lui faciliterait la tâche. L'artiste reporta son attention sur la jeune fille endormie, ne se lassant pas de l'alchimie étonnante entre elle et le décor. Il savait que c'était sans doute une attitude agaçante, de s'extasier ainsi, mais il n'y pouvait rien. L'amour des belles choses était une curieuse lubie, à moins que ce ne soit une maladie aux sournois tentacules, s'insinuant au plus profond d'un être pour ensuite le paralyser comme un lapin immobile face aux feux d'une dangereuse voiture.

Beaucoup plus tard, alors que Yaune gribouillait une mangouste sur sa main droite, juste avant le signe bleu de l'infini qui s'étendait sur ses doigts, il sentit que quelque-chose bougeait entre les arbres, brisant le calme qui régnait auparavant. Brusquement, le jeune homme leva la tête, se détournant de son dessin. Il se détendit rapidement en s’apercevant qu'il ne s'agissait que de la demoiselle, qui venait de se réveiller et de se lever avec la grâce d'une danseuse. Il croisa l'espace d'un instant la noirceur de ses jolis yeux d'occidentale, puis détourna définitivement son regard, mal à l'aise. Un moment s'écoula, pendant lequel aucun des deux jeunes gens ne semblait vouloir bouger. Yaune était sans voix, et cela lui rappela sa rencontre avec Ren, seulement l'espace d'un moment. Il ne désirait pas revivre la même chose. Autant bannir tout de suite toute comparaison avec la situation présente et la relation fantôme qu'il avait eu avec Ren.

Soudain, la jeune fille s'approcha, chuchotant:

« Ne crains rien petit chat »

Yaune fut surpris de se faire ainsi interpeller, d'une manière aussi singulière. Il esquissa un air amusé, toujours en évitant de regarder l'inconnue, et répondit même aussitôt:

« Je n'ai peur de rien ! »

En s'entendant parler, il eut un frisson. Peur de rien? Et sa couleur alors? Si Astrid l'entendait, elle se moquerait de lui. Ne l'avait-elle pas coloré en bleu? Peur dans les plaines abyssales... Il se mentait à lui-même. Yaune avait bel et bien peur d'une chose, même si il n'en comprenait pas encore toute l'étendue, ni le contenu. La jeune demoiselle l'avait immédiatement cerné, concernant sa crainte. Compréhensive ou tout simplement championne du hasard? Pour ce qui était du surnom de "petit chat", Yaune ne savait pas quelle mouche avait pu piquer cette fille, mais il admettait volontiers qu'il adorait les chats, les trouvant fascinants, majestueux et fiers. Il se leva, son carnet sous le bras.

« A défaut d'être réellement un petit chat, mon nom est Yaune, enchanté. J'avoue que je n'ai pas le plaisir de connaître les coutumes de ce monde étrange, mais je ferais de mon mieux pour les apprendre! »

Il ne voyait aucun problème à rester discuter un peu plus longtemps avec elle, d'abord pour savoir ce qu'elle faisait inanimée sur le sol dans une telle position, et ensuite pour glaner quelques informations sur ce monde merveilleux. Mais il devait se dépêcher, de longues heures de travail l'attendait encore!
Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Jeu 28 Fév 2013 - 11:46 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Jade regarda attentivement ce garçon qui ne la regardait pas en face. Depuis qu’elle avait prononcé les premiers mots du dialogue, elle avait pu voir des expressions différentes et sincères passer sur son visage malgré son regard fuyant constamment. Il fut d’abord surpris. Il semblait jusqu’alors plongé dans ses pensées et cet étonnement dû aux paroles de Jade semblait signifier que la jeune fille l’avait obligé à s’éloigner de ses rêveries, sans le vouloir. Elle s’en voulait. Effectivement, rêver en silence dans une forêt est très agréable, on y trouve de la force et du courage grâce à la nature qui nous accueille et au vent qui nous berce tendrement. Jade qui chérissait ces moments plus que tout avait eu le malheur de les voler à quelqu’un.

Cependant, elle fut vite rassurée car elle vit la surprise s’effacer rapidement de son visage pour laisser place à un léger amusement lorsqu’il prononça ces paroles :

« Je n'ai peur de rien ! »

Même si Jade ne laissait jamais aucun sentiment paraître sur son visage, elle aimait observer les déformations qu’ils entrainaient chez les autres. Elle comprit donc facilement que malgré ses paroles téméraires, ce garçon était bien peu sûr de lui. Un frisson et un sourire qui s’efface quelques dixièmes de seconde comme s’il comprenait que ce qu’il venait de dire était faux et également sa perturbante façon de ne pas la regarder… Cela montrait bien qu’il ne se sentait pas en sécurité. Mais bon, c’était normal, personne ne pouvait se sentir à l’aise en face d’une inconnue.

« A défaut d'être réellement un petit chat, mon nom est Yaune, enchanté. J'avoue que je n'ai pas le plaisir de connaître les coutumes de ce monde étrange, mais je ferais de mon mieux pour les apprendre! »

En entendant cela, Jade cessa son analyse de ce jeune garçon, Yaune apparemment. C’était un nom étrange, elle n’avait jamais entendu un nom comme ça. Il avait une apparence asiatique, c’était donc sûrement un nom de son pays…
Elle comprenait tout ce qu’il disait, pourtant elle n’avait pas l’impression qu’il parle français. C’est comme si ce qu’elle entendait était directement traduit, par un enchantement de ce monde probablement. Il ne connaissait pas les coutumes de ce monde non plus, c’était dommage, elle aurait aimé avoir les « règles du jeu »…

Un tas de questions lui traversèrent l’esprit : Comment il était arrivé là ? Etait-ce Astrid qui voulait jouer avec lui ? D’où venait-il ? Que faisait-il dans la forêt ? Que pensait-il de ce monde ?… Et bien d’autres que ces lèvres ne retranscriraient pas. Elle fit taire ces questions et répondit simplement.

« Je suis Jade »

Après un léger silence, elle se rendit compte que ça devait paraître un peu léger alors elle ajouta à ces quelques mots ce qu’il fallait pour ne pas paraître trop froide.

« Enchantée »

Elle était satisfaite ainsi.

« C’était une bonne présentation » pensa-t-elle
Revenir en haut Aller en bas

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Dim 3 Mar 2013 - 2:21 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Jade. La jeune fille venait de se présenter comme étant Jade. Étrangement, Yaune ne se focalisa pas trop sur cette information, même si il trouvait qu'il s'agissait d'un joli prénom, qui allait à merveille avec les traits délicats de la demoiselle. Il préféra plutôt s'étonner sur le manque évident d'enthousiasme de la part de celle-ci. Ce n'était pas tellement sa réponse courte et peu développée qui surprenait le jeune artiste, mais c'était son expression, ou plutôt, son manque d'expression. Que ce soit sur son visage ou dans sa voix, Yaune n'arrivait pas à déceler la moindre trace d'émotion, malgré ses nombreux et fréquents coups d'oeils, bien qu'il essayait de garder ses yeux loin d'elle. Il était comme face à une poupée de taille humaine, à la différence que cette poupée-là était vivante, respirait, pensait et parlait réellement. C'était déstabilisant, mais d'une certaine manière, il ne pouvait rien lui reprocher, car lui-même était gênant, à ne jamais regarder son interlocuteur en face, quel qu'il soit, et il le reconnaissait. Yaune décida donc, d'un commun accord avec sa conscience d'artiste, de ne pas se laisser refroidir par cette première prise de contact infructueuse.

