Partagez | .
« La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]

Invité Invité

avatar


message posté le Mar 21 Aoû 2012 - 14:20 dans « La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
• • • •
    Cela faisait maintenant un moment que j'étais seule à ma table, aucun visiteur … avais je choisi le bon endroit ? Après tout j'avais déjà bien avancé avant que mes articulations ne se bloquent alors j'aurais très bien pu attendre et continuer ma route au lieu de faire marche arrière. Quand je pense que j'étais persuadée que près des ruines il y aurait forcément de nouvelles couleurs, ah quelle erreur ! Personne ne passe par mon chemin quand ils s'éveillent, personne ! Sans doute devenais je inutile, mes sentiments ne pourraient jamais voir le jour si toute cette solitude continuait. Mon seul ami dans ce rêve était Elioth, le chat en peluche que j'avais trouvé pendant ma tentative de promenade dans le rêve. Heureusement qu'il était là, il me permettait de me sentir moins seule même si jouer avec un être inanimé est bien moins amusant qu'avec un être bien vivant. Chaque jour je pensais à Astrid, que pouvait elle faire sans moi ? Avait elle trouvé un nouveau passe temps ? Le sentiment d'abandon qui m'avait envahi lors de ma venu ici me hantait toujours, c'était douloureux et pourtant tellement agréable de ressentir enfin quelque chose. Si une telle chose pouvait m'arriver à nouveau cela serait tellement magnifique, j'étais prête à endurer n'importe quoi pourvu que mon cœur se réveille une nouvelle fois.

    Aujourd'hui encore j'avais mis plusieurs heures à choisir ma tenu et me coiffer pour ressembler à une véritable petite fille innocente. J'avais beau y passé du temps je finissais toujours par prendre les mêmes robes, étrange non ? Pourtant cette fois était différente, oui cette fois je portais une robe m'arrivant aux genoux, une sorte de première épaisseur noir était déposée sur un jupon blanc que l'on ne voyait que par l'ouverture frontale de la partie noire. Les manches étaient serrées le long des bras puis bouffantes vers les mains, un nœud noir était posé sur la poitrine. Mes cheveux étaient, eux, attachés par un ruban noir, mon habituelle demie-queue. La raison de ce changement je ne la connaissais pas, c'était un peu comme un pré-sentiment, ou peut être simplement l'envie de croire que quelqu'un viendrait jouer avec moi aujourd'hui.

    Calmement je retournais m'asseoir à table après m'être changé dans les buissons, ma douche je la prendrais ce soir dans un lac. Depuis que j'étais ici j'avais prit goût aux bains de minuit. Seule, je pouvais jouer avec Elioth sans crainte d'être dérangé, du moins tant que je ne rencontrais pas les créatures d'eau. Enfin bref, je commençais à jouer avec mon cher camarade.


    « Bonjour Elioth-San, que voulez vous boire aujourd'hui ? Comment ? Du chocolat ? Très bien, je vais vous apporter quelques gâteaux pour aller avec. »

    La journée passait alors que je jouais comme une enfant à boire de délicieuses tasses de rien aromatisé à la menthe et que je remplissais mon estomac de gâteaux tous plus factices les uns que les autres. Dans l'après midi mon petit jeu fut stopper par un bruit, levant la tête avec un air étonné j'aperçus un jeune homme.

    « Bonjour, vous êtes un peu en retard mais ça ne fait rien. Prenez donc un siège. »

    Je lui souriais pour lui indiquez qu'une nouvelle compagnie m'amuserait d'avantage, tout comme demoiselle Astrid me l'avait appris.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Mer 22 Aoû 2012 - 17:32 dans Re: « La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
A la première seconde où il vit la demoiselle aux yeux bleu, il la prit immédiatement pour une véritable idiote. Il était revenu dans les Ruines arc-en-ciel pour ses recherches quotidiennes, espérant qu'il trouverait le chemin qui l'avait mené dans ce monde si étrange. Ce n'était pourtant pas pour retourner en arrière, à vrai dire il pensait juste l'emprunter un moment pour peut-être revoir sa petite sœur. Et puis il se demandait comment sa présence était masqué dans son Univers. Etait-il mort ? Dormait-il simplement d'un sommeil sans fin, ou simplement le temps était figé ? Tant de possibilités pour notre rat de bibliothèque, alors cette recherche le motivait assez pour y consacrer quelques heures par semaine, en plus de son exploration normale . Avoir un point de référence était aussi un peu rassurant, un tout petit peu. C'était après tout le centre de ses cartes improvisées, alors il testait à chaque fois ses distances pour la rendre plus viable. Au moins, ça avait le mérite d'occuper son côté pointilleux et de plus, cela lui permettrait une meilleure optimisation de son temps quand elle sera fini.

Sur les pierres qui autrefois devaient former l'ancienne bâtisse, l’adolescent s'était rapproché de la bêtasse qui semblait boire en compagnie d'une étrange ombre qui s'avéra être une peluche. En fait elle était encore plus cruche de près, surtout avec ses vêtements qui ne pourraient aller qu'à une poupée de porcelaine et encore. Elle croyait vivre à l'ère victorienne peut-être ? Avec de telles cheveux, il en doutait vraiment. Remarque il était vrai que le regard des gens avec sa propre tenue. Depuis qu'il était arrivé dans le rêve, son uniforme ne l'avait pas vraiment quitté. Bien entendu il lavait ses vêtements comme il le pouvait, mais il n'en possédait pas d'autre. Alors avec ce blazer où trônait le logo de son école, on l'identifiait déjà comme celui qui était toujours fourré dans ses cours, à raison d'ailleurs. Mais ça le gênait un peu cependant, on ne pouvait pas dire que c'était le meilleur costume pour évoluer dans les paysages du songe...

Enfin, la jeune fille aux yeux d'ange l'avait aperçu et lorsqu'elle prit la parole, il écarquilla les yeux, se demandant si elle n'était pas tombée tout droit du livre de Lewis Carol. Elle était sérieuse ? Comment pouvait-elle savoir qu'il serait là ? Etait-elle une stalkeuse comme ces filles qui lui tournaient autour quand il était au collège ? Non, il devait se monter la tête pour rien, sans doute voulait-elle dire un truc pour qu'il soit intéressé. Et elle avait gagné. Il s'installa donc devant elle, posant son sac à ses côtés, zieutant la peluche à côté de lui. Que faisait-elle assise sur une chaise ? A vrai dire il avait l'impression de se trouver dans une dînette grandeur nature. Il fronça les sourcils grogna :

«  J'espère qu'il pas au moins, ça te rendrez moins pitoyable... En même temps je parle à une fille qui mangeait des gâteaux invisibles, donc à vrai dire parler à une peluche est presque sain d'esprit... Au fait comment vous saviez que j'allais passer ? Peut-être les nuages qui vous l'ont soufflé ? »


Finissant sur ce sarcasme, ses pupilles émeraudes se tournèrent mais l'hôte de la table, repensant à ce sourire qu'elle lui avait fait à son arrivée. Elle devait se sentir seule, c'était peut-être pour cela qu'elle l'avait accosté. Cela ne rendrait pas plus aimable pour autant, à vrai dire il avait le vague espoir qu'elle le congédierait vite. D'ailleurs qui était-elle ? Une nouvelle couleur ? Une de ses violets qui délirait ? Probablement. Toutefois il ajouta avec son agacement naturel :

«  Avez-vous déjà goûté à du vrai thé au moins ? Mon pays était connu pour avoir une heure à son honneur... »

Oui, il avait fait l'effort d'engager une conversation bien qu'il pianotait déjà sur la table. Voilà, il avait sa part du travail, elle n'avait pas intérêt à lui faire perdre son temps. Il avait encore le vague espoir qu'elle aurait quelque chose d'important à lui faire partager. A moins que même son cœur de pierre ne pouvait pas résister à une telle demoiselle. Elle lui rappelait un tout petit peu sa sœur avec son côté excentrique...

[Voilà ma réponse pas super, j'espère cependant qu'elle ne te bloquera pas ...]
Revenir en haut Aller en bas

Invité Invité

avatar


message posté le Jeu 23 Aoû 2012 - 18:15 dans Re: « La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
• • • •
    Plus je le regardais s'approcher plus je me sentais idiote. Il me lançais un drôle de regard comme si boire du thé avec une peluche était anormal. Avec son costume d'écolier il ne valait certainement pas plus à mes yeux que je ne valais aux siens. Après tout la normalité dépendait de chacun, par exemple si je voyais un gros lapin rose à ma table je trouverais ça des plus amusant et des plus normal, par contre un autre pourrait avoir peur.
    J'aurais préféré que cet invité soit habillé de façon un peu plus classieuse, non pas en costume mais avec des vêtements suggèrent de la noblesse ou quelque chose du genre. Oh ou des habits un peu rigolo comme le chapelier fou dans Alice au Pays des Merveilles. Enfin temps pi, on ne choisi pas toujours ceux qui viennent à notre table.
    Le jeune homme s'approchait, ne semblant pas avoir peur ce qui était un bon début, puis m'adressa enfin la parole.