« Enchantée »

Un sourire glissa sur les lèvres du jeune homme. Pas si infructueuse que cela, cette prise de contact. Même si elle restait obstinément aussi expressive qu'une statue de bouddha, Jade était capable de faire preuve de politesse. Froide ou pas, elle ne projetait aucune antipathie. Tout cela fit naître quelques vers dans la tête de l'artiste et il eut toutes les peines du monde à se retenir de noter immédiatement ce poème vibrant de grâce et de finesse sur son carnet. Pour occuper ses mains, il reboutonna nerveusement sa veste, tout en ne cessant de réfléchir. Il ne fallait pas qu'il laisse la conversation se détériorer! Sa curiosité ne pouvait guère patienter plus longtemps.

« Je ne veux pas paraître indiscret, Jade, mais que faites-vous dans cette magnifique forêt? »

Il n'était pas sûr d'avoir des réponses à ses questions, puisque Jade s'annonçait aussi bavarde éveillée que lorsqu'elle était endormie, mais c'était mieux que de continuer à entretenir un silence pendant lequel il gaspillait de précieuses secondes. Yaune considéra un instant la scène, risquant encore de discrets regards. Il ne put s'empêcher de comparer la situation à celle d'un bon film de western. C'était un face-à-face, une rencontre qui ressemblait à s'y méprendre à un duel. Le premier à obtenir ce qu'il voulait était le gagnant, peut-être? Il fallait être le plus rapide possible, comme dans un vrai duel de colts. Yaune pouvait presque entendre la musique célèbre du film Le Bon, la Brute et le Truand. Il secoua la tête. Ce n'était pas le moment de se perdre dans une de ses mises en scènes. Il fallait qu'il reste concentré, car si jamais il avait la tête dans les nuages, il risquait de manquer la réponse de Jade, ce qui serait dommage. Cela ne se faisait pas de demander à une dame de se répéter!
Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Lun 4 Mar 2013 - 21:26 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Apparemment, sa présentation était satisfaisante car le jeune homme ne s’en offusqua pas et elle crû même apercevoir un sourire traverser ses traits pensifs. Cela était inhabituel. Jade savait qu’elle s’était présentée très brièvement, comme elle le faisait toujours, et généralement ses interlocuteurs appréciaient très peu son manque d’éloquence. Vexés à cause de ce qu’ils estimaient être un manque de considération, ou troublés face à sa froideur apparente, ils abandonnaient très vite la conversation à peine entamée. La plupart du temps, ça l’arrangeait, elle n’avait rien à dire et ne voulait pas se fatiguer à essayer de trouver, et puis elle n’aimait pas troubler le silence.

Mais cette fois, c’était différent, elle ne voulait pas être seule dans ce monde nouveau. Si elle était arrivée ici, privée de son monde, c’était parce qu’elle était seule. Elle ne voulait pas refaire les mêmes erreurs. Et Astrid l’avait « peinte en rouge », alors elle essaierait de devenir rouge, de laisser ses sentiments s’échapper… Elle sentait au fond d’elle qu’Astrid avait su lire son cœur, qui était inconnu même pour elle, alors elle faisait confiance à cette intuition. Peut-être que tout au fond d’elle-même elle souhaitait devenir une fille comme les autres qui parle, rit, s’amuse, pleure… C’était ce qu’elle devait chercher ici et ce n’est pas en faisant comme d’habitude qu’elle arriverait à dévoiler les secrets de son cœur, il fallait faire des efforts.

« Je ne veux pas paraître indiscret, Jade, mais que faites-vous dans cette magnifique forêt? »

Jade n’en revenait pas ! Elle venait de rencontrer une personne qui n’était pas troublé par sa manière d’être. Elle devait en profiter. Mais était-ce un piège ? Elle chassa rapidement cette idée de la tête pour répondre à la question qui venait de lui être posée. Si elle ne lui faisait pas confiance à qui pourrait-elle le faire ? Si elle agissait comme ça, elle ne pourrait jamais trouver de réponses à toutes ses questions.

« Je cherche un arbre »

Non, elle n’aurait pas dû dire ça !! C’était froid, et en plus, c’est complètement ridicule de chercher un arbre dans une forêt ! Il faut qu’elle se rattrape. Vite ! Mais cela lui demandait énormément d’efforts, ce n’était pas quelque chose de facile de changer ses habitudes…

« Avant d’arriver dans ce monde j’étais à côté d’une forêt. J’aime la forêt. Les forêts. J’ai vu la forêt. J’ai décidé d’aller ici. De venir ici. Mais j’aime pas la forêt. Cette forêt. Elle ressemble pas. C’est pas une vraie forêt. Comme celles que je connais. Alors je cherche un arbre. Un arbre qui me ferait penser. Me rappellerait le bonheur que j’avais à être auprès des arbres avant. »

Jade avait prononcé ses paroles en se dépassant. Ce fut un discours épuisant pour elle, elle avait la voix qui tremblait et le cœur qui commençait à battre vite. Elle fut extrêmement soulagée d’arrêter de parler. Certes elle avait encore le souffle haletant mais elle se sentait redevenir à la normale. Après quelques secondes, elle remarqua qu’elle avait oublié la fin. Alors elle demanda calmement, en reprenant son ton habituel :

« Et vous Yaune ? »
Revenir en haut Aller en bas

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Jeu 7 Mar 2013 - 17:50 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Yaune n'eut pas à attendre longtemps avant que la voix vide de Jade ne jaillisse de nouveau. Elle ne semblait pas faire partie de ces personnes indécises qui réfléchissaient trop à ce qu'elles allaient dire, ce qui soulageait grandement le jeune homme. Il ne fallait pas que les choses s'éternisent. Non seulement cela pourrait sérieusement retarder son travail, mais en plus il risquait de vite se désintéresser de la jeune demoiselle. Il était comme ça: son attention se focalisait davantage sur ce qui l'entourait plutôt que sur ceux qui lui adressaient la parole.

D'ailleurs, à cet instant précis, il commençait à dériver à bord de ses pensées. Qu'est-ce qu'elle avait dit, déjà? Ah oui! Elle cherchait un arbre. Yaune se demanda un instant si il n'avait pas mal entendu. Des arbres, il y en avait partout autour d'eux. Ils étaient dans une forêt, après tout. Elle cherchait un arbre en particulier, ou un arbre tout court ? En tout cas, Jade était avare de détails. Cependant, aller dans une forêt pour tenter de trouver en arbre, c'était logique. Restait à savoir quel arbre. Yaune hésita à poser la question. Sa réponse avait été glaciale, et il craignait d'en recevoir une autre identique. Non pas qu'il trouvait la jeune fille antipathique, mais il n'avancerait pas beaucoup comme ça.

« Avant d’arriver dans ce monde j’étais à côté d’une forêt. J’aime la forêt. Les forêts. J’ai vu la forêt. J’ai décidé d’aller ici. De venir ici. Mais j’aime pas la forêt. Cette forêt. Elle ressemble pas. C’est pas une vraie forêt. Comme celles que je connais. Alors je cherche un arbre. Un arbre qui me ferait penser. Me rappellerait le bonheur que j’avais à être auprès des arbres avant. »

Yaune fut d'abord étonné qu'elle s'explique ensuite, comme pour se rattraper, puis fut très vite amusé. Il ne se moquait pas d'elle, loin de là, ce serait la dernière chose qu'il aurait envie de faire. Mais cela se voyait qu'elle n'était pas habituée à parler beaucoup.