    «  J'espère qu'il parle au moins, ça te rendrait moins pitoyable... En même temps je parle à une fille qui mangeait des gâteaux invisibles, donc à vrai dire parler à une peluche est presque sain d'esprit... Au fait comment vous saviez que j'allais passer ? Peut-être les nuages qui vous l'ont soufflé ? »

    Après l'avoir écouté je me disais que finalement il aurait peut être dut se taire. Moi qui l'invitais malgré son retard il me disait pitoyable et se moquait de mes activités. Pour qui se prenait il ? Heureusement pour lui qu'il semblait être quelqu'un d'intéressant sinon je l'aurai renvoyé sans détour. Ce petit sarcasme de fin me faisait encore passer pour la cruche du quartier, quelle gentillesse … mon sourire partait afin de laisser place à ma seconde expression connue : le fronçage de sourcils.

    « Avez-vous déjà goûté à du vrai thé au moins ? Mon pays était connu pour avoir une heure à son honneur... »


    Je croisais les bras pour montrer ma frustration. Après toute cette attente je me voyais traitée comme une imbécile inculte. Tournant la tête vers le côté je répliquais enfin.

    « Elioth est une peluche, parler est une chose qu'il ne sait pas faire. Pourtant il reste mon ami, je l'ai trouvé un peu plus loin alors que qu'un l'avait abandonné. Je suis sûr qu'il est heureux lui d'être ici. Et je ne savais pas que vous alliez passer, ce que je disais c'est : Vous êtes en retard si vous souhaitez prendre le thé car nous avons déjà commencé. Simplement je trouvais cela plus amusant de le dire de façon à vous intriguer. »

    Décroisant les bras et reprenant un expression de visage plus ou moins neutre je continuais mon discours tout en le regardant dans les yeux cette fois ci.

    « A ce que je vois j'ai réussis à retenir votre attention, puisqu'à présent vous êtes assis avec moi. »

    Prenant ma tasse vide dans mes mains je l'observais, imaginant qu'elle était remplis de ce délicieux breuvage dont parlait mon camarade. A force de le rêver, il me semblait que sa douce odeur de menthe me chatouillait les narines, de la cannelle à présent … l'intérieur de mon corps semblait se réchauffer, comme si le liquide se répandait dans mon être. Toutes les sensations que cela me provoquait me manquait. Souriant d'un air nostalgique je ressentais à nouveau le sentiment qui m'avait parcouru lors de mon arrivé. Mes yeux étaient remplis de la tendresse que j'adressais à mademoiselle Astrid, veillait elle réellement sur moi comme elle me l'avait promit ? Nos jeux me manquaient, ici il n'y avait que rare passage et ce jeune garçon était le premier à s'arrêter.

    « Bien sûr que j'en ai déjà goûté, mais dans un tel environnement il est difficile d'en faire. Tout ce que je possède ici c'est ce service à thé et mes robes, je ne sais pas vraiment pourquoi Mademoiselle Astrid me les a laissé mais je l'en remercie. Vous savez … il n'y a pas si longtemps je ne manquais jamais cette heure spéciale dont vous parliez il y a un instant. Vous avez de la chance d'être anglais, sûrement avez vous dut boire de multiples variété de thé. Quel est votre préféré ? »

    Mes yeux étaient plongé dans son regard émeraude, un sourire tendre dessiné sur les lèvres. Le peu de souvenirs que j'avais depuis l'ouverture de mes paupières étaient des plus précieux pour moi. Chaque chose qui me les rappelait me passionnait. La nostalgie dans mon cœur ne partait plus, qu'il était doux de ressentir à nouveau quelque chose. Je supposais que ce sentiment était lié à la tristesse et que le ressentir la ferait venir. Non je n'étais pas masochiste, je voulais seulement être comme tout les autres de ce monde.