Il n'eut aucun mal à la comprendre, mais cela restait encore une formulation très saccadée et précipitée. Le jeune artiste trouvait cela touchant, d'une certaine manière. Il appréciait à sa juste valeur l'effort qu'elle faisait pour lui, alors qu'ils ne se connaissaient pas et qu'elle aurait tout aussi bien pu garder ses phrases courtes et cinglantes. En plus, la demoiselle était toute secouée. Son souffle était haletant comme si elle avait couru un marathon. Yaune attendit patiemment qu'elle se remette, les yeux flânant ailleurs.

Jade recherchait donc un arbre "normal", qui collait aux bonnes vieilles logiques de l'ancien monde. Elle ne comprenait donc pas à quel point ce lieu était extraordinaire et merveilleux? Pour Yaune, qui avait déjà relégué la vie qu'il avait quitté au rang de vieillerie poussiéreuse, c'était absurde. Il respectait l'opinion d'autrui, mais ne pouvait pas rester indifférent devant une telle cécité. Elle ne voyait pas que tout était à découvrir, ici! Éclaircir l'inconnu était excitant. Elle préférait une forêt banale à cette forêt multiple et mystérieuse, ce qui n'avait rien de raisonnable. De toute évidence, c'était une nostalgique.

Un autre point décevant résidait dans le fait que son arrivée devait être récente. Elle ne connaissait probablement rien du monde d'Astrid. Yaune n'avait rien à apprendre d'elle, et c'était une fâcheuse perte de temps. Il se prépara donc à prendre congé de Jade, mais une fois qu'elle se fut calmée, il y eut l'inévitable "Et vous?". Yaune ne réfléchit qu'une seconde.

« Quand je me suis réveillé dans les ruines, j'ai été frappé par la richesse, la beauté et la complexité de ce lieu presque semblable à un rêve. Je désire plus que tout le découvrir, en connaître les moins recoins, expliquer le moindre de ses phénomènes, en approfondir mon savoir. C'est également une source d'inspiration quasi-illimitée. Ici, je pourrais pratiquer mon art autant de fois qu'il me plaira, de la manière la plus libérée et expressive possible, sous toutes ses formes. Cette forêt m'a parut le bon endroit pour commencer mon périple. »

En parlant d'art, une idée lui vint. Il oublia l'espace de quelques minutes son envie de partir s'enfoncer entre les arbres abracadabrants et s'acharna sur son carnet, dessinant furieusement en se basant sur sa mémoire. Yaune n'était pas un professionnel, ni un surdoué, mais il s'appliqua de son mieux. Son oeuvre terminée, il la regarda un long moment, rajoutant quelques détails, corrigeant certains traits, puis arracha la feuille et la tendit à Jade, lui souriant gentiment tout en détournant les yeux - ce qui offrait un spectacle étrange -.

« Je sais que ce n'est pas un arbre véritable, mais cela pourra peut-être vous aider à vous rappelez votre bonheur. Je n'ose pas espérer un sourire de votre part, puisque vous n'y semblez guère disposée, cependant, j'espère que ce dessin vous mettra un peu de baume au coeur. »

C'était un chêne, un bon vieux chêne de la Terre, toutes proportions respectées et sans aucune extravagance comme celles qui les entouraient. Yaune voulait la remercier pour le temps qu'elle lui accordait, ainsi que pour sa compagnie, qui a défaut d'être chaleureuse était agréable.







Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Jeu 7 Mar 2013 - 23:35 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Jade reçu une réponse à sa question presque immédiatement après l’avoir posée. Yaune lui répondit d’une voix assurée. Au début, il semblait répondre par contrainte mais les mots s’enchaînant, Jade avait l’impression que ses paroles étaient des vagues qui venaient caresser doucement ses oreilles en une harmonieuse mélodie. Elle n’écoutait pas très attentivement ce qui lui était dit, elle se contentait d’écouter les sons qui sortaient de sa bouche comme hypnotisée. Elle comprit néanmoins quelques petites choses dans ce discours et cela lui fit abandonner toute la bonne volonté qu’elle avait à l’instant.

Ce garçon n’était pas du tout comme elle. Il aimait la beauté de cet endroit mais se rendait-il seulement compte à quel point cet endroit était « faux » ? La vraie beauté se trouve dans la nature. Elle est issue d’un monde miniature : les molécules qui sont à l’origine de tout sur Terre. Elles captent certaines couleurs décidant ainsi la couleur d’un objet ou même du ciel. Selon leur position dans l’espace elles peuvent former des choses très différentes. Par exemple, les molécules d’eau, lorsqu’elles sont très éloignées forment de la vapeur d’eau à laquelle nous prêtons très peu attention, mais en lorsqu’elles se rapprochent, les voilà devenues de l’eau liquide puis de la glace. La vraie beauté est due au hasard et donc à la nature qui dans son infinie sagesse a permis au monde d’exister sous mille façons différentes. Ce que l’homme crée est bien plus restreint en possibilité et n’atteindra jamais la beauté absolu car l’esprit de l’homme ne pourra jamais vaincre ce que la nature a sélectionné au fil des siècles après des années de recherches aléatoires et des millions de tentatives.

Enfin, Yaune prétendait être un artiste, c’est ce qu’elle avait crû comprendre. Apparemment, Jade avait bien entendu car il se mit à tracer des traits sur son carnet furieusement. Elle ne voyait pas ce qu’il dessinait, mais elle devinait facilement pourquoi : il ne voulait pas rester avec elle plus longtemps alors il dessinait en attendant qu’elle comprenne le message et s’en aille. Jade resta quelques instants le regarder, il avait l’air très concentré et pourtant il traçait des gestes assurés qui semblaient indiquer que ses doigts avaient produits un très grand nombre de dessins au crayon. Jade allait partir quand il lui tendit son dessin.

« Je sais que ce n'est pas un arbre véritable, mais cela pourra peut-être vous aider à vous rappelez votre bonheur. Je n'ose pas espérer un sourire de votre part, puisque vous n'y semblez guère disposée, cependant, j'espère que ce dessin vous mettra un peu de baume au cœur. »


Il n’avait apparemment rien compris, ce qui était tout à fait normal car elle s’était très mal exprimée mais elle fut touchée par cet élan de compassion du jeune homme. Certes, elle n’en avait rien à faire du dessin, mais c’était tout de même agréable de recevoir un présent. Elle en prendrait soin !

Elle prit une grande inspiration et répondit calmement, avec son ton habituel. Elle avait réussi à se calmer et donc elle pouvait maintenant prononcer un discours d’une heure sans être aucunement troublée en apparence.

« Je vous remercie de ce présent et je l’accepte volontiers.
En revanche, je crois que vous vous êtes trompé sur mes intentions. Je ne cherche pas un arbre comme ce chêne, je cherche juste un arbre qui vit pour lui-même. Cela doit vous paraître insensé comme explication alors je vais essayer de vous montrer ce que j’entends par là. Ici, j’ai l’impression que tous ces arbres sont une copie d’arbres existants déjà, qu’ils existent uniquement pour faire joli. Parce que dans une forêt il y a des arbres, et que cet endroit devait avoir une forêt, on a mis des arbres ici. Je cherche donc un arbre qui serait là grâce à la nature et cet arbre là, s’il existe, je suis sûre de le reconnaître car il se dégagera de lui comme une aura de sagesse. Bon, je ne sais pas si j’ai été très claire…
Ce dessin sonne comme un cadeau d’adieu. Je n’ai pourtant pas envie de vous quitter tout de suite mais vous me semblez préoccupé par quelque chose qui vous incite à partir vite. Vous ne me regardez pas en face, cela prouve que n’osez pas me le dire, mais je l’ai deviné et je vous laisse partir si tel est votre désir. Ai-je raison ? »


Elle mit le dessin dans son sac en attendant la réponse.
Revenir en haut Aller en bas

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Sam 16 Mar 2013 - 23:52 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Yaune n'offrait pas souvent le produit de ses mains à quelqu'un, puisqu'il préférait conserver ses oeuvres pour lui. Il savait qu'elles étaient imparfaites, à défaut d'être vraiment très médiocre. Les donner signifierait se débarrasser de travaux ratés, ou abandonner un ouvrage qui pouvait être amélioré. En conséquence, il préférait seulement demander des avis, permettre aux gens de jeter quelques coups d'oeil, prêter un brouillon par ci, une esquisse par là... Mais parfois, en de rares occasions, Yaune cédait à l'appel du don. Il n'agissait ainsi qu'avec sa mère, son père et ses amis. Jamais avec un inconnu, à moins que celui-ci ne lui donne une bonne raison de le faire. Vouloir exprimer sa gratitude, par exemple.

Il fut content que Jade accepte son dessin. Il devait avoir touché juste! Voir un arbre de la Terre qu'elle avait laissée derrière elle la remplissait sans doute de joie, même si il n'était qu'une image sur du papier. Elle continuait à afficher un visage dénué d'émotions propres à l'espèce humaine mais peut-être que sous cette façade immaculée, Yaune avait réussi à lui apporter un peu de réconfort. Le jeune homme déchanta cependant très vite. Si les premiers mots de Jade furent pour le remercier, la suite se révéla beaucoup moins satisfaisante et brisa ses espérances.

« En revanche, je crois que vous vous êtes trompé sur mes intentions. Je ne cherche pas un arbre comme ce chêne, je cherche juste un arbre qui vit pour lui-même. Cela doit vous paraître insensé comme explication alors je vais essayer de vous montrer ce que j’entends par là. Ici, j’ai l’impression que tous ces arbres sont une copie d’arbres existants déjà, qu’ils existent uniquement pour faire joli. Parce que dans une forêt il y a des arbres, et que cet endroit devait avoir une forêt, on a mis des arbres ici. Je cherche donc un arbre qui serait là grâce à la nature et cet arbre là, s’il existe, je suis sûre de le reconnaître car il se dégagera de lui comme une aura de sagesse. Bon, je ne sais pas si j’ai été très claire… »

Pendant cette longue tirade, Yaune resta calme, écoutant attentivement, ses yeux toujours détournés. Il n'aimait pas ce qu'il entendait. Une colère sourde bouillonnait en lui, le genre de colère brusque et soudaine que l'on sait d'instinct irréfléchie mais justifiée. Son dessin, elle s'en fichait totalement. Elle prétendait qu'il s'était trompé, et pourtant, tout ce qu'elle venait de radoter, sur un ton assuré alors que quelques minutes auparavant elle n'arrivait pas à aligner deux mots sans se reprendre, Yaune l'avait complètement assimilé depuis le début. Il l'avait parfaitement compris, Jade ne cherchait pas des arbres illogiques, elle voulait trouver un arbre collant aux logiques de la Terre, et donc LOGIQUEMENT, un arbre naturel, là grâce à la nature, "vivant pour lui-même", comme elle le disait si bien. Qu'est-ce qu'il avait dit de faux, de décalé avec les paroles de la jeune fille?

Elle ne cherche pas un arbre comme ce chêne? Les pensées défilaient, brûlantes, dans l'esprit du jeune artiste. Ce chêne, ce chêne, mademoiselle, il faudrait se poser la bonne question, c'est à dire, ce chêne, sur quel modèle a-t-il été dessiné? Sur le modèle d'un CHÊNE. Un chêne. Vivant, précisons-le. Là grâce à la nature, précisons-le encore une fois. Yaune ne croyait pas ce qu'il entendait. Il n'avait jamais prétendu lui apporter sur un plateau d'argent l'arbre qu'elle voulait trouver. Tout ce qu'il avait tenté de faire, c'était de l'aider un peu. Quelle erreur n'avait-il pas commise! Il y avait eu méprise de méprise, quiproquo sans quiproquo, incompréhension d'incompréhension. L'arbre du dessin n'était pas vivant, n'était pas pur produit de la nature avec un N majuscule, mais son modèle, oui. Le problème provenait-il donc de la qualité du dessin? De la façon dont il avait parlé en le donnant? Il n'en savait rien et il ne cherchait pas à le savoir.

Yaune n'était pas content du tout. L'esprit désordonnée, il tenta d'y étouffer les étincelles naissantes, mais Jade continuait de parler et ses mots ravivaient les braises.

« Ce dessin sonne comme un cadeau d’adieu. Je n’ai pourtant pas envie de vous quitter tout de suite mais vous me semblez préoccupé par quelque chose qui vous incite à partir vite. Vous ne me regardez pas en face, cela prouve que n’osez pas me le dire, mais je l’ai deviné et je vous laisse partir si tel est votre désir. Ai-je raison ? »

Pour qui se prenait-elle, à l'analyser ainsi? Elle avait touché juste, évidemment, mais ce n'était guère sympathique de lui jeter cela à la figure sans se soucier de l'effet que cela produirait. Il n'était jamais bon de révéler à quelqu'un que chacun de ses gestes était examiné, passé à la loupe, interprété d'une manière ou d'une autre. Cela conduisait irrémédiablement à la paranoïa, et dans le meilleur des cas, ne faisait qu'augmenter la peur d'être comme un livre ouvert. Jade compensait son manque d'expressivité par un sens aigu de l'observation. En un sens, Yaune admirait cela, et dans l'autre, il désapprouvait sa franchise. Toute vérité n'est pas bonne à dire, ni forcément vraie.

« Je ne regarde jamais personne en face. » lâcha enfin Yaune après un court silence, toujours aussi calme, regardant distraitement un couple de feuilles mortes valser au vent. « Ne prenez pas cela personnellement. »

Il redevint encore silencieux, sa colère s'étant cachée dans un repli de sa conscience, désireuse de se faire oublier un moment. Le jeune artiste hésitait. Il ne savait pas si il devait ouvertement dire à cette fille ce qu'il pensait de son comportement. Déjà, il fallait qu'il sache quoi penser d'elle. D'un coté, il l'appréciait, de l'autre, elle venait tout juste de montrer qu'elle n'était pas aussi exempte de défauts qu'il l'avait cru. Néanmoins, il devait éclaircir la situation, avant que Jade ne recommence à mal interpréter ses gestes.

« Vous êtes si perspicace que cela en devient agaçant. Pourquoi cette question ? Votre ton suffisant indique que vous avez déjà la réponse. Ecoutez-vous, Jade. Auparavant, vous peiniez à me parler, et maintenant, vous n'hésitez guère à me gifler avec toute votre force verbale, sûre de vous. »

Yaune s'avança, calepin sous le bras, et s'arrêta juste à coté de Jade. Proche d'elle et pourtant si distant. Ils étaient séparés par un double mur, érigé par leurs personnalités répulsives. Elle, dépourvue d'émotions visibles. Lui, ignorant les gens du regard. Puis, il eut un léger sourire, un peu triste, un peu joyeux.