[Tu ne m'as absolument pas bloqué ^^]
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Ven 24 Aoû 2012 - 21:47 dans Re: « La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Maintenant, il faisait face à une enfant en colère, la situation ne pouvait pas être plus critique. Il avait vraiment du mal avec ce genre de personnes, il finirait sans doute part s'en aller avant de savoir si elle était spéciale ou non, si elle continuait à lui taper sur les nerfs. Et c'était quoi cette moue ? Elle espérait peut-être que cela allait l'effrayer ? Il ne voulait vraiment pas savoir ce qui se tramait dans la tête de cette fille. Surtout qu'elle n'était plus toute jeune, leur âge devait être plus ou moins similaire d'après ce qu'il percevait à travers ses carreaux translucides. Pourtant elle ne se comportait pas du tout comme telle, surtout en écoutant son discours sur la peluche. Comment une peluche pourrait être heureuse ? C'est un bout de chiffon fourré, rien de plus ! Mais ce qui le froissa le plus, c'était qu'elle avait raison. Il avait été assez intéressé pour venir boire du thé imaginaire avec elle, et qu'une idiote pouvait le noter le rendait plutôt misérable. Il grommela un léger «  N'en rajoutez pas . », détourant son regard à cause de cette humiliation.

Cependant Isaac ne la loupa pas alors qu'elle sirotait son breuvage imaginaire, perplexe devant cette vision. Elle s'y croyait vraiment, elle avait vraiment l'air de boire du thé, comme si la tasse était véritablement pleine. Quelle drôle de spectacle quand même, s'il ne la savait pas sérieuse, il aurait pu croire qu'il s'agissait d'une reconstitution d'un salon anglais à l'ancienne époque, en plein milieu de ruines. Un instant, ce sourire pâle toucha le jeune homme, sentant qu'elle attendait quelqu'un d'autre. Cette expression n'était pas adressé à lui, en même temps qui voudrait sourire ainsi à un sociopathe ? Il se demandait bien à qui elle pouvait penser. Sa peluche ? Un autre truc étrange ? Elle lui dira bien assez tôt si ses pronostics étaient bons...

Et ce qu'il découvrit dépassa ses prédictions. La folle connaissait la Créatrice du Rêve, en plus vu la manière dont elle l'évoquait, elles devaient être plutôt proches. Il en serait tombé de sa chaise s'il était plus expressif, mais il fut simplement figé par sa surprise. Il avait attrapé le gros lot. Mais quelque chose le gênait dans ses paroles. Ces robes et le service de thé qu'Astrid lui aurait laissés... Pourquoi ? La maîtresse du Songe offrait souvent des cadeaux à ses couleurs ? Il serait donc un mal-aimé même ici ? Cela lui semblait peu probable. Et si l'adolescente bicolore était autre chose ? Cela expliquerait beaucoup de choses, en tout cas maintenant, il était vraiment intrigué.

Il se saisit de la tasse, la rapprochant de sa tête, mais pas pour jouer à la dînette comme l'autre âme à cette table. A vrai dire il voulait voir s'il connaissait la provenance de ce service. Il n'avait jamais vu ces motifs floraux nulle part dans les livres qu'il avait pu parcourir, bien qu'ils aient des similitudes avec les Royal Albert. En même temps il se doutait bien qu'Astrid ne devait pas avoir un livre sur la porcelaine anglaise si c'était elle qui l'avait créée. Un modèle unique probablement. Le jeune brun ouvrit la bouche de cette mine neutre qu'il arborait quand il se voulait être aimable et il répondit simplement :

«  Nous buvions surtout du thé oolong chez nous, mais nous étions assez pauvres, alors nous n'en changions pas souvent. Mais du peu que j'ai goûté, le Earl Grey reste celui qui s'adapte mieux à mes envies. Son odeur est encore bien présente, sans doute qu'il a réveillé des saveurs que je ne connaissais pas au moment où j'ai pu avaler une gorgée de ce breuvage... »


Il marqua une pause, reposant le récipient d'un bruit sec. A vrai dire, il était normal que le thé qu'il buvait en famille était appréciée par les chinois, vu que sa famille l'était, sauf lui. A cette pensée, il soupira de lassitude et remit encore sa monture métallique en place. Mieux valait ne pas trop y penser. Sans se rendre compte sa voix devint plus sèche quand il reprit la parole.

«  Mais pourquoi ce bout de tissus serait heureux ? C'est pas vivant , ça ne bouge pas , ce n'est pas capable de se reproduire et cela n'a même pas de code ADN, alors comment voulez-vous qu'il comprenne la différence entre être seul et ne pas l'être ? Ca n'a même pas la notion du temps qui passe, c'est bien la preuve que tu es une demeurée ! Ce n'est qu'un vulgaire objet manufacturé... Par contre vous êtes bien une énigme, vous êtes assez intime avec Astrid pour qu'elle vous laisse ses cadeaux. Qui êtes-vous exactement ? Une violette mythomane ? Ou un de ses jouets ? C'est quand même étrange, tu ressembles beaucoup à une humaine par rapport aux autres créatures si le deuxième cas est la solution... »

Il la fixait maintenant intensément, toujours aussi raide sur sa chaise. Il voulait une réponse, aussi stupide qu'il pouvait attendre de sa nouvelle connaissance. A vrai dire il aurait bien pu la vexer en traitant son « ami » peluche d'objet, mais sincèrement ce n'était pas ça qui allait changer son comportement. Elle était un mystère, c'est pour cela qu'il cherchait tant à comprendre. Après tout il n'y avait que ça qui le rendait vivant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité Invité

avatar


message posté le Lun 27 Aoû 2012 - 13:09 dans Re: « La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
• • • •
    L'adolescent en face de moi se décidait finalement de se prêter au jeu en prenant la tasse qui se trouvait devant lui et en l'approchant de son visage. Ce qui m’interpellait était qu'il ne buvait pas, il se contentait de contempler cette pièce du service avec attention. Ce garçon était étrange, antipathique et pourtant si intéressant. Il cherchait quelque chose, c'était assez simple à remarquer. De son expression faciale à ses paroles... à ce moment tu aurait voulu en savoir plus sur moi n'est ce pas ? Mais je ne connaissais même pas ton prénom....

    Le voir captivé par l'objet principale de mon activité me faisait plaisir, du moins je le pense. Quoi qu'il en soit je ne m'ennuyais pas. Si de moi il riait en me regardant telle une bête curieuse, il en était de même dans le sens inverse. Ce qui me plaisait le plus était qu'il me prenait pour quelqu'un de stupide, savait il au moins que je me passionnais pour les romans anciens ? La sottise ne faisait pas partie de mes attributions, si elle semblait évidente en me voyant c'était uniquement à cause des choses qui m'entouraient ainsi que de ce rôle de poupée que je tentais de tenir à la perfection. Pour preuve, j'étais consciente qu'Elioth était un être inanimé et qu'il était complètement absurde d'attendre une réponse de sa part quand je lui adressais la parole. Pour une fois j'avais quelqu'un qui me répondait alors pourquoi n'en aurais je pas profité ? Je décidais de répondre à ses questions temps qu'il répondrait à mes exigeances.


    « Nous buvions surtout du thé oolong chez nous, mais nous étions assez pauvres, alors nous n'en changions pas souvent. Mais du peu que j'ai goûté, le Earl Grey reste celui qui s'adapte mieux à mes envies. Son odeur est encore bien présente, sans doute qu'il a réveillé des saveurs que je ne connaissais pas au moment où j'ai pu avaler une gorgée de ce breuvage... »

    Je sentais poindre en moi un sentiment étrange, j'aurais voulu être à sa place... goûter ce « Earl Grey », ce « oolong » mais tout ce que j'avais goûté depuis mon éveil était un thé vert à la menthe, un thé noir aromatisé à la cannelle et d'autres au goût sucré. Connaissait-il d'autres thé ? En avait il un peu sur lui ? Si ça avait été le cas j'aurais trouvé un moyen de le faire chauffer, je ne sais pas comment mais je l'aurai trouvé. Le bruit de la tasse sur sa coupelle me fit reprendre mes esprits et je remarquais que le jeune homme avait marqué un pause dans ses paroles. Quelque chose le chiffonnait ? Alors que je le regardais d'un air interrogateur, il se mit à soupirer en replaçant ses lunettes sur son nez avant de reprendre la parole.