« Mais je vous trouve fascinante. Votre attitude, votre visions des choses... Tout cela m'est étranger, ce qui réveille ma soif d'apprendre. Vous avez des qualités auxquelles je n'ai jamais prêté attention, dans ma grande arrogance d'explorateur. Et des défauts qui m'horripile, bien sûr, mais sans ombre, la lumière ne serait pas aussi belle, n'est-ce pas? Vous prétendez que je me suis trompé sur vos intentions, et bien que cela soit totalement faux, je veux me faire pardonner. Pour mon insolence, et pour ma faute fictive. » dit-il, sans ironie aucune ni moquerie. « Vous donnez un dessin était une erreur. Allons cherchez le vrai ensemble! L'arbre qui vit pour lui-même, qui n'est pas une pâle copie. Même si je doute qu'il reste un seul résidu de la véritable nature dans ce monde, j'aimerais essayer, et peut-être apprendre de vous, Jade, et de votre mode de pensée. Est-ce que vous acceptez l'aide d'un pauvre idiot? Mes travaux pourront attendre. »



Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Dim 17 Mar 2013 - 18:41 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
« Excusez –moi » dit Jade

Elle était par terre, à genoux, le front contre terre. Elle avait entendu dire qu’on s’excusait comme ça dans certains pays asiatiques alors avec un peu de chance, Yaune venait d’un de ces pays là et verrait son geste comme tout à fait normal. C’était un geste de pardon. Enfin, c’est ce que Jade voulait faire croire.



En réalité, lorsque Yaune avait commencé à parler, elle avait senti ses yeux se remplir de larmes. Elle ne savait pas pourquoi et se dépêcha de trouver un moyen de ne pas être aperçue dans cet état. En à peine quelques secondes, elle était par terre, la tête cachée dans ses longs cheveux. Cela faisait de nombreuses années qu’une larme n’avait pas coulé le long de sa joue et que ce soit le cas en ce moment manquait de sens. Pourquoi pleurait-elle ?

Tout à l’heure, Yaune avait commencé à s’énerver. Elle sentait qu’une tension s’accumulait en lui. Etait-ce par crainte de la colère qui risquait de lui tomber dessus qu’elle avait instinctivement réagi en pleurant ?

« Je ne pense pas que ce soit le cas » songea-t-elle

Jade ne croyait pas pouvoir devenir aussi misérable du jour au lendemain. Elle ne pleurait jamais et trouvait cela extrêmement déshonorant de pleurer face à cet inconnu – heureusement, il ne la regardait pas – alors elle ne pouvait pas concevoir avoir fait exprès de pleurer, comme une enfant, pour se protéger en essayant d’attendrir Yaune. De plus, elle avait l’habitude des colères de sa grand-mère qui étaient sûrement bien plus impressionnante que celles de ce jeune garçon.

Il lui avait fait des remontrances aussi. Qu’est-ce qu’il lui reprochait déjà? « D’être trop perspicace », « d’avoir un ton suffisant » « d’avoir pris de l’assurance trop rapidement »

« Ce n’est pas possible que ce soit ça non plus » jugea-t-elle

Oui, tout ça n’aurait pas dû la blesser si profondément qu’elle ne pouvait plus arrêter de pleurer. Elle avait l’habitude des reproches – et certains qui aurait dû faire bien plus mal que ceux là – et puis, ceux là étaient fréquents… Elle ne pouvait pas pleurer à cause de quelques reproches, c’était certain. Se sentir vexée après avoir entendu ses quatre vérités en face était tout à fait normal, mais pas pour Jade. Au début, elle était vexée évidemment, mais jamais elle n’avait pleuré pour ça, alors pourquoi maintenant ?

Après cela Yaune, avait fait taire sa colère et l’avait complimenté. Mais cela n’arrêta en rien le flot de larmes qui s’abattait sur son visage, au contraire. Elle fut complimentée. Il la disait fascinante, avec des défauts qui faisaient ressortir ses qualités. Elle n’avait jamais entendu de si belles paroles… ou sinon pas depuis une éternité. Peut-être pleurait-elle de bonheur d’entendre des mots si agréables ?

« C’est autre chose » rumina-t-elle

En effet, elle semblait pleurer de tristesse bien plus que de joie. Et on ne peut pas être triste de se faire complimenter !

Il voulait s’excuser, en l’aidant à chercher « l’arbre qui vit pour lui-même ». En entendant cela, Jade comprit la raison de ses pleurs.

On peut pleurer pour plusieurs raisons : pour avoir de l’aide, se protéger, dans ce cas, ce sont des pleurs d’enfants et ce n’est certainement Jade qui pleurerait de cette façon, elle est bien trop fière pour cela ; pour exprimer sa joie mais ce n’était pas le cas de Jade en ce moment, sinon elle l’aurait su facilement ; par instinct lorsqu’on a mal quelque part, mais là ce n’était pas son cas ; pour exprimer sa tristesse mais Jade n’était pas triste, elle avait vécu des situations bien pires ; pour exprimer le regret de son âme lorsqu’on a fait quelque chose de mal.

Effectivement, Jade regrettait d’avoir parlé si durement à ce jeune homme si sympathique qu’elle connaissait à peine. Elle ne savait pas pourquoi mais agir de manière désagréable avec Yaune lui faisait mal au plus profond d’elle-même. Aussi lorsqu’il s’excusa, son remords se fit encore plus important car ce n’était pas à lui de s’excuser mais à elle. L’entendre se dévaloriser en se traitant de « pauvre idiot » semblait lui arracher le cœur.



« Excusez –moi »
dit Jade

Elle arrêta doucement de pleurer et quand ce fut terminé, elle essuya discrètement avec ses mains, les dernières larmes restées sur ses joues et se releva. Elle fut surprise de le voir si proche d’elle.

« Je serai ravie que vous m’accompagniez ! Aimez-vous les chats ? » prononça-t-elle comme si rien ne s’était passé
Revenir en haut Aller en bas

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Jeu 25 Avr 2013 - 0:55 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Yaune aimait la sincérité, presque autant que l'art. Certes, il admettait que tout n'était pas bon à dire, mais il pensait dur comme fer que dans les situations confuses, le plus simple était d'ouvrir son cœur en priant pour que l'on soit compris. Une franchise bien dosée et prudente ne pouvait être que bénéfique. Le jeune artiste avait essayé d'éclaircir les choses de son mieux, malgré les risques de froisser son interlocutrice, mais sa réaction fut au-delà de toutes ses espérances. Dans le sens où il ne s'y attendait vraiment pas.

Car en effet, Jade, en quelques secondes, s'était laissée tomber à terre, le front délicatement posé au sol, se prosternant presque devant Yaune. Ce dernier fut totalement désarçonné, fixant quelques instants la jeune demoiselle d'un air ahuris, avant de détourner à nouveau le regard, le rouge lui montant aux joues. C'était très embarrassant pour lui. Il ignorait pourquoi elle avait fait cela, mais sur le coup, il se sentait idiot. On ne s'inclinait généralement pas de cette manière devant les gens. Mais Yaune eut son explication à ce geste un peu trop cérémonial lorsqu'elle s'excusa, de la manière la plus touchante qui soit. Elle cherchait donc le pardon. Seulement, elle n'avait rien fait de préjudiciable. Le jeune artiste se demanda si il n'en avait pas trop fait. Ses reproches avaient peut-être été trop dures, si cela l'avait poussé à s'incliner ainsi. Jade n'avait rien à se faire pardonner, si bien que Yaune ne put s'empêcher d'être saisit par le remord.

« De quoi vous excusez-vous? Relevez-vous, je vous en prie, vous n'avez rien à faire au sol! Je ne mérite pas ça. Et vous ne m'avez rien fait de mal! »

Mais le remord n'était pas la seule chose qui s'insinuait en lui. A sa grande honte, il trouvait la situation vaguement amusante. Jade, avec son beau visage occidental, avait probablement dû prendre conscience de ses traits asiatiques. Peut-être avait-elle cru que c'était un geste approprié pour s'excuser. Il fut un temps où cela était commun, et pourtant, c'était la première fois de sa vie que Yaune voyait quelqu'un agir de la sorte. Ce n'était plus franchement à la mode, au Japon. En Chine, par contre, il n'en savait rien. Mais au-delà de la bourde culturelle commise, c'était l'intention qui comptait. Même si elle s'excusait alors que cela n'avait pas lieu d'être, Yaune devait reconnaître que Jade était formidable. Il connaissait peu de personnes comme elle, et commençait déjà à le déplorer.