    « Mais pourquoi ce bout de tissus serait heureux ? C'est pas vivant , ça ne bouge pas , ce n'est pas capable de se reproduire et cela n'a même pas de code ADN, alors comment voulez-vous qu'il comprenne la différence entre être seul et ne pas l'être ? Ca n'a même pas la notion du temps qui passe, c'est bien la preuve que tu es une demeurée ! Ce n'est qu'un vulgaire objet manufacturé... Par contre vous êtes bien une énigme, vous êtes assez intime avec Astrid pour qu'elle vous laisse ses cadeaux. Qui êtes-vous exactement ? Une violette mythomane ? Ou un de ses jouets ? C'est quand même étrange, tu ressembles beaucoup à une humaine par rapport aux autres créatures si le deuxième cas est la solution... »

    Mon dos collé à la chaise, je me sentais accusée. Voilà donc ce qui le perturbait... pourquoi cherchait il à ce point à se convaincre que j'étais ridicule ? Lui avait on rabâché pendant son enfance ? Ça commençais à m'agacer, je n'étais pas stupide alors que l'on m'en accuse sans même me connaître m'énervait. Ma langue se coinçait entre mes dents qui se resserraient légèrement sur elle, mon cœur battait un peu plus fort. Était ce de l'agacement ? J'avais déjà aperçut ce sentiment chez quelqu'un mais était ce vraiment cela ? Quoi qu'il en soit je décidais de prendre le même ton que lui pour lui répondre. Son regard intense me déconcentrait un peu mais je faisais avec.

    « Tu es quelqu'un de très curieux, peut être même un peu trop mais si tu veux réellement connaître la vérité ça va te prendre un peu plus de temps que ça. Espérais tu que je te délivre toutes ces informations aussi rapidement ? Bien que tu sembles le croire je ne suis pas sotte au point d'ignorer que lorsque tu auras eu ce que tu désires tu partiras. Cependant j'accepte de répondre à l'une de tes question maintenant. »

    Je reprenais un ton plus doux, je n'avais pas envie de me fâcher avec mon premier invité. Il devait rester, malgré mon attachement à Elioth on ne pouvait pas dire que sa compagnie était palpitante...

    « Elioth est heureux parce qu'il est utile. Les jouets ne ressente aucun sentiments, contrairement aux humains leur but n'est pas l'argent, ni l'amour, ou quelque chose comme ça. Tu vois... la raison d'être pour un jouet est de se rendre utile à quelqu'un. En étant abandonné il avait perdu son utilité, sa raison d'exister. Aujourd'hui il en a une à nouveau alors il ne peut être qu'heureux. »

    Mes paroles s'appliquait à cette peluche mais aussi à moi … si je n'avais pas Elioth alors à qui pourrais je être utile ? Il n'y avait personne qui voulait de moi ici, trouver quelque chose à faire pour quelqu'un était donc primordiale. C'est parce que j'étais comme ce chat que je pouvais le comprendre.

    « Tu ne vois pas plus loin que le bout de ton nez et pourtant ton esprit est bien compliqué. Regarde autour de toi et réfléchi un peu. N'as tu rien à redire sur mon apparence ? Sur mon activité ? Pourquoi est ce que je comprends si bien ce chat à ton avis ? Bon, je vais te laisser y réfléchir. En attendant si tu le veux bien, laisse moi faire ce que je fais le mieux. »

    Je me levais, défroissant ma robe et recoiffant mes cheveux je m'approchais doucement du jeune garçon telle une dame de haut rang. J'allais lui donner un dernier indice, il me plaisait bien alors même s'il devait vite s'en aller j'espérais pouvoir jouer un peu avec lui. Face à mon camarade je m'arrêtais en faisant la révérence.

    « Bonjour et bienvenue, je me nomme Ichimaru-Ningyo mais vous pouvez m'appelez Ichimaru. »

    Lâchant ma robe, j'attrapais mon poignet gauche avec ma main droite, je laissais mes bras pendre devant moi alors que je me redressais avant de pencher la tête sur le côté gauche en fermant les yeux et en affichant un grand sourire.

    « Voudriez vous jouer avec moi ? Si vous acceptez, je répondrais à toutes vos questions. »
Revenir en haut Aller en bas


message posté le Ven 31 Aoû 2012 - 17:42 dans Re: « La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
• • Voir le profil de l'utilisateur • •
Son monde, Isaac l'avait toujours considéré comme la seule chose qui méritait d'être détaillée avec méticulosité. Tous ses arbres , toutes ses roches, tous ces objets avaient une attraction sur le jeune garçon, peut-être pire que tous les aimants du monde. Mais l'homme, il n'avait jamais voulu trop s'y approcher. Il s'était bien intéressé à quelques âmes, mais en restant à distance, juste pour trouver en quoi elles clochaient, en quoi elles étaient différente, comme l'étrange fille qui lui faisait face.A vrai dire, il n'aimait pas les humains, Isaac les trouvait absurdes, cruels, menteurs et traîtres. Mais il n'échappait pas à la règle, et ça peu le comprenaient. Il n'avait rien de plus que les autres, c'était ça de faire partie de cette race que l'on appelait Humanité. L'anglais ne s'aimait pas, sans doute encore moins que toutes les personnes qu'il insultait. Il était l'intrus, celui qu'on avait refilé à une autre famille, celui qui n'avait pas de liens filiaux avec ceux qui l'avaient élevé, en gros un déchet, un sans origine fixe. A quoi servait-il ? il avait dû mal à le définir, mais tant qu'on restait à distance, il pouvait ménager son cerveau afin d'éviter ce questionnement létal. Car après tout, c'était ça qui l'avait emmené dans le rêve...

L'idiote avait pris le même ton que lui, autrement dit assez désagréable pour qu'il veuille déjà la baffer. Mais quelque chose sonnait faux, ce n'était peut-être qu'une impression mais... Mimait-elle sa colère ? Ce n'était pas qu'il doutait de son énervement, mais sa gestuelle n'était pas naturelle. Normalement, on prenait cet air pour qu'on nous laisse tranquille et obtenir plus rapidement ce que l'on veut, si du moins l'échange n'a pas cessé à cause de cette rudesse. Intrigant, pas comme ce contenu qui révélait presque de l'évidence. Bien sûr qu'il était curieux, sinon il ne serait pas arrêté pour une dame aux vêtements improbables ! Il avait bien d'autre chose à faire que de jouer à la dînette avec une adolescente aux airs d'enfant ! L'homme à lunettes avait croisé les bras, attendant la réponse que la demoiselle avait concédé pour probablement l'intéresser assez, évitant ainsi son retrait prématuré. Il ne comprendrait jamais quelle était cette manie de vouloir des rats à sa table, mais soit, voyons si son attente et sa patience seraient récompensés...

Et finalement, il eut le droit à un étrange discours sur l'utilité des jouets. Il fronça les sourcils, visiblement peu convaincu, mais aussi peiné d'une telle image. C'était une vision de l'homme que l'on avait reproduit à l'échelle d'un objet. Le désir qu'elle peignait sur la peluche était le même que celui des êtres vivants, juste que l'on ne prenait pas la même source. La seule différence était qu'elle prenait un exemple qui divergeait un peu, preuve que sa réflexion était encore incomplète. Mais c'était un bel essai pour une fillette...

Maintenant elle avait décidé de critiquer son étroitesse d'esprit,le rendant encore plus dépité que tout à l'heure. Qu'espérait-elle ? Qu'il fonde en larme comme un petit garçon ? Ce n'était pas ça qui le blesserait vraiment. Il pianotait rageusement sur son bras, tentant cependant de ne pas déformer ses traits par l'irritation qu'elle pouvait lui procurer . Car la suite promettait de devenir un peu plus florissant en informations. Déjà elle le questionna pour l'aider sans doute à comprendre ce qu'elle était. C'était ça pour elle le faire attendre ? Eh bien cela aurait été court dis donc ! Mais il s'appliqua à cette gymnastique de l'âme. Au moins ça l'amusait.

Ses vêtements ? Ceux que pouvaient porter les gotiques lolitas avec ses froufrous et dentelles que l'on pouvait relier aux anciens codes vestimentaires de l'époque victorienne, du moins sans le chapeau qui était pourtant un élément vital de la décence durant cette ère. Sa coloration collait toujours avec l'excentricité des nouvelles modes, donc jusque là, rien de bien significatif.

Son activité ? Jouer à la dînette avec une peluche, ce qui la liait donc au monde de la jeunesse et des petites filles annonçait une correspondance entre le style d’apparat et ses loisir. Probablement .