Lorsqu'elle se releva enfin, au grand soulagement du jeune homme, c'était comme si la scène n'avait jamais eu lieu, pareille aux dessins tracés sur le sable qui disparaissent avec les grands vents. Jade restait Jade. Yaune avait l'impression que tout ce qu'il avait à connaître d'elle était déjà devant lui: un visage vide. Heureusement, ce n'était qu'une impression. Elle recelait sûrement des trésors qu'il avait hâte de révéler au grand jour. Sa compagnie était intéressante, sa façon de voir les choses l'était encore plus. Désormais assez proche d'elle, Yaune pouvait furtivement admirer ses yeux, ce qui était assez ardu, compte tenu de son habitude à regarder ailleurs. Mais le peu qu'il voyait était fascinant. On disait souvent que les yeux étaient les fenêtres de l'âme. Yaune aurait volontiers jeté une pierre au crétin ayant proféré le premier cette bêtise. Pour lui, ils étaient bien plus que cela. Quoi, dans ce cas? Cela, il ne savait guère l'exprimer.

Si les yeux étaient réellement connectés à l'âme, d'une manière si intime qu'une simple paire d'yeux pourrait révéler les secrets les mieux enfouis d'un être, alors l'âme de Jade serait aussi creuse qu'un cocon de soie, aussi froide qu'une pluie d'hiver. Ce serait une terre décimée et immaculée, une sœur du néant incarné. Ce que voyait Yaune, c'était de beaux yeux, rien de plus, rien de moins. L'âme n'avait rien à faire là.

« Je serai ravie que vous m’accompagniez ! Aimez-vous les chats ? »

Yaune eut un léger rire. On en revenait encore aux chats. Il était également heureux qu'elle accepte sa compagnie. Sa question était en accord avec sa personnalité intéressante. Cette fois, Yaune ne fut pas trop surpris.

« Je fais plus qu'aimer les chats, Jade, je les adore. Ils cumulent tellement de qualités... Agilité, beauté, impétuosité, adresse, indépendance... Le chat est un animal à la fois attachant et impressionnant. Je ne me lasse pas d'en découvrir chaque facette. Dans mon pays natal, c'est un porte-bonheur. Dans la fiction, il apparaît comme rusé, mystérieux, malicieux, vaillant. Je n'ai que de bonnes raisons pour l'apprécier! Les égyptiens l'ont divinisé, les européens l'ont craint. Et aujourd'hui, même domestiqué, un chat donne toujours l'impression d'être seul maître de sa destinée, libre comme l'air. Ah, mais je pense que je bavasse un peu trop. Et vous, Jade? Pourquoi me comparez-vous à un, je cite, ''petit chat''? »

Tout en parlant, il l'invita à ouvrir la marche, et par la même occasion, à inaugurer leur périple, leur quête d'un vrai arbre.
Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Ven 26 Avr 2013 - 23:26 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
« Aimez-vous les chats ? »

A cette simple question, Jade reçu une sorte de mini-exposé sur les chats. C’était très intéressant ! Non seulement elle ne s’attendait pas du tout à ce que Yaune réagisse de cette manière mais en plus il semblait lui dévoiler une partie de lui-même en racontant cela. Il était complètement absorbé par la réponse à cette question. Jade en était impressionnée. Comment ce garçon pouvait-il ouvrir son cœur à ce point alors qu’il lui suffisait de répondre par oui ou par non ?

Alors qu’il racontait cela, ils se mirent à marcher. Jade regardait Yaune attentivement. Peut-être pour trouver le secret de cette grande éloquence ? Ou bien tout simplement était-elle envoutée par Yaune, ce jeune garçon singulier qui parlait avec elle naturellement sans paraître troublé par sa froideur apparente ?
Elle-même ne le savait pas et si on le lui avait demandé à ce moment-là, elle aurait certainement répondu quelque chose comme :

« Pourquoi me posez-vous cette question ? C’est normal de regarder les gens quand ils parlent, par politesse. Par exemple, vous me regardez là non ? »

Jade aurait certainement convaincu son interlocuteur. Il aurait remarqué qu’il la regardait effectivement et aurait donc jugé ses propos justes. Mais ne la regarderait-il pas car elle le regarderait ? On regarde qui nous regarde tout naturellement, mais regarde-t-on quelqu’un qui ne nous regarde pas. Et ici, Jade aurait pu admirer la forêt qui l’entourait, tout en écoutant le discours, sans être soumis au regard accusateur de Yaune. En effet, il ne la regardait pas. Jamais. D’ailleurs Jade commençait à se demander ce qui se passait.

Mais pour l’instant, elle écoutait. On aurait presque pu voir un sourire furtif passer sur ses lèvres si on l’avait regardée très attentivement – sans cligner des yeux au mauvais moment, bien sûr !

Mais voilà déjà qu’il arrête son discours. Oh tiens, une question !

« Et vous, Jade? Pourquoi me comparez-vous à un, je cite, ''petit chat''? »


Il fermait donc son âme pour laisser celle de Jade s’exprimer. Elle savait qu’elle ne réussirait pas à faire un aussi beau discours que celui qu’elle venait d’entendre mais au moins avait-elle décidée de parler honnêtement.

« C’est vrai que je vous ai appelé petit chat lorsque nous nous sommes rencontrés mais moi-même je n’ai pas vraiment su pourquoi. J’ai fait la comparaison instinctivement. Enfin, je dois avouer que je ne la regrette pas. Vous êtes comme ces chats qui se laissent caresser doucement mais qui mordent dès qu’ils sentent le danger. Après des paroles tendres vous prononcez des paroles dures. Vous parlez des chats comme de créatures libres et je dois avouer que sur ce point aussi ils vous rejoignent : vous semblez en effet agir indépendamment du reste du monde. Quant à l’adjectif petit, c’est certainement car vous sembliez mignon et comme tout le monde le sait : tout ce qui est petit est mignon ! »

Après avoir dit cela, Jade se demanda si Yaune allait apprécier car ce n’était pas forcément agréable d’entendre dire qu’on était mignon à son âge. D’ailleurs, pourquoi elle avait dit ça ? On ne dit pas comme ça aux inconnus qu’ils sont mignons…

Alors qu’elle se sermonnait d’avoir agi ainsi avec cet inconnu, Jade prit conscience d’une chose : elle était en train de marcher avec une personne qu’elle ne connaissait pas, dans une forêt qu’elle ne connaissait pas, dans un monde qu’elle ne connaissait pas…
Etonnamment, au lieu de craindre ce qui était en train de se passer, elle se dit que toutes ces choses inconnues ne le seraient bientôt plus car elle voulait apprendre à les connaître !

« Vous savez, je me disais que puisque nous passions un peu de temps ensemble, ce serait bien de se tutoyer, vous ne croyez pas ? Au fait, puisque vous aimez les chats, j’ai un cadeau pour vous ! »

Elle s’arrêta un instant pour ouvrir son sac à dos et en sortir sa toute nouvelle peluche-chat orange. Elle la tendit à Yaune sans rien ajouter, attendant sa réaction impatiemment.
Revenir en haut Aller en bas

Yaune Age : 22
Humeur : ...

avatar


message posté le Mer 1 Mai 2013 - 23:23 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Depuis combien de temps Yaune n'avait il pas ainsi cheminé avec quelqu'un, dans la sérénité et en plein air? Cela lui semblait être une éternité. La dernière personne à avoir eu l'honneur de suivre ses pas sans être gênée par son regard fuyant avait été Ren. Délicatement, il la chassa de sa tête, préférant ne pas courir le risque d'être empoisonné à nouveau par son souvenir. Le jeune homme désirait davantage se concentrer sur Jade, dont il disséquait attentivement l'esprit. Il était comme un insecte capturé par un infini ballet de flammes, totalement fasciné. Mais il était également avide de découvrir ce qu'elle dissimulait au monde. Son âme d'artiste et d'explorateur s'éveillait à son contact, phénomène rare pour quelqu'un si peu intéressé aux autres. Yaune n'était pas venu sur ce monde de son plein grès, jusqu'à preuve du contraire, et pourtant, cet endroit provoquait en lui une inspiration illimitée et une curiosité sans bornes. Si Jade se révélait tant passionnante à découvrir, en était-il de même pour les autres, ceux qui étaient dans la même situation qu'eux? Il avait hâte! Comme un grand gamin impatient de jouer, il était soudain prit par une excitation toute enfantine!

Tandis que toutes ces pensées coulaient dans ses veines, limpides, se mêlant à son sang, Yaune n'oubliait pas d'écouter Jade. Il ne la regardait peut-être pas, mais son ouïe aiguisée ne perdait pas une miette de ses singulières paroles. Elle était justement en train de répondre à sa question, et encore une fois, Yaune se surprit à l'admirer. Jade parlait de façon si honnête et si spontanée, sans s'embarrasser de détours, qu'il ne pouvait que l'envier. Elle ne devait pas avoir de mal à se faire comprendre, avec une telle manière de dire les choses. Yaune n'avait pas cette chance: il ne comptait plus les fois où ses mots ou même son art n'avaient pas été capables de faire sens à quelqu'un. C'était terriblement frustrant, la sensation d'être une sorte de tableau inaccessible au public, soit parce que c'est une oeuvre d'art trop géniale pour être comprise par les simples mortels, soit parce que c'est un échec cuisant ne ressemblant à rien de connu. Bref, pour Yaune, Jade ignorait à quel supplice elle échappait en étant à la fois franche et simple.

L'explication de Jade quant à la manière dont elle l'avait appelée était parfaitement compréhensible, voir logique, même si Yaune trouvait cela étrange de se faire comparer à un chat. Enfin, il prenait également cela pour un immense compliment, étant donné son admiration pour le genre félin. La jeune demoiselle continuait de le détailler, touchant encore juste. C'était troublant, ce qu'elle disait à propos de ses paroles et de son indépendance. L'artiste ne se souvenait pas d'avoir jamais été aussi pertinemment cerné par quelqu'un. Jade réalisait là un exploit dont elle pouvait se vanter.

« Quant à l’adjectif petit, c’est certainement car vous sembliez mignon et comme tout le monde le sait : tout ce qui est petit est mignon ! »

Yaune manqua de trébucher, mais se rétablit juste à temps. Cela avait été si soudain qu'il avait été quasiment forcé de prendre le compliment en pleine figure. Surtout que là, elle venait carrément de lui dire qu'il était mignon. Ce n'était pas un compliment détourné, comme le comparer avec les chats, mais bel et bien un véritable coup d'estoc. L'espace d'un instant, il faillit retourner la forêt de fond en comble pour dénicher un miroir et vérifier les dires de Jade, mais résista à cette envie peu raisonnable. Il n'allait pas s'enflammer pour si peu. Elle devait probablement être en train de le taquiner, ou elle disait cela pour être gentille. Après tout, on ne disait jamais sérieusement à un inconnu qu'il était mignon. A moins d'être en plein rendez-vous amoureux. Ou d'être une princesse réveillée par le baiser de son prince charmant et secourue de sa tour aux ronces grimpantes. Ou d'être un savant-fou venant à peine de rencontrer le cerveau de sa victime dans un joli bocal. Yaune se contenta donc d'un sourire amusé, se passant machinalement la main dans ses cheveux noirs. Mignon... C'était la première fois que quelqu'un lui adressait ce genre de compliment. En dehors de sa mère, évidemment. Mais entre l'amour maternel et les méandres de la drague, il y avait tout un monde.

Le jeune artiste garda le silence suite à cette simple phrase, qui le perturbait grandement. Peut-être qu'il commençait à se demander si il n'était pas plus sage de conserver ses distances et ne pas se rapprocher davantage de cette fille. Peut-être qu'il n'avait pas envie qu'elle l'embrouille à nouveau avec un mot ambigu. Peut-être qu'il était apeuré, qu'il était un rongeur et non un chat. Le genre de lièvre fanfaron qu'imaginait Jean de La Fontaine. Ou un misérable rat, indigne de figurer même aux cotés du Comte Dracula. Sa couleur était le bleu, Astrid avait elle-même lu en lui cette peur qui le tenaillait. Il ne pouvait échapper à ses origines. Yaune fut tiré de ses préoccupations par la douce voix de Jade.

« Vous savez, je me disais que puisque nous passions un peu de temps ensemble, ce serait bien de se tutoyer, vous ne croyez pas ? »

Le jeune artiste eut envie de bailler, chose qu'il faisait pratiquement à chaque fois qu'il ne savait pas quoi dire ou faire, mais encore une fois, il se retint de faire quelque-chose d’irraisonnable. Ce monde ne lui était pas offert pour qu'il dérive, comme dans le précédent, mais bien pour qu'il apprenne à diriger tranquillement son navire sur la mer de l'incertitude. Il était vrai que le tutoiement serait plus pratique, puisqu'ils n'étaient pas près de trouver le fameux arbre qui vit pour lui-même. De plus, ce serait favorable à la naissance de liens amicaux entre eux. Mais Yaune ne désirait pas d'un rapprochement aussi brutal. D'accord, il en faisait peut-être trop, mais voilà, il ne voulait guère se séparer de son vouvoiement. Enfin... Jade était sympathique, agréable et intéressante. Il ne pouvait pas lui refuser cela par simple désir égoïste et illogique.

« Il est vrai que cela serait plus commode, je suis d'accord. Alors je ferais des efforts pour te tutoyer, et ne pas m'emmêler les pinceaux! Les gens que je tutoie sont peu nombreux, tu peux te vanter d'en faire partie, même si je doute que tu sois prétentieuse. »

Alors que Yaune venait à peine de terminer, elle enchaîna aussitôt en déclarant qu'elle avait un cadeau pour lui. Un présent? Il se demandait bien ce que cela pourrait être. C'était naturel qu'elle veuille lui offrir un présent, après le dessin qu'il lui avait donné, mais il était curieux de savoir en quoi cela avait un rapport avec les chats. Peut-être un vrai petit chat? Cette pensée hautement improbable l'amusa. Elle transportait sans doute une armée de chatons dans son sac, ou alors le sac menait aux Pays des Merveilles et le chat du Cheshire allait en bondir pour lui faire un grand sourire. Il échafauda mille et une théories jusqu'à ce qu'enfin elle sorte un chat et le lui tende. Ce n'était pas un vrai chat, évidemment, mais une peluche toute orange! Et toute mignonne également. Poliment, il la saisit avec délicatesse, sans regarder Jade, mais observant l'adorable frimousse de la peluche, qui malheureusement ne souriait pas. Yaune avait encore en tête le chat du Cheshire et était légèrement déçu. Rapidement, il se servit de son stylo pour lui dessiner une bouche largement joyeuse, qui allait à merveille avec le reste.