Le fait qu'elle comprenne Eliot ? Ca il n'en était pas certain, mais cela soulignait une même nature entre eux. Elle était donc bien un objet, enfin c'était ce qu'elle prétendait. Maintenant il ne restait plus qu'à décider son origine. Si l'on considère qu'elle dit la vérité, alors elle était un jouet d'Astrid, très probablement sa poupée vu sa forme humaine. Dans le cas contraire, elle était une violette qui avait complètement perdu ce qu'elle était vraiment. La première solution était bien plus intéressante, mais il ne pouvait pas nier l'autre possibilité. Déjà voyons si ses spéculations étaient bonnes. Mais un détail le chiffonna. Pourquoi s'était-elle levée ?

Alors une étrange vision s'offrit à lui, le jeune garçon écarquillant ses pupilles par surprise. L'étrange dame l'avait salué, se présentant avec une politesse bien trop fausse à son goût. Mais son nom... Il était japonnais non ? Sans doute que Ningyo devait le renseigner sur ce qu'elle était, mais sa connaissance de cette langue était restreinte. Heureusement que sa dernière mimique le rassura sur le sens de ce terme, à laisser tomber un bras sans vie, ningyo signifiait sans doute pantin ou poupée. Un frisson le parcourut à cause de cette étrange sourire qu'il l'invitait à jouer avec elle. Si elle était saine d'esprit, alors sans doute était-elle la poupée d'Astrid, mais si c'était le cas, pourquoi inventer des couleurs si elle pouvait créer la vie ? Astrid était vraiment à l'effigie de la déesse, il semblait que peu de choses était impossible pour elle, à part peut-être contrôler le libre arbitre de ses invités, et encore. C'était effrayant d'un côté, mais aussi très impressionnant, mais sans doute devait-il répondre à sa question. Il soupira légèrement lâchement sèchement :

«  Je n'ai plus l'âge de jouer à la poupée. »

Un refus clair et net. Quel était l'intérêt de jouer avec un objet qui n'avait aucune sensation, qui n'était qu'un outil ? Pas grand-choses, à part peut-être la joie que pouvait procurer de retomber en enfance. Toutefois il se retourna vers la dame de porcelaine, la dévisageant avec un air neutre avant de reprendre la parole mécaniquement :

«  Tu sais ce qui différencie un jouet d'un homme ? C'est la volonté. Un outil ne peut pas être heureux, c'est simplement nous qui leur donnons un jugement. Ce que tu as voulu séparer entre l'envie d'utilité d'Eliot et les vœux de fortune. Cela correspond au même vœu de reconnaissance. On veut de l'argent pour qu'on reconnaisse notre richesse, on veut être utile pour être reconnu des autres, c'est la même chose. Tu veux que je reste même si tu me trouves irrespectueux, preuve que tu as aussi cette part d'humanité en toi, celui de désirer une présence. Tu es toujours aussi idiote, mais au moins tu as tes propres envies... »

Un très mince sourire s'esquissa sur ses lèvres avant de disparaître aussi rapidement. Voyons ce que pouvait faire une marionnette presque humaine, cela méritait sans doute le détour. Il pouvait bien rester encore un peu. Alors il se leva à son tour, remettant encore en place ses carreaux, tendant une boite métallique :

«  Tant que ce n'est pas de la dînette imaginaire je veux bien jouer un peu. Et ça, c'est du vrai Earl Grey, j'ai pu en trouver dans la montagne. Mais je n'ai pas assez d'eau pour me permettre une tasse, déjà que je peine à ne pas mourir déshydraté quand je reviens sur le ruines, avec le thé son effet hydratant est moins visible pour nos papilles. Donc si tu en veux , il faut de l'eau. »


Pourquoi partager ? C'était un moyen pour acheter un peu la confiance d'Ichimaru, et aussi trouver une raison pour se forcer à rester. Quitte à jouer les enfants, s'il pouvait boire un peu de thé, alors il retiendrait son antipathie un peu plus longtemps. En plus, il pourrait bien juger la demoiselle. Etait-elle vraiment ce qu'elle prétendait être ? Même si tout ce cirque l'avait fatigué, il avait un nouveau mystère devant lui. A son plus grand bonheur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



message posté le dans Re: « La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
• • • •
Revenir en haut Aller en bas
« La sagesse de tout l’univers se trouve dans une tasse de thé » [Pv : Isaac]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ludmilla ♣ Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...
» Tout savoir sur les Sectes
» adele + je t'aime parce que tout l'univers a conspiré à me faire arriver jusqu'à toi
» Un portail dans Strayana ?
» A vendre Iveco turbo daily 120 cv full équipée motocross

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Take a break :: Corbeille du forum :: Archives RP-