« Je te remercie pour ton cadeau, c'est très gentil. Vraiment, merci. Ce chat ne vit peut-être pas pour lui-même, mais il est tout de même aussi beau que ses frères de chair et de sang, et puis, je trouve que cela lui donne un petit air irréel qui le met en valeur. J'en prendrais soin, je peux te l'assurer! » dit-il à Jade, tout en espérant qu'il ne l'offense pas avec son regard fuyant.

Comme pour appuyer ses dires, il garda la peluche serrée contre lui, la baptisant par la même occasion Cheshire. Il avait quitté l'ancien monde sans véritable regret, certes, mais cela ne voulait pas dire qu'il ne pouvait pas en être nostalgique. Yaune reprit sa marche tout en attendant que Jade lui emboîte le pas, le cœur léger.

« Vous l'avez trouvée... pardon... Tu l'as trouvée sur un arbre d'ici? Si c'est le cas, c'est fascinant! Cet endroit ne cesse de me surprendre. »

Revenir en haut Aller en bas

Jade Age : 23
Humeur : entre 'super bien' et 'à broyer du noir' (à votre avis ?)

avatar


message posté le Dim 5 Mai 2013 - 21:19 dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Certes, ce n’était pas commun d’offrir un chat en peluche mais Jade espérait que cela ferait tout de même plaisir à Yaune.

Elle fut tout d’abord remplie de joie lorsqu’elle vit Yaune regarder tendrement ce petit chat orange, elle était soulagée et heureuse de faire plaisir. Chose étonnante d’ailleurs. Pourquoi voulait-elle faire plaisir à ce garçon ? Elle n’avait pas souvenir d’avoir offert beaucoup de cadeaux dans sa vie. C’était donc une chose exceptionnelle, alors… Pourquoi lui ? Peut-être était-ce juste car elle avait décidé de changer en arrivant dans ce monde ? Ou alors Yaune était « spécial » ?... Qui sait ?

Toujours est-il qu’elle déchanta bien vite lorsqu’elle remarqua l’expression déçue du jeune garçon. Pourquoi était-il déçu ? Recevoir un cadeau sans raison n’était-il pas suffisant pour lui ? Peut-être qu’il faisait partie de ces gens à qui on offre des cadeaux sans cesse, qui obtiennent leurs moindres désirs d’un claquement de doigt?
Ou sinon, il n’aime pas les peluches ? Il aime les chats mais les peluches, ce n’est pas la même chose… A 18 ans, c’est compréhensible. Enfin, même s’il semblait un petit peu déçu de son cadeau, il maniait la peluche tendrement, comme si c’était un objet précieux et fragile. Cela montrait bien qu’il considérait la peluche comme importante, non ?
Jade non plus n’avait pas sauté de joie en recevant le dessin de Yaune, pourtant elle était très heureuse de recevoir ce cadeau. Il devait être un petit peu comme elle finalement.

Ce cadeau lui a-t-il fait plaisir ? Elle aurait pu continuer à se poser la question pendant des heures s’il ne lui avait pas montré explicitement que non.

A peine avait-il reçu son cadeau qu’il se mit à lui dessiner dessus. On n’abime pas les choses qu’on aime… Ce n’était décidément pas un cadeau assez bien pour lui. Il ne l’aimait pas.

Jade se gratta le nez. Tiens, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait ce geste si familier. Au fil des ans, elle avait compris que cela signifiait « ATTENTION EMOTION EN APPROCHE ». Pourquoi n’avait-elle pas fait ce mouvement plus souvent ? Depuis qu’elle avait rencontré Yaune, elle avait pourtant ressenti plusieurs émotions. Elles les avaient même exprimées au grand jour. Un sourire, des larmes... Mais pas de grattement de nez. Pourquoi ?
Peut-être que les émotions qu’elle ressentait en cet instant étaient plus fortes que celles d’avant. Qu’est-ce qu’elle ressentait au juste ? Honte de ne pas avoir su faire un cadeau convenable ? Colère de voir son cadeau rempli d’espoir se faire gribouillé ? Tristesse car elle a perdu ses espoirs ? Un mélange des trois certainement.
Et pourtant, contrairement aux fois précédentes, elle ne montra rien, strictement rien. Son visage resta impassible, comme il avait l’habitude.
C’était certainement cela le mystère de son habitude disparue : lorsqu’elle agissait de manière froide, en écartant ce qu’elle ressentait, il apparaissait comme par magie, lorsqu’elle ne résistait pas à ses émotions, rien ne se passait.
A ce moment, elle avait du se sentir tellement vexée qu’elle avait instinctivement repris ses anciennes habitudes.

« Je te remercie pour ton cadeau, c'est très gentil. Vraiment, merci. Ce chat ne vit peut-être pas pour lui-même, mais il est tout de même aussi beau que ses frères de chair et de sang, et puis, je trouve que cela lui donne un petit air irréel qui le met en valeur. J'en prendrais soin, je peux te l'assurer! »

Yaune assurait pourtant à Jade qu’il aimait son cadeau. Il avait l’air sincère. Il lui donna même un nom : elle l’entendit chuchoter Cheshire à l’oreille du chat. Etrange de parler à une peluche…

Jade se remémora la scène du gribouillage.
Il avait sorti son crayon bleu puis avait tracé un trait sur la bouche du chat. Un trait ? Non, bien sûr : un sourire ! Ce chat avait maintenant un sourire gigantesque tel le chat du Cheshire d’Alice au pays des merveilles. Il avait donc voulu rendre sa peluche heureuse ! Jade était soulagée.

Tiens, Yaune serrait maintenant Cheshire contre lui, sa main gauche caressant la tête du chat. C’est ainsi que Jade vit que la main du jeune homme était « marquée », tout comme la sienne. Il n’avait pas le même dessin, ni la même couleur. Sa main possédait deux dessins, bleus tous les deux : un symbole de l’infini et un animal – Jade n’arrivait pas à retrouver son nom –.
Cela lui rappela la chanson qu’Astrid avait chantée avant qu’elle atterrisse ici. Il était question de sept couleurs. Jade s’était retrouvée avec un dessin rouge sur la main et elle découvrait que Yaune avait un dessin bleu, sur une main également. Il devait donc être « bleu », comme elle était « rouge ». Il devait donc exister cinq autres personnes dans ce monde portant des marques correspondant aux autres couleurs. Astrid avait réuni ici un arc en ciel, ce devait être ça. Sept couleurs, sept dessins, sept personnes. Il faudrait le vérifier. Elle était heureuse de faire une nouvelle théorie sur cet endroit, au moins, elle ne chercherait pas des choses à tâtons mais essayerai de vérifier ses hypothèses.

Alors qu’elle était en train de réfléchir, Yaune était déjà parti devant. Jade repris la marche afin de rattraper Yaune. Quand elle l’eut rattrapé, il se mit à parler gaiement.

« Vous l'avez trouvée... pardon... Tu l'as trouvée sur un arbre d'ici? Si c'est le cas, c'est fascinant! Cet endroit ne cesse de me surprendre. »

Les émotions qui avaient tourmentées Jade il y a quelques instants avaient disparues. Au contraire, elle était plutôt joyeuse. Cependant, pour punir Yaune d’avoir abimé la peluche et de lui avoir fait se gratter le nez, elle avait envie de lui faire croire qu’elle était fâchée. Elle agit donc comme elle l’aurait fait juste après « le trait de crayon ».

« Oui » répondit-elle alors simplement, d’une manière froide comme elle savait si bien le faire.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



message posté le dans Re: A l'ombre des arbres [Pv Jade]
• • • •
Revenir en haut Aller en bas
A l'ombre des arbres [Pv Jade]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sud-Ouest :: Forêt